Une lecture de plus dans le cadre du challenge Hold My SFFF ! Ce mois-ci on explore le voyage dans le temps et c’est “Terminus” de Tom Sweterlitsch que j’ai choisi de découvrir. Il fait partie des excellentes parutions d’Albin Michel Imaginaire, collection qui compte beaucoup de très bonnes lecture.

Synopsis de Terminus

Depuis le début des années 80, un programme ultrasecret de la marine américaine explore de multiples futurs potentiels. Lors de ces explorations, ses agents temporels ont situé le Terminus, la destruction de toute vie sur terre, au XXVIIe siècle. En 1997, l’agent spécial Shannon Moss du NCIS reçoit au milieu de la nuit un appel du FBI : on la demande sur une scène de crime. Un homme aurait massacré sa famille avant de s’enfuir. Seule la fille aînée, Marian, 17 ans, serait vivante, mais reste portée disparue. Pourquoi contacter Moss ? Parce que le suspect, Patrick Mursult, a comme elle contemplé le Terminus… dont la date s’est brusquement rapprochée de plusieurs siècles.

Intelligent et original

Une ambiance unique

Mazette ! En voilà du thriller qui ne fait pas dans la dentelle. Le roman est mené de bout en bout de main de maître. Doté d’une écriture redoutable et haletante, l’auteur nous emmène dans un univers sombre et violent, avec comme un goût de fin du monde. Le rythme est débridé et l’atmosphère âpre. Parfois sanguinolent, parfois oppressant, Terminus n’est pas pour les petites natures.

L’histoire est celle d’un meurtre, nous suivons une enquête. Les codes traditionnels sont pourtant respectés : enquêtrice solitaire, aller-retours entre les différentes agences gouvernementales, rebondissements multiples, meurtres brutaux étranges, fausses pistes, symboliques… Mais l’oeuvre n’est pas avare d’originalités pour autant !

Un univers avec des bases solides

L’univers construit est à la fois proche du nôtre et peut s’en éloigner totalement ! Le voyage dans le Temps est toujours un thème risqué. Les incohérences peuvent vite arriver et il est parfois difficile de garder le fil des événements en tête. Des fictions comme Doctor Who optent pour une version délirante du système pour se dédouaner des incohérences. Terminus prend le parti inverse en s’appuyant sur des éléments de physique et une volonté rigoureuse de trouver des explications rationnelles. 

Le pendant, c’est le récit peut se montrer profus en explications. Si d’un côté ces moments posent un univers crédible, il est parfois un peu complexe de comprendre ce dont il est question. Mais ces détails poussés n’empêchent cependant pas de suivre l’histoire avec plaisir.

Des personnages convaincants

Pour les personnages, j’ai beaucoup apprécié Shannon Moss. Opiniâtre, sportive et futée, c’est un plaisir d’avoir un personnage de cette trempe. Autre élément appréciable : elle est amputée juste au-dessus du genou. Mais ce n’est pas simplement pour le spectacle, évoqué juste une fois au début du récit sans que cela ait d’impact le reste du temps. Au contraire, le handicap de Shannon freine souvent sa progression, notamment pendant les combats. 

Le reste du casting est convaincant. Beaucoup de personnages brillent par une forme d’ambiguïté, d’autant plus que l’aspect temporel apporte une nouvelle couche de complexité. Une trahison qui a eu lieu dans le futur aura-t-elle forcément lieu une fois de retour dans le passé ? L’enquête en elle-même amène Shannon au bord de la paranoïa, il est ainsi difficile de savoir quel personnage est digne de confiance.

Terminus est l’une des dernières sorties SF indispensables

Et j’oublie sûrement beaucoup de choses. Terminus est vraiment un roman addictif qui propose une version du voyage dans le temps crédible et passionnante. Taillé aussi bien pour les amateurs de SF que pour les gros lecteurs de thriller, le récit parvient à équilibrer le meilleur des deux pour proposer un roman marquant. 

Note : 17/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

6 commentaires

Zina · 14 juillet 2019 à 13 h 43 min

Carton plein chez moi aussi, j’ai vraiment adoré cette lecture !

    La Geekosophe · 14 juillet 2019 à 19 h 02 min

    Très, très original et déstabilisant ! Une très chouette découverte 😉 J’ai envie de lire plus de la collection Albin Michel Imaginaire maintenant !

Babitty Lapina · 16 juillet 2019 à 21 h 26 min

Je savais qu’Albin Michel s’était lancé dans la littérature de l’imaginaire, mais jamais je n’aurais pensé y trouver ce genre de titre ! Le voyage dans le temps est assez casse gueule, mais celui-ci me tente pas mal. Je n’ai pas lu beaucoup de récits voyage dans le temps, cela serait l’occasion de rajouter un titre à ma collection mentale !

    La Geekosophe · 20 juillet 2019 à 16 h 15 min

    Ils ont une grande variété dans les titres ! J’en entends toujours du bien. Pour Terminus, l’écriture est assez froide et distanciée, ce qui peut vite décontenancer 😉

Brize · 20 juillet 2019 à 15 h 49 min

Bien d’accord avec toi : un roman réussi et marquant !

Terminus, de Tom Sweterlitsch – Les Chroniques du Chroniqueur · 30 août 2019 à 14 h 23 min

[…] Cunéipage, FeydRautha, Brize, Yogo, Anudar, Xapur, Le Chien critique, Lune, Mélie, Dionysos, La Geekosophe, Just A […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :