J’avais beaucoup le premier roman de Susanna Clarke, Jonathan Strange et Mr Norrell. Je me suis procurée Piranèse dès sa sortie en VO, d’autant plus que le résumé est très intrigant. J’apprécie les récits étranges à la construction originale, et c’est vraiment le cas avec ce roman.

Synopsis de Piranèse

La maison où vit Piranèse n’est pas un bâtiment ordinaire : ses pièces sont infinies, ses couloirs interminables et ses salles ornées de milliers de statues. Au cœur de cette architecture monumentale est emprisonné un océan, mais Piranèse n’a pas peur, il vit pour explorer ce labyrinthe. Dans son journal, il dresse de rigoureux rapports de ses errances.
L’Autre vit aussi dans cette cité enfouie. Piranèse lui rend visite deux fois par semaine et l’aide dans sa recherche du Grand Savoir. Mais, au cours de ses expéditions, Piranèse découvre un jour des preuves de l’existence d’un troisième habitant. Une terrible vérité commence à se dévoiler, révélant un monde totalement différent de celui qu’il connaît.

Un roman ambitieux et envoutant

Une narration unique

Susanna Clarke met en scène un narrateur nommé Piranèse. Explorateur d’un monde étrange qui semble uniquement peuplé de statues, il rédige un journal dans lequel il note ses découvertes. Il écrit également ses pensées, ses aventures, son respect profond pour ce qu’il nomme la Maison. Nous sommes pleinement immergés dans sa perception, nous lecteurs, et tentons de comprendre l’univers dans lequel il évolue. C’est un procédé très ludique, car certains indices qu’il ne comprend pas, nous avons la clé en tant que lecteurs. Mais l’intelligence de la narration donne l’impression de jouer à une chasse au trésor, car Piranèse et l’autre personne qui errent dans la Maison cherchent la connaissance, une sorte de Pouvoir Suprême.

Tous les indices que nous avons viennent d’écrits. Ceux de Piranèse bien sûr, qui découvre que certains de ses journaux sont plus anciens que ce qu’il pensait. Ces extraits permettent d’avoir des informations sur les halls infinis et leurs spécificités. Petit à petit, nous en découvrons un peu plus sur l’Autre. Mais aussi sur son entourage. Les informations que nous avons sont les mêmes que Piranèse, parcellaires, mais aussi celles d’un esprit naïf qui se prête à un exercice scientifique, mais qui reste avec une connaissance limitée des interactions humaines.

Une ambiance onirique pour un jeu de manipulations

La narration est renforcée par l’onirisme du récit. Le premier tiers du récit consiste à décrire l’étrange lieu dans lequel évolue Piranèse. Il s’agit d’une série de halls peuplée de statues variées. Minotaures, enfants, jardiniers… Autant d’éléments étranges qui imitent la vie. Un lieu dangereux aussi, car il y a régulièrement des inondations. La preuve, les seuls compagnons du personnage principal sont quelques squelettes anciens. Qui étaient ces gens ? Pourquoi étaient-ils dans ce lieu vide de vie ? Les mystères sont nombreux, à commencer par ce qu’est La Maison exactement. Mais lorsque de nouvelles personnes font leur apparition dans les halls, Piranèse remet en question son existence.

Susanna Clarke a construit un labyrinthe littéraire au sein d’un labyrinthe physique. Le centre du récit met en scène l’emprise mentale et intellectuelle qu’ont certaines personnes sur d’autres. Le roman décrit ces phénomènes avec une certaine acuité. Piranèse était un graveur italien dessinant des prisons imaginaires, ce qui donne un indice clair sur certains dénouements du récit, certaines prisons sont littérales, d’autres mentales, et parfois on se laisse emprisonner volontairement, parfois son se laisse piéger malgré soi, mais nous ne sommes plus jamais les mêmes après coup.

Piranèse nous fait entrer dans le labyrinthe

Récit intelligent et plein de poésie, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Le roman nous plonge dans un récit à la première personne onirique. Piranèse, notre narrateur, écrit un journal dans lequel il note toutes ses découvertes dans des halls infinis, peuplés d’eau et de statues étranges. Mais le roman va plus loin en révélant une histoire d’ésotérisme et d’emprise, le tout dans une narration originale qui permet de nous immerger totalement dans cette ambiance envoûtante.

Note : 17/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

2 commentaires

tampopo24 · 1 avril 2024 à 21 h 15 min

J’ai trouvé cette lecture merveilleuse, tellement originale et prenante <3
ça m'a fait penser un peu à la novelle Meduse mais aussi beaucoup à du Théophile Gauthier et du Virginia Wolf.
C'est vraiment unique.

zoé · 3 avril 2024 à 20 h 37 min

Génial ce bouquin ! Je me souviens de la fin que j’avais trouvée brillante – il mériterait que je le relise, j’ai déjà un peu oublié tout ça.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :