Des vampires, la fin du monde, un petit vieux avec une épée… Il en avait fallu peu pour me convaincre de tenter le premier roman. Bien sûr, il avait des failles. L’écriture est loin d’être extraordinaire, Ephraïm a le charisme d’une moule. Mais l’histoire était accrocheuse, les vampires terrifiants et plutôt originaux avec ce côté virus moderne, le tout mêlé à des histoires anciennes. Du coup, je me suis lancée dans le deuxième tome, La chute. 

 

Synopsis de La Chute

Tandis que les vampires envahissent les rues de New York, l’épidémiologiste Ephraïm Goodweather, le professeur Abraham Setrakian et un petit groupe de rescapés tentent de s’organiser au milieu du chaos. Car, partout dans la ville et dans le monde, des émeutes éclatent, des milices se mettent en place et les êtres humains se retrouvent impuissants face à leurs prédateurs, les vampires. Ephraïm et ses amis pourront-ils faire échouer le plan diabolique du Maître qui menace de plonger l’humanité dans la nuit éternelle ?

 

Une plongée dans l’Apocalypse

J’ai bien apprécié le livre qui parvient à nous plonger dans un univers qui se délite. Certains personnages continuent d’être vraiment sympathiques, comme Setrakian ou Fet. le Maître appose petit à petit son pouvoir sur la planète et le bras de fer entre les survivants et lui gagne en intensité. Mais je n’accroche définitivement pas à des personnages trop lisses comme Eph ou Nora. En revanche, Palmer devient vraiment très captivant et montre qu’il est un peu complexe qu’escompté.

Le scénario se cristallise autour de l’Occido Lumen, un manuscrit ancien qui contiendrait la solution pour vaincre le Maître. J’aime aussi beaucoup l’apparition des Aînés, ces vampires puissants et millénaires qui s’opposent au Maître. Ils ajoutent un peu de complexité à l’ensemble, étant donné qu’ils n’hésitent pas à s’abroger des partisans pour lutter à leur manière.

Le livre parvient toujours à instaurer un bon suspens, notamment lors des attaques des créatures où on se sent vraiment faible. En un sens, elles sont une fois de plus décrites de manière très juste. Les strigoï parviennent toujours à nous dégoûter autant qu’à nous fasciner. J’aime l’idée que l’homme ne soit plus l’espèce dominante mais un simple fournisseur de nourriture pour des êtres plus intelligents et plus forts. Ces parties sont une fois de plus très réussies et permettent de sortir un peu de l’aspect un peu trop proche de “Dracula” que j’avais reproché au premier tome.

Les retours dans le passé, notamment d’Abraham Setrakian, permettent de donner un autre éclairage à l’histoire. Les extraits parviennent à en faire un personnage marquant et de faire comprendre les enjeux scénaristiques, ils mettent bien en valeur le climax final.

 

Une suite efficace

En somme, une bonne suite pour moi, bourrée d’action et efficace. Beaucoup de personnages gagnent en importance et les vampires progressent dans leur conquête du monde en dévoilant leur plan tordu. Un série de livre parfaite pour se faire peur.

Note : 15/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Le reste des chroniques lecture est par là.

Catégories : Chroniques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :