Voici le point de ce second mois placé sous le signe du Pumpkin Autumn Challenge ! Voici le bilan de ce deuxième mois du défi ! Quelle a été la lecture favorite de votre mois d’octobre ?

 

Le nom de la rose d’Umberto Eco

le-nom-de-la-rose

An de grâce 1327, la chrétienté est en crise. L’ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville se rend dans une abbaye bénédictine du Sud de la France pour participer à une rencontre entre franciscains prônant la pauvreté du Christ et partisans d’un pape amateur de richesses. Dès son arrivée, il se voit prié par l’abbé de découvrir au plus vite la raison de la mort violente d’un de ses moines, retrouvé assassiné. L’inquisiteur Bernard Gui, dont la réputation de cruauté n’est plus à faire, est attendu, et l’abbé craint pour l’avenir de son abbaye. Tel un ancêtre de Sherlock Holmes, Baskerville se met à l’ouvrage, assisté du jeune Adso de Melk. D’autres morts vont venir compliquer sa tâche. 

Le nom de la rose est une lecture qui parle de tout en se cachant derrière une énigme policière. Ecriture brillante, érudition remarquable, thèmes aussi riches que profonds, c’est une lecture qui marque par son ambition autant que sa réalisation. 

 

La nuit du Porte-Lumière de Peter Tremayne

la-nuit-du-porte-lumiere

Irlande, 671. Dans le royaume de Cashel, tout le monde est occupé par les préparatifs de la fête païenne de Samhain, célébrant le solstice d’été. C’est alors qu’au milieu du bois assemblé pour le bûcher, Eadulf et le guerrier Aidan découvrent le cadavre d’un homme, vraisemblablement tué selon le rituel de la “triple mort”.

Pleinement convaincue par cette nouvelle aventure ! Je ne peux que recommander cette série de livres, que ce soit aux fans des héroïnes fortes, des légendes et de la culture irlandaises ou des polars historiques rondement menés. 

 

Frankenstein Délivré de Brian Aldiss

frankenstein-delivre

« Un visage d’une beauté impressionnante me fixa soudain. Puis la lucarne vola en éclats et la Créature du Baron Victor Frankenstein bondit au milieu de la pièce. Oui, son visage était beau et j’utilise ce mot à dessein pour réfuter la légende d’un hideux conglomérat de traits empruntés. Les yeux étaient là, étincelants derrière les hautes pommettes protectrices comme à travers les fentes d’une visière. Les autres traits, la bouche, les oreilles, et surtout le nez, avaient été en quelque sorte estompés par le bistouri du chirurgien. La Créature qui me fixait maintenant avait l’air d’une machine faite au tour. Son crâne atteignait presque les poutres du plafond. Il se pencha, me saisit par le poignet et me tira vers lui comme si je n’étais qu’une poupée ».

Le roman manque pour moi un peu de corps et de cohérence. Je n’ai pas pu m’attacher aux personnages ou à l’histoire et seuls quelques passages bien écrits et mettant en scène une réflexion profonde m’ont permis de terminer cette lecture. 

 

La chambre de Naomi de Jonathan Aycliffe

naomi-room

À la veille de noël., le professeur Charles Hillenbrand avait emmené Naomi, cinq ans, faire les magasins à Londres… Et la petite fille a disparu. Après de nombreuses heures d’angoisse, l’enfant est retrouvée dans une allée sombre, sans vie. Le fait divers fascine au point que Lewis, un photographe cherche à rapporter des clichés pour le journal à scandales qui l’emploie. Mais les photos révèlent plus que ce qu’il escomptait… Qui sont ces deux petites filles qui apparaissent régulièrement au côté de Charles et de sa femme Laura ? Pourquoi sont-elles parfois accompagnées de Naomi ? Et surtout, qui est cet homme en noir dont la présence inquiétante les domine tous sur certaines images ? 

Une lecture pour le soit d’Halloween ! le roman se lit quasiment d’une traite et est très prenant. A la fois oppressant, fascinant et écœurant, cette plongée dans cette ghost story m’aura offert quelques nuits difficiles ! 

 

Les jours meilleurs de Cecelia Ahern

les-jours-meilleurs

À force de traquer le scoop et de dévoiler la vie privée des gens dans les colonnes de la presse à scandale, Kitty est dans l’impasse. Sa carrière de journaliste piétine, et ses frasques lui valent une réputation désastreuse. Tout s’effondre quand elle apprend que Constance, la femme qui lui a tout appris, vit ses derniers instants. Elle se rend à son chevet et lui demande quelle histoire elle a toujours rêvé d’écrire. Mais la réponse arrive trop tard, sous la forme d’une liste de cent noms, sans aucune explication. Bien décidée à percer le mystère, Kitty tente de comprendre ce qui relie entre eux ces inconnus. En allant à leur rencontre, elle va découvrir des aspects pour le moins inattendus de la vie de Constance et peut-être même trouver un sens à la sienne.

C’est une bonne lecture doudou, à lire avec un chocolat chaud un dimanche pluvieux. L’écriture de l’autrice est fluide, les dialogues drôles et percutants ainsi que des personnages avec des histoires fascinantes et humanistes. 

 

Marqués d’Alice Broadway

ink-alice-broadway
Qui était le père de Léora ?
Après la mort de ce dernier, la jeune fille souhaite célébrer la mémoire de cet homme qu’elle a toujours admiré.
Mais, lorsqu’elle découvre que des passages du livre retraçant sa vie sont incomplets ou faux, Léora commence à douter. De plus, un tatouage représentant une corneille dénonce son père comme coupable d’un crime…

Bien que reposant sur des ressors scénaristiques déjà connus et très utilisés, cette dystopie construit un univers détaillé et particulier qui mérite le coup d’œil. Parmi toutes les œuvres du genre qui sortent par centaines, Marqués repose sur un propos intéressant et une réelle volonté de créer un univers spécifique et immersif.

 

The City and The City de China Miéville

the-city-and-the-city

Quelque part dans l’Est de l’Europe, se tiennent les villes rivales de Beszel et Ul-Qoma. Bien qu’elles soient étrangères l’une à l’autre, leur tissu urbain est si entremêlé que les rues commencent à Beszel et finissent à Ul-Qoma. L’inspecteur Borlú, de Beszel, doit élucider le crime sordide d’une étudiante.

J’ai manqué décrocher à certains moments, mais la persévérance a payé. China Miéville nous offre, comme à son habitude, une oeuvre qui s’affranchit des codes pour construire un monde unique et troublant. L’auteur crée son propre vocabulaire et ses propres références pour entrer dans un univers aussi prenant que particulier.

 

C’est parti pour le dernier mois du Pumpkin Autumn Challenge ! Vous avez prévu de lire quoi pour le mois de Novembre ?

 

 

Catégories : Points lectures

6 commentaires

Chromopixel · 31 octobre 2018 à 14 h 18 min

Pas mal de bonnes lectures par ici. J’ai le nom de la rose à lire dans ma PAL pour Novembre et Marquée me fait bien envie aussi, je vais surement le rajouter a ma liste d’envies. Je participe aussi au Pumpkin, je viens de terminer Shutter Island et je pense qu’il est certainement ma lecture préférée du PAC.

    La Geekosophe · 1 novembre 2018 à 23 h 51 min

    Beaucoup de romans de Dennis Lehane me tentent beaucoup ! Gone, Baby, gone notamment mais j’ai peur d’être trop déprimée. Mystic River m’avait déjà déprimé en film !

Babitty Lapina · 1 novembre 2018 à 9 h 55 min

Il faut que j’arrête de venir sur ton blog. J’ai plusieurs livres que j’ai envie de lire à tout prix alors que j’ai déjà beaucoup trop de lectures en attente xD Le nom de la Rose me fait terriblement envie, mais on m’a déconseillé de le lire. Comme quoi ça serait trop intellectuel pour moi. Donc je ne sais pas trop quoi penser, mais je pense que je finiras par me lancer !

C’est quoi le premier tome de la saga La nuit du Porte Lumière ? Je suis une méga fan de ce genre de roman !!

    La Geekosophe · 1 novembre 2018 à 23 h 55 min

    Ce n’est pas très gentil de lire que Le nom de la rose est trop intellectuel ! Même il y a des parties assez poussées sur la théologie ou des courants philosophiques, c’est aussi un thriller et un roman historique qui permet d’en savoir plus sur une époque qu’on ne connaît pas beaucoup. Je ne trouve même as que l’écriture soit lourde et les passages un peu trop “intellectuels” peuvent être passés assez rapidement.

    Le premier tome de la saga de Fidelma est “Absolution par le meurtre”, que je n’ai pas lu. Pour l’instant j’ai lu le tome 6 et… bah le tome 27 😀

      Babitty Lapina · 2 novembre 2018 à 10 h 00 min

      Hooo c’est le genre de saga qu’on est obligé de lire dans l’ordre ? Cool ! 😀

      Babitty Lapina · 2 novembre 2018 à 10 h 01 min

      Je suis une personne qui poste qu’une moitié de commentaire xD
      C’est vrai que c’est pas très sympa de dire ça, du coup je vais me lancer dans ce roman ! 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :