Si vous avez aimé Firefly, vous aimerez…

Firefly-science-fiction

Pour le deuxième “si vous avez aimé…”, découvrons un monument sériel. Firefly est sans doute l’une de mes séries de science-fiction préférée. Elle est bien écrite. Elle est fun. Tout est culte. C’est un phénomène de la pop culture. Les personnages sont tous charismatiques et crédibles. Cette série est une réussite majeure de Joss Whedon, avec Buffy contre les vampires, naturellement. Son défaut ? Avoir été annulée au bout d’une saison pour des raisons qui demeurent très vagues. C’est simple, dans le moindre article au sujet des séries arrêtées trop tôt, elle arrive en tête. Je n’ai pas de mots pour exprimer mon adoration pour Firefly.

Mon adoration est telle que je vous propose pas moins de 4 suggestions variées pour faire durer l’effet Firefly !

Afficher l'image d'origine

 

The Expanse, drame, complot et lutte des classes dans l’espace

 

Bonne surprise, une nouvelle série de science-fiction est arrivée silencieusement sur nos écrans (d’ordi). Elle n’a pas eu beaucoup de relais publicitaires mais elle mérite le coup d’oeil. The Expanse nous plonge dans un futur où l’humanité a conquis le système solaire. La série se concentre sur les conflits entre Mars et La Terre, qui se disputent une colonie nommée Cérès.Vous suivez donc différents personnages sur fond de complots, manipulation et lutte des classes dans les étoiles.

 

Résultats de recherche d'images pour « gif Tim Curry space »

 

Et là vous vous dites : mais c’est Game of Thrones version sidérale. Eh bien pas seulement, naïf petit lecteur. Sa ressemblance avec Firefly vient également du fait que l’avenir s’imagine sous le signe de la multiculturalité. Dans Firefly, tous les personnages utilisent des idiomes chinois pour bien marquer le mélange des cultures et c’est un peu le bazar au niveau des tenues qui sont originaires de beaucoup de régions du monde, ce qui donne un aspect charmant, pittoresque et exotique à l’ensemble.

Dans the Expanse,  le Créole est ainsi beaucoup parlé sur Cérès, choix intéressant puisque la population qui y travaille est ouvrière et se sent exploitée par la Terre et ses habitants. Le casting est bien diversifié, j’avais du mal au début (très dense pour un pilote, certains personnages ont le charisme d’une huître décédée…). En effet c’est une série Syfy, et comme beaucoup de leurs production comme Ascension ou The 100, le jeu des acteurs est un peu plat et monolithique, leur évolution au fil du scénario est inexistante ou peu subtile. Mais elle se redresse rapidement en proposant un  scénario teinté de mystère et des choix et idées artistiques intéressants qui lui permet de se démarquer d’autres séries de science-fiction du même acabit.

(Je vous pose des trailers mais j’obtiens des fenêtres vidéos monstrueuses… N’hésitez pas à me signaler si c’est pas ergonomique ni très UX design)

Cowboy Bepop, un anime de jazz et d’eau fraîche

 

J’ai essayé de diversifier mes sélections. Il n’y a pas que les séries avec de vrais gens qui comptent ! Cowboy Bepop est ainsi un anime qui commence à dater mais qui est toujours aussi jouissif. Comme dans Firefly, vous suivez les pérégrinations d’un équipage éclectique et marginal à travers l’espace. Cette fois, nous suivons une bande de chasseurs de prime aux caractères très contrastés.

Les intérêts de Cowboy Bepop sont multiples : les épisodes sont globalement indépendants et surprenants, les personnages sont attachants et bien définis, la musique, jazzy, est hyper cool. Enfin l’univers, un mélange de Far West et de jazz, est original et se rapproche pas mal de Firefly. Enfin, elle joue habilement des différents registres pour toujours nous impliquer et nous captiver.

 

Con man, Alan Tudyk dans l’enfer des conventions

 

Nous entrons dans l‘Univers particulier des web-séries. Con-Man est sortie l’année dernière. Il s’agit d’une création qui doit être très autobiographique de la part d’Alan Tudyk. Ce dernier joue le pilote du Serenity dans Firefly. La série a notamment levé des fonds sur Indiegogo pour pouvoir être tournée. Dans Con Man, il joue un acteur qui jouait le pilote d’un vaisseau d’une série annulée très rapidement mais au nombre de fans remarquablement élevé (cela ne vous rappelle pas quelque chose ?).  Ce format court est l’idéal si vous n’avez pas beaucoup de temps. Il y a ainsi environ 10 minutes par épisode. En effet, pas vraiment le temps de s’ennuyer.

 

 

Après l’annulation de la série, la carrière de Wray Nerely n’a jamais vraiment décollée. Entre deux productions bas de gamme, il écume les conventions de science-fiction pour gagner sa vie. Frustré de vivre dans le passé, frustré par ses fans, il tente tant bien que mal de survivre à sa condition. Il y a énormément de cameos dans la série (Felicia Day de the Guild, le mec qui joue Sam dans le Seigneur des anneaux, une bonne partie du casting de Firefly, dont Nathan Fillion en acteur célèbre infantile…). C’est un délice pour les gens qui aiment la science-fiction, mais elle remet également en question cet univers très particulier en pointant son côté exagéré, obsessionnel.

 

Frey, Firefly version livresque, ça donne ça

 

Frey-Firefly-Alternative-Livresque
Aux éditions Milady

L’auteur de Frey admet lui-même s’être inspiré de Firefly pour écrire le livre, ce qui est plutôt bon signe ! Chris Wooding est un adepte de la série et ça se sent. Son héros, Frey, est un pirate séducteur sans scrupule qui, avec son équipe de bras-cassés, parcourt la galaxie à la recherche de moyens de s’enrichir. Du moins jusqu’au jour où l’opération qu’il pensait géniale fait de lui l’homme le plus traqué de ce coin de l’univers…

Une bonne dose d’action, de l’humour, du drame, de la romance, de l’aventure… dans un seul livre ! Distrayant, mesuré, captivant. Tout comme dans Firefly, chaque personnage a un caractère qui le rend crédible et attachant. L’écriture est accrocheuse, nerveuse, le tout dans un univers steampunk qui ne pardonne rien.

Heureusement, l’auteur parvient à se détacher de son inspiration première pour nous proposer un univers particulier, mélange de piraterie spatiale façon Pirates des Caraïbes en orbite, plutôt que de rester dans l’esprit conquête de l’ouest. C’est en somme la lecture qu’il vous faut si vous voulez revivre Firefly !

 

 

C’est donc sur de la lecture que se termine notre deuxième épisode de “si vous avez aimé…”. Dans le prochain volet, nous évoquerons des alternatives à une série culte des années 2000 ! Alors ne le ratez pas.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *