Cette novella apporte un vrai vent de fraîcheur ! L’histoire m’avait l’air intéressante, notamment l’univers dans lequel les personnes choisissent leur sexe, leur évolution en femme ou en homme étant bloquée par la magie. D’autant que la fantasy orientale n’est pas très courante, et change vraiment des récits ancrés dans des univers médiévaux inspirés de l’Europe.

 

Synopsis de The Black tides of heaven

Mokoya and Akeha, the twin children of the Protector, were sold to the Grand Monastery as children. While Mokoya developed her strange prophetic gift, Akeha was always the one who could see the strings that moved adults to action. While his sister received visions of what would be, Akeha realized what could be. What’s more, he saw the sickness at the heart of his mother’s Protectorate.

A rebellion is growing. The Machinists discover new levers to move the world every day, while the Tensors fight to put them down and preserve the power of the state. Unwilling to continue to play a pawn in his mother’s twisted schemes, Akeha leaves the Tensorate behind and falls in with the rebels. But every step Akeha takes towards the Machinists is a step away from his sister Mokoya. Can Akeha find peace without shattering the bond he shares with his twin sister?

 

Une histoire courte mais intrigante

L’auteur suit ici des jumeaux, Mokoya et Akeha, de l’enfance à l’âge adulte. Bien que le récit soit court, l’univers qui se développe est vaste et composé d’éléments hétéroclites mais qui parviennent à former un ensemble étonnamment cohérent. Il y a des magiciens (les tensorates) qui utilisent leur troisième œil pour faire usage de leurs pouvoirs, des machinistes qui reposent plus sur la technologie, une société qui tire ses inspirations de la Chine ancienne.

L’auteur parvient même à déployer des factions rivales en parallèle de l’évolution de ses personnages. La figure de la Mère des jumeaux, la tête du Protectorat, est un personnage proprement terrifiant. Cette bataille pour le pouvoir prend rapidement corps et pose des questions intéressantes sur les méthodes que l’on peut utiliser pour se rebeller. Il existe une forme de lutte de classe entre ceux qui sont capables d’utiliser la magie et ceux quo n’ont pas ce don.

Mais la partie la plus réussie est sans doute la psychologie des personnages. Car la novella traite surtout de l’évolution d’Akeha, qui deviendra homme et s’exilera pour mener une vie de contrebandier. Comment arriver à concilier sa nouvelle vie sans s’éloigner de sa jumelle Mokoya, la Prophète ? Le récit aborde des questions essentielles dans la construction de l’identité d’une personne. La sexualité, la famille, le genre… L’auteur décrit parfaitement les sentiments humains qui agitent ses personnages et parvient à les rendre à la fois attachants et crédibles.

Conclusion : une novella pour découvrir un autre monde

Une courte lecture très agréable qui nous emmène dans un monde dépaysant et riche. Les personnages sont très bien peints, l’histoire nous happe immédiatement ! Difficile de résister à des livres aussi originaux. Je lirai tout à fait l’autre partie de la duologie dédiée à Mokoya.

Note : 16/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. L’ensemble des chroniques est par là.

Catégories : Chroniques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :