Merci à Jérôme Vincent d’ActuSF pour l’envoi ! Biotanistes d’Anne-Sophie Devrièse m’avait intéressé pour deux raisons : la première était que le résumé évoquait un monde dominé par les femmes, le second était que la couverture était fort belle. Et puis j’aime toujours découvrir de nouvelles plumes francophones. Alors je me suis plongée dans ce récit entre futur apocalyptique et voyage dans le temps.

Synopsis de Biotanistes

Quelque part dans le futur.

La terre est sèche. Des grappes d’humains survivent dans les dernières oasis. Terminé les ruisseaux, terminé les animaux, terminé… la domination masculine. Parce qu’elles semblent être les seules à survivre à une maladie qui décime l’humanité, les femmes ont pris le pouvoir et les hommes sont relégués au rang de reproducteurs.

Rim, jeune sorcière élevée au convent, voit son premier saut dans le passé approcher avec impatience et fébrilité : et si elle n’atterrissait pas en zone utile et devait renoncer pour toujours à voyager dans le temps ? Et puis, qui est Alex, cette nouvelle venue qui la déroute tant, la pousse à reconsidérer ses certitudes ? Et si… Et si les hommes, en vérité, pouvaient survivre au fléau ?

Un roman plein d’aventures

Un univers riche et bien exploité

J’ai bien aimé l’univers de Biotanistes : l’histoire se passe dans un futur lointain. Après une catastrophe naturelle, un fléau ravage la planète sous la forme d’une maladie grave qui semble tuer les hommes en particulier. En infériorité numérique, ils se retrouvent dominés par les femmes. Mais le plus intéressant est que l’autrice construit un monde désertique où la survie est difficile. Les ressources sont rares et quelques groupes d’humains, survivent dans des villes ou des communautés isolées. Il existe plusieurs factions qui s’opposent, notamment les convents de l’Ordre, peuplés de sorcières aux nombreux secrets, face aux Nornes, une autre communauté mystérieuse.

On suit un convent où sont envoyées les jeunes filles qui survivent au fléau. L’endroit fonctionne comme un centre de formation pour des “sorcières”. Elles sont plusieurs spécialités qui sont très bien exploitées : il y a par exemple les arpenteuses, qui sont capables de voyager dans le temps et sont envoyées pour trouver des graines et d’autres éléments utiles. Mais j’ai trouvé très intéressant les biotanistes, qui sont capables de réparer le vivant avec des éléments mécaniques ou biologiques. L’univers mélange donc avec un certain succès différents éléments de l’imaginaire pour créer un monde inédit : voyage dans le temps, post-apo, dystopie, fantasy… C’est assez agréable à suivre.

Une histoire complexe et fouillée

L’autrice prend un grand soin à surprendre son lecteur ! Anne-Sophie Devrièse construit un scénario aux multiples rebondissements et évite la facilité. En plus de cela, cela n’est jamais vraiment confus malgré un grand nombre de personnages et d’événements, qui s’enchaînent parfois assez rapidement. L’autrice joue beaucoup sur son univers complexe pour jouer avec les attentes. Elle parvient à surprendre à de multiples reprises, notamment en construisant des faux-semblants. Biotanistes nous invite notamment à déconstruire la façon dont nous avons été éduqués et les croyances qui nous semblent immuables pour devenir plus complets, et surtout ne pas agir contre nos valeurs.

Les personnages sont fouillés et intéressants à suivre. J’ai bien apprécié Rim et Ulysse, qui ont des personnalités marquées. Le reste des protagonistes, comme des antagonistes, est composé de personnalités fortes et variées. L’ensemble évolue au fil du temps et des apprentissages, ce qui permet d’éviter d’avoir affaire à un casting statique et sans personnalité. C’est le cas d’Olympe, qui garde une personnalité forte et opposante, mais a autant de qualités que ses défauts sont présents. L’alternance des points de vue permet d’avoir les réactions de plusieurs personnes et ajoute à la richesse de l’action comme de l’univers.

Certains thèmes sont peu approfondis

J’ai toujours envie de lire des histoires qui parlent d’inversion des pouvoirs entre les genres. Je suis cependant rarement convaincue par les propositions. Ici, je retrouve ce travers de baser les inégalités sur les mêmes dynamiques : dans le monde de Biotanistes, les hommes sont victimes de préjugés très présents. Ils sont considérés comme faibles et chouineurs, trop sensibles. Un reproche qui est habituellement fait aux femmes. Biotanistes se contente donc d’inverser les comportements en gardant certains éléments comme dévalorisants, ce qui manque un peu de finesse dans l’exécution et se révèle parfois caricatural.

Je l’ai un peu ressenti par moments, il y a parfois quelques longueurs dans le récit. C’est souvent inévitable dans ce type de romans qui explore un univers complexe. La mise en place est notamment un peu longue, précisément la fin de la formation de Rim qui traîne un peu. De même, certains événements peuvent sembler un peu dispensables.

Biotanistes est une très bonne lecture

Biotanistes a plein de bons éléments ! J’aime beaucoup le système de science et de magie qu’utilisent les sorcières. Les personnages sont variés et ont des personnalités bien dessinées, ce qui rend l’ensemble très agréable à suivre. Le récit a plein de rebondissements bien pensés et présente un univers original et bien décrit. Il est cependant dommage que l’univers matriarcal soit parfois un peu caricatural dans son traitement, ainsi qu’il y ait quelques longueurs qui parsèment le roman. Sinon, c’est une très bonne aventure qui tient ses promesses !

Note : 16/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là. N’hésitez pas à venir soutenir le blog sur Tipeee !

Catégories : Chroniques

5 commentaires

Yuyine · 19 mai 2021 à 8 h 31 min

Je suis à 3/4 de lecture de ce roman et j’apprécie beaucoup également. Je constate aussi un manque de finesse notamment dans la question des stéréotypes de genres inversés mais un univers fort intéressant et une construction narrative efficace. Un premier roman assez épatant qui parvient à me procurer une belle évasion.

    La Geekosophe · 20 mai 2021 à 22 h 13 min

    Le récit est globalement très sympathique et j’aime bien l’originalité du contexte !

Shaya · 19 mai 2021 à 19 h 05 min

Intéressant, je ne connais pas du tout, merci pour la découverte !

Tybalt · 9 juin 2021 à 16 h 21 min

Merci pour cette chronique ! L’univers me rappelle furieusement les “Chroniques du Pays des Mères” d’Elisabeth Vonarburg que j’ai découvertes et adorées il y a peu de temps (mais je vois que tu l’as déjà chroniqué).

    La Geekosophe · 9 juin 2021 à 19 h 10 min

    Il y a en effet un parti pris similaire dans l’idée de départ, mais Biotanistes est destiné à un public plus jeune et n’aborde pas la thématique sous le même angle 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :