La bibliothèque de Mount Char m’attendait patiemment dans la PAL. le résumé et les bonnes critiques m’avaient poussé à le prendre et enfin, quand je l’ai lu, il s’est révélé proche de la perfection ! A noter que je l’ai lu en VO.

 

Synopsis de La Bibliothèque de Mount Char

Carolyn était une jeune Américaine comme les autres. Mais ça, c’était avant. Avant la mort de ses parents. Avant qu’un mystérieux personnage, Père, ne la prenne sous son aile avec d’autres orphelins. Depuis, Carolyn n’a pas eu tant d’occasions de sortir. Elle et sa fratrie d’adoption ont été élevés suivant les coutumes anciennes de Père. Ils ont étudié les livres de sa Bibliothèque et appris quelques-uns des secrets de sa puissance. Parfois, ils se sont demandé si leur tuteur intransigeant ne pourrait pas être Dieu lui-même. Mais Père a disparu – peut-être même est-il mort – et il n’y a maintenant plus personne pour protéger la Bibliothèque des féroces combattants qui cherchent à s’en emparer. Carolyn se prépare pour la bataille qui s’annonce. Le destin de l’univers est en jeu, mais Carolyn a tout prévu. Carolyn a un plan. Le seul problème, c’est qu’en s’acharnant à créer un nouveau dieu elle a oublié de préserver ce qui fait d’elle un être humain.

 

Un livre de fantasy profondément original et captivant

Tout d’abord, j’ai trouvé l’univers très bien pensé et d’une grande originalité. Les bibliothécaires possèdent des spécialités, un catalogue, qui leur confère des talents spécifiques. Ces bibliothécaires ont été élevés et obéissent à Père, qui semble un équivalent de Dieu, tout simplement. Figure terrifiante, son autorité sévère et son mystère en font un personnage très marquant, malgré son absence.

Le livre touche à de nombreux domaines : les langues, les animaux, les religions, le monde, les mathématiques… Ce qui donne une impression de profusion grisante, d’une univers vaste et complexe qui dépasse notre entendement mais qui pourtant semble cohérent. Il y a des lions qui parlent, des sortes de mort-vivants, des entités anciennes, sans âge… L’univers créé par Hawkins est très bien construit.

Le récit s’articule autour de la disparition de ce Père qui laisse désemparé ses enfants adoptifs face aux nombreux et puissants ennemis de ce dernier. La psychologie de ces derniers est très réussie. Ils parviennent à créer une forme de distance et d’étrangeté avec eux, Scott Hawkins a réussi à créer des personnages ambigus, à la fois touchants et terrifiants.

Nous ne pouvons nous rattacher qu’à Steve, qui se retrouve au centre des plans de Carolyn. Ce personnage, qui pourtant me laissait indifférente, s’est finalement révélé très attachant, notamment dans sa relation avec d’autres personnages du livre.

Le livre est de temps en temps traversé par des scènes sanglantes. Mais j’ai pris cela comme des actions pour nous rappeler que les bibliothécaires sont malgré leurs apparences, différents des êtres humains. Leur rapport à la mort et à la violence est complètement différent, ce qui explique des moments très gores, mais trop exagérés pour vraiment choqués.

Enfin, j’ai trouve la plume très claire, parfois poétique, parfois plus crue, mais toujours juste. Il nous emporte dans le flot de son histoire avec aise. D’autant plus qu’il distille des rebondissement nombreux et des scènes d’action bien tournées. Résultat : Je ne me suis jamais ennuyée dans ce récit atypique.

 

A lire si vous voulez de la fantasy adulte

Je ne peux que vous conseiller ce roman. Si vous cherchez de la fantasy adulte de très bonne facture, au monde original et au goût résolument moderne et un peu incisif, foncez !

Note : 18/20

Pour acheter le livre, c’est par ici ! Pour retrouver le reste des chroniques, c’est par là !

 

Catégories : Chroniques

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :