C’est parti pour le bilan de fin du Pumpkin Autumn Challenge ! De très chouettes lecture durant ces 3 mois malgré un bémol : je n’ai pas réussi à lire tous les livres que j’avais prévu. Voici donc les romans que j’ai lus au mois de novembre.

 

Le mystère Henri Pick de David Foenkinos

mystere-henri-pick-david-foenkinos

En Bretagne, un bibliothécaire recueille tous les livres refusés par les éditeurs. Parmi ces manuscrits, une jeune éditrice découvre une pépite écrite par un certain Henri Pick. Elle part à sa recherche et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Mais selon sa veuve, il n’a jamais écrit autre chose que des listes de courses… Aurait-il eu une vie secrète ? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire.

Une histoire légère très bien écrite, ironique, drôle et charmante, mais pas assez acide pour vraiment durer. C’est une belle lecture pour les amateurs de livres et de bibliothèques, les amoureux éternels des pages qui pourront y voir un bel hommage à l’objet de leur passion et qui apprécieront une lecture aisée et fluide.

Les jardins statuaires de Jacques Abeille

jardins-statuaires-jacques-abeille

«En vérité je ne sais d’où ces statues tiennent cet air de présenter chacune à sa manière une déchirure profonde, et secrète, mais comment n’en serait-on pas touché ?» À une époque indéterminée, un voyageur parcourt un monde mystérieux où, dans des domaines protégés par de vastes enceintes, les hommes cultivent des statues… Inlassablement, les jardiniers plantent, soignent et transplantent les pierres. S’ils acceptent de guider l’explorateur dans leur étrange contrée, lui disent-ils tout des règles de leur société ?

Avec son univers poétique, Jacques Abeille nous offre une expérience envoûtante unique. Mais loin d’être une simple curiosité littéraire, Les jardins statuaires nous met face à des problématiques sociales poussées : place des femmes, légitimité des normes, fin d’une société étouffée par ses rites et ses traditions, discrimination… A lire donc ? Totalement !

 

Le Roi des Fauves d’Aurélie Wellenstein

roi-des-fauves-aurelie-wellenstein

Accusés de tentative de meurtre, Ivar, Kaya et Oswald sont condamnés à un sort pire que la mort. Enfermés dans un royaume en ruines, coupés du monde, il leur reste sept jours d’humanité. Sept jours pendant lesquels le parasite qu’on leur a inoculé va grandir en eux, déformant leur corps et leur esprit pour les changer en monstre. Au terme du compte à rebours, ils seront devenus des berserkirs, des hommes-bêtes enragés destinés à tuer ou être tués sur les champs de bataille. À moins que le légendaire roi des fauves puisse enrayer leur terrible métamorphose ? Mais existe-t-il vraiment ailleurs que dans leur tête ? Commence alors une course contre le temps, où les amis d’hier devront rester forts et soudés, pour lutter contre les autres. et contre eux-mêmes. 

Une très bonne découverte pour ma part ! Je lirai très certainement l’autre parution d’Aurélie Wellenstein, le Dieu Oiseau ! J’ai bien aimé l’univers original qui dévoile une grande imagination, ainsi que le mélange entre une écriture onirique et des moments plus durs qui permettent d’ajouter de la maturité au récit. Une lecture recommandée, donc.

 

Anno Dracula de Kim Newman

anno-dracula-kim-newman

1888: Dracula a épousé la veuve Victoria, et règne désormais sur la Grande-Bretagne. Les vampires sont sortis de la clandestinité mais tout n’est pas si simple dans cette version de Londres du XIXe siècle. Un assassin surnommé Scalpel d’Argent massacre les prostituées aux canines un peu trop aiguisées. Un simple mortel, Charles Beauregard, est envoyé pour le traquer et croisera au fil de son enquête des personnages aussi légendaires que Jack l’Éventreur, le docteur Jekyll ou Fu Manchu.

c’est à mes yeux une lecture qui m’a conquise malgré ses quelques défauts. Entre personnages attachants, écriture rythmée et même une façon de construire la société de manière convaincante. C’est une lecture sympathique pour les amateurs de littérature vampirique et d’époque victorienne.

 

Le sang des elfes d’Andrzej Sapkowski

sang-des-elfes-andrzej-sapkowski

Le royaume de Cintra a été entièrement détruit. Seule la petite princesse Ciri a survécu. Alors qu’elle tente de fuir la capitale, elle croise le chemin de Geralt de Riv. Pressentant chez l’enfant des dons exceptionnels, il la conduit à Kaer Morhen, l’antre des sorceleurs. Initiée aux arts magiques, Ciri y révèle bien vite sa véritable nature et l’ampleur de ses pouvoirs. Mais la princesse est en danger. Un mystérieux sorcier est à sa recherche. Il est prêt à tout pour s’emparer d’elle et n’hésitera pas à menacer les amis du sorceleur pour arriver à ses fins…

L’histoire du sorceleur gagne en épaisseur ! Quel plaisir de suivre des personnages avec des caractères aussi forts, Yennefer en tête. Dommage que l’histoire traîne cependant parfois en longueur, alors que les parties qui traient de stratégie militaire ou plus plongées dans l’action sont accrocheuses !

 

L’épée de l’été de Rick Riordan

epee-ete-rick-riordan

Le jour où Magnus Chase apprend qu’il est le fils d’un Dieu nordique, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est plutôt surpris !
Il semblerait que les dieux d Asgard se préparent à entrer en guerre. Or c’est lui, Magnus, qui doit empêcher la fin du monde en mettant la main sur une épée disparue il y a des milliers d années ! Comme si tout cela ne suffisait pas, voilà qu’un géant de flammes attaque la ville, forçant Magnus à choisir entre sa vie et celle de milliers d innocents…Mais, pour un demi-dieu, qu est-ce que la mort sinon le début d’une nouvelle vie ? Magnus se réveille à l’Hôtel Vallhala, le paradis des guerriers : sa première grande aventure peut commencer. 

Décidément, les romans de Rick Riordan assurent ! Après les dieux grecs, plongée dans les légendes nordiques avec Magnus, fils de Freir. Humour décapant, références parfois très poussées, personnages attachants et franchement drôles, c’est le roman parfait pour se détendre. Cependant, comme les Percy Jackson, j’ai parfois eu l’impression d’un trop plein d’aventure quand un peu de calme aurait permis de mieux être en phase avec les fragilité des personnages.

 

Sourde, Muette, Aveugle d’Helen Keller

sourde-muette-aveugle-helen-keller

« Quand on y croit, on peut réussir. » Ce livre extraordinaire, qui a inspiré le film d’Arthur Penn «Miracle en Alabama» et a édifié des générations de jeunes adolescents, raconte l’histoire de Helen Keller (1880-1968), une petite fille qu’une maladie a rendue, à deux ans, sourde, aveugle et quasi muette, et qui, à force de volonté et de détermination, mais aussi grâce à l’amour et à l’intelligence de son éducatrice, Anne Sullivan, deviendra la première personne handicapée à obtenir un diplôme universitaire. Inscrite au National Women’s Hall of Fame, Helen Keller a créé en 1915 une fondation qui, aujourd’hui encore, lutte dans plus de vingt pays pour la prévention de la cécité et de la malnutrition.

Une lecture très instructive ! Helen Keller avait été considérée comme déficiente mentale à cause de son incapacité à communiquera avec le monde extérieur. Avec son livre, elle offre un beau témoignage sur ce que ressent une personne handicapée : elle aime l’art comme n’importe qui, elle est plus intelligente que beaucoup et elle veut prouver qu’elle peut autant que les valides.

 

Et voilà pour ce mois ! Et vous, vous avez des lectures qui vous ont marqué ?

 

Catégories : Points lectures

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :