J’avais envie de découvrir la littérature irlandaise mais de retrouver ses paysages sauvages et son côté traditionnel moins présent sur l’Est de l’île. Je connaissais John Millington Synge, c’est un poète et dramaturge qui a notamment écrit une pièce de théâtre, le baladin du monde occidental, qui a choqué ses contemporains au point de provoquer des émeutes à Dublin. J’ai plutôt choisi de lire l’un de ses récits de voyage, les îles Aran. Qu’en est-il ?

 

Synopsis des Îles Aran

 

Contrairement à beaucoup d’écrivains irlandais, Synge ne connaissait pas lé Gaélique, il ne l’avait pas appris pendant ses études au Trinity College. Alors qu’il rencontre Yeats à Paris, ce dernier lui conseille de partir apprendre l’irlandais en visitant les Îles Aran, trois îles minuscules au large de Galway, sur la côte Ouest. John Millington Synge y passera quatre étés qu’il relatera dans ses carnets de voyage.

 

Un beau voyage dans l’Irlande traditionnelle

 

 

Dans un premier temps, Synge a une écriture d’une grande finesse et d’une extrême poésie qui parvient à capter l’existence à la fois rude et simple de l’Irlande rurale et insulaire de la fin du XIXe siècle. Scènes de pêche, enterrement, récits au coin du feu, l’auteur retranscrit ce qu’il a vécu avec minutie. Les paysages prennent toute leur ampleur grâce à un sens de l’image d’une grande sensibilité.

Dans ces îles, les légendes et les contes ont une importance particulière. Synge retranscrit des histoires entières racontées par les autochtones. La traditions des conteurs est très développée dans l’Irlande traditionnelle. Les Irlandais croient réellement à ce qu’ils appelle le Petit Peuple, les fée et les sorcières. Ces croyances ne sont pas en contradiction avec le catholicisme, également profondément ancré. L’écrivain a capté cette spécificité de la culture Irlandaise traditionnelle avec bienveillance et réalisme.

 

Conclusion : une lecture poétique dépaysante

 

En somme, Les îles Aran a été un voyage dépaysant dans une Irlande sauvage et mystique. Entre les journées de pêche et les contes centenaires, c’est la lecture idéale si vous souhaitez en savoir plus sur la mentalité de l’Erin dans ce qu’elle a de plus traditionnel et typique.

Note : 18/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont disponible par là.


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :