Pour la fête des mères, je vous propose un Top 10 en lien avec nos mamans. Le but : montrer la diversité de la figure maternelle en honneur de ces femmes que l’on ne remercie jamais assez. Ce sera donc des livres où le lien mère-enfant est particulièrement important, où la mère est aussi une femme qui en impose ou un livre qui questionne la place de la maternité dans la société.

 

10. Les derniers jours de Rabbit Hayes d’Anna McPartlin : Mère courageuse

derniers-jours-rabbit-hayes

Mia, dite Rabbit, est atteinte d’un cancer en phase terminale. Elle est la mère célibataire de Juliet, 11 ans. Le livre décrit avec une grande sensibilité le lien entre une mère et sa fille, la difficulté de faire face à la perte d’un être chère, surtout quand il s’agit de sa mère.

 

9. Morwenna de Jo Walton : Mère maudite et diabolisée

morwenna

Dans Morwenna, la mère du personnage principal n’apparaît que très peu, mais son ombre plane comme une menace sur l’ensemble du livre. Car Morwenna est persuadée que sa mère est une sorcière qui cherche à dominer les autres et à lui faire du mal. Le roman fait partir de ces livres qui décrivent une relation corrompue avec la figure maternelle, et n’est donc pas conseillé à offrir à la fête des mères. Du tout.

 

8. Marie-Antoinette de Stefan Zweig : De reine frivole à mère dévouée

marie-antoinette

Marie-Antoinette est un personnage fascinant de l’histoire. Stefan Zweig met parfaitement en avant sa volonté d’avoir des enfants et ce que la maternité change dans sa vie. D’abord jeune femme insouciante, les épreuves de la vie et la maternité la rendent plus affirmée et moins égoïste.

 

7. Verte de Marie Desplechin : Mère autoritaire et aimante

verte

Pauvre Verte ! Elle la fille d’une sorcière qui souhaite la voir embrasser la même carrière. Ursule souhaite le meilleur pour sa fille, mais elle ne peut d’empêcher de la pousser à prendre le même chemin qu’elle, même si ce n’est pas ce que sa fille souhaite faire. Verte montre un personnage de mère au caractère fort et une relation certes parfois difficile, mais touchante. Une histoire d’amour maternel qui oscille entre conflit et confiance et qui est très proche de la réalité sous certains aspects.

 

6. Carrie de Stephen King : Mère abusive

carrie

Carrie aura marquer toute une génération ! Le personnage de la mère est particulièrement marquant avec sa folie religieuse qui pousse sa fille à bout. Elle montre une relation pervertie par une mère puritaine violente qui n’hésite à agresser sa propre fille.

 

5. Kallocaïne de Karin Boye : Mère qui s’affirme

kallocaine

Linda est la femme de Leo Kall, ils ont trois enfants ensemble. Linda apparaît comme un personnage certes discret, mais bien plus stable et sain. Elle tient notamment un très beau discours sur la maternité, ce qui en fait une figure sacrificielle marquante qui n’hésite pas à mettre en avant son statut de Mère face à une société totalitaire, là où Kall se montre parfois distant avec sa famille.

 

4. Une maison de poupée d’Henrik Ibsen : Mère qui s’émancipe

maison-poupée

Nora appartient à la bourgeoisie. Mère de famille d’apparence épanouie, elle finit par s’apercevoir que son rôle n’est qu’une mascarade sociale qui ne repose sur rien. Sa maternité, elle s’en détachera pour essayer de revenir à elle-même, et ne plus sacrifier son individualité à un stéréotype.

 

3. L’Unité de Ninni Holmqvist : Mère inattendue

unite

Dans ce monde dystopique, la famille détermine si oui ou non nous sommes utiles à la société. Dorrit est sans enfants le jour de ses 50 ans, elle doit donc rejoindre l’Unité, un centre où les personnes comme elles servent de rats de laboratoire et de réserves d’organe pour le reste de la population. Suite à une rencontre, elle tombe tout de même enceinte, ce qui met cette société face à ses contradictions.

 

2. Les misérables de Victor Hugo : La mère qui aura tout donner

miserables

Comment oublier Fantine ? Cette mère magnifique, malmenée par la vie et l’injustice, qui aura tout sacrifier pour que son unique enfant soit en sécurité et ne manque de rien. Victor Hugo parvient comme toujours à créer des personnages d’une grande richesse et d’une grande profondeur. Fantine est l’une des figures maternelles les plus marquantes de la littérature.

 

1. Game of Thrones de G.R.R. Martin : Mères badass

game-of-thrones

En termes de figures maternelles qui envoient, difficile de passer à côté du Trône de fer ! Que ce soit Catelyn Stark, la mère louve, Cersei, la lionne, ou même Ellana Sand, l’œuvre de Martin regorge de femmes prêtes à tout pour défendre leur progéniture ou qui font preuve d’une force de caractère qui dépasse les stéréotypes de douceur et de soumission associés aux mères.

 

Vous avez un livre dont la figure maternelle vous a beaucoup marqué ? N’hésitez pas à partager en commentaire. Dans les relations maternelles perverties, celle de Lyra et Mrs Coulter m’avait aussi heurté. En revanche, Dans l’Epouvanteur, j’aime la relation lointaine que Tom Ward entretient avec sa mère.

 

Ce top a été rédigé dans le cadre d’un Top Ten Tuesday, cliquez sur la bannière pour plus de top ten.

Top ten tuesday

Catégories : Littérature

2 commentaires

bidib · 17 mai 2018 à 22 h 07 min

ma fille a reçu Verte en cadeau mais je ne lui ai pas encore piqué 🙂
L’unité à l’air intéressant

    La Geekosophe · 19 mai 2018 à 10 h 42 min

    Ce livre m’avait marqué quand j’étais plus jeune 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :