Couverture jaune, résumé mystérieux, “le livre jaune” est intrigant. Je ne regarde pas La brigade du livre, Michael Roch m’était donc peu connu. J’ai vu passer de bonnes critiques sur son précédent “Moi, Peter Pan“, qui avait même reçu un prix. J’ai donc lu ce court roman, qui se déguste comme un bon vin, lentement.

Synopsis de “Le Livre Jaune”

Un pirate s’échoue sur les rivages de Carcosa, la Cité d’Ailleurs. Persuadé d’être mort, il est amené au Roi en jaune, hanté par le souvenir de ses amours. Ce dernier lui propose de revenir à la vie s’il parvient à le débarrasser de sa malédiction.

Un expérience unique

Du style avec de la personnalité

L’auteur prend le parti d’une écriture déconcertante ! Le livre jaune est publié dans la collection du labo de Mü, qui est un incubateur à charmantes étrangetés. J’ai eu du mal à entrer le récit. Le style est ciselé, onirique, envoûtant mais peu accessible, surtout dans un premier temps. Et puis on se laisse emporter comme on se laisse emporter par la mer. Le vocabulaire est riche, évocateur et maîtrisé. On sent un réel plaisir à utiliser un style sophistiqué pour jouer avec les textures, les sonorités et les images. Michael Roch insuffle un souffle très organique et visuel dans son oeuvre, l’expérience est troublante mais finit par convaincre.

Nous suivons un mystérieux pirate, peut-être mort, peut-être entre deux états, échoué dans un monde étrange. Il est dans la Cité d’Ailleurs, l’insaisissable Carcosa. Guidé par un Aveugle, il rencontre le renommé Roi en Jaune. Ce dernier est un personnage vraiment réussi. Impressionnant, il s’impose en quelques lignes comme un être redoutable (et redouté) dont on ne sait rien.

Une connaissance poussée de la littérature de genre

Le court roman regorge de multiples références. L’auteur a une vraie passion pour les univers finement construits et étranges, ceux aussi dont l’imaginaire est peuplé de terreur et d’ombre. Nous avons une touche de Lovecraft dans cette onirique, voire cauchemardesque, vision, avec ses créatures informes et ses références plus directes à des montagnes qu’on hallucine. Bien sûr, le roi en jaune est issu du recueil de nouvelles du même nom écrit par Robert William Chambers. La quête du pirate rappelle celle de Dante, guidé par un homme qui semble tout savoir, à la recherche d’un amour perdu (ou pas).

Le roman est bien rythmé et nous emporte dans l’univers. Certaines parties permettent de nous éclairer un peu plus sur le passé de notre protagoniste et viennent apporter un peu de légèreté face à un début un peu confus. Mais on pardonne facilement une entrée en matière un peu hermétique, disons que nous nous sommes retrouvés dans la même situation que notre brave pirate !

“Le livre jaune” est remarquable

Un roman qui ne tombe pas dans la facilité ! Tout est fait pour déconcerter le lecteur et créer une oeuvre qui se démarque. Doucement inclassable, sorte de fable onirique, parfois initiatique et parfois dramatique, elle échappe aux étiquettes pour luire d’une douce singularité. Le style d’une grande maîtrise a tout d’un travail d’orfèvre et suffit à lui seul pour tenter cette expérience déconcertante. 

Note : 16/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

3 commentaires

Babitty Lapina · 26 mars 2019 à 20 h 16 min

Olala ce roman a l’air vraiment sympa ! Merci pour la découverte !

    La Geekosophe · 27 mars 2019 à 18 h 39 min

    Il est vraiment original et bien écrit 😉

Le livre jaune – Michael Roch – Au pays des Cave Trolls · 12 avril 2019 à 9 h 25 min

[…] Autres avis: Just a word, la geekosophe […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :