Hantise/La maison hantée fait partie de ces romans cultes qu’il est difficile d’appréhender d’un œil neuf. La maison hantée est après tout devenue un trope du genre horrifique sur tous les supports possibles. Et ce roman de Shirley Jackson est facilement consacré comme une oeuvre fondatrice de ce type de littérature. Mais sans plus tarder, qu’en ai-je pensé ?

Synopsis de La maison hantée

Construite par un riche industriel au XIXe siècle, Hill House est une monstruosité architecturale, labyrinthique et ténébreuse, qui n’est plus habitée par ses propriétaires. On la dit hantée. Fasciné par les phénomènes paranormaux, le docteur Montague veut mener une enquête et sélectionne des sujets susceptibles de réagir au surnaturel. C’est ainsi qu’Eleanor arrive à Hill House avec ses compagnons. L’expérience peut commencer, mais derrière les murs biscornus, les fantômes de la maison veillent et les cauchemars se profilent…

Un roman surprenant

La maison hantée dispose d’une atmosphère malsaine parfaitement restranscrite

J’ai été agréablement surprise par ce roman, que j’attendais comme assez convenu ou simplet. Je n’accroche pas aux romans d’horreur trop directs et gores qui ne construisent pas vraiment d’ambiance. Mais avec Shirley Jackson, c’est tout le contraire. Elle a une plume précise et évocatrice, qui offre à sa maison hantée une aura somme toute particulière. C’est simple, la maison est traitée comme un personnage à part entière, parfois de manière très littérale. Eleanor, notre narratrice, la compare rapidement à un visage malveillant, pire malsain.

Hill House semble fortement inspirée de la maison construite par Sarah Winchester, aberration architecturale soi-disant bâtie sur l’ordre des victimes de son défunt mari, vendeur d’armes, pour expier les pêchés de ce dernier. On y retrouve l’idée d’une demeure vaste et sombre, construite pour volontairement perdre les habitants. La maison bénéficie bien sûr d’un passé violent et obscur, entre secrets de famille et décès tragiques. Mme Dudley, la domestique en charge de s’occuper de l’endroit pendant la journée, se contente de répéter la même phrase comme un jouet cassé… Et ce n’est que l’un des multiples éléments qui installent cette atmosphère saisissante.

Les scènes de hantise sont d’une grande intensité. Du moins elles l’ont été pour moi qui suis facilement impressionnable. Le récit choisit de construire la menace souvent autour du bruit, nous avons donc de longs passages où l’autrice prend le temps de décrire des bruits nocturnes malsains, coups contre les portes, choses qui semblent glisser dans les couloirs, murmures gutturaux dans la nuit… (je frémis en écrivant ces lignes). La précision de l’écrit permet de nous les imaginer sans peine.

Une narratrice singulière face à des personnages parfois complexes

Nous suivons de plus les événements du point de vue d’un personnage des plus fragiles. Eleanor est une jeune femme qui a été associée à événements paranormaux dans sa jeunesse, d’où son invitation à passer quelques jours à Hill House pour aider le Docteur Montague dans ses recherches. La jeune femme a vécu dans un grand dénuement, dévouée pendant plus de dix ans à sa mère gravement malade et sûrement envahissante et abusive. HIll House représente la première fois de sa vie où elle peut faire preuve d’indépendance et se sent acceptée dans un cercle, ce qui la rend assez rapidement dépendante affective des autres personnes qui l’entourent mais aussi de la maison elle-même.

Eleanor se montre donc souvent instable et est la plus sensible à l’aura malsaine de la maison, et suivre ses pensées s’avère parfois éprouvant. Elle forme un contraste saisissant avec Théo, une autre membre invitée par le Docteur Montague pour son intuition infaillible. Théo est un personnage également complexe qui semble constamment jouer un rôle. Il est difficile de répondre de ses sentiments réels envers Eleanor ou envers quelque autre personnage. Les deux derniers étant le Docteur Montague, éminent scientifique souhaitant étudier le paranormal, qui servira souvent de pilier rationnel, et Luke. Luke est un peu particulier car il est héritier de la maison, il aime le brandy et les bons mots.

L’ensemble forme un casting qui se révèle assez intéressant. C’est aussi un huis-clos psychologique assez bien construit en sus du roman d’horreur qu’on attendait. Les dialogues sont alors très bien écrits, notamment dans les moments où la maison est particulièrement taquine. Ils se lancent régulièrement dans des joutes verbales savoureuses pour tenter de surmonter leur terreur sous-jacente.

La maison hantée : un classique de l’épouvante

Pour moi, c’est une très bonne lecture qui surprend. Elle contient tous les éléments de la maison hantée traditionnelle mais avec une finesse psychologique bienvenue et une écriture souvent magistrale. Le roman est vraiment parvenu à me faire peur et à redouter la nuit. C’est donc un roman classique à lire pour les fans d’horreur qui font plus dans la subtilité que dans le gore tapageur.

Note : 16/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

16 commentaires

Cach · 19 octobre 2019 à 12 h 43 min

Roman lu cet été et dont j’ai moi aussi apprécié l’ambiance et surtout la psychologie des personnages ! Shirley Jackson est très forte pour faire douter son lectorat. On ne sait jamais s’il s’agit d’événements paranormaux ou si ce ne sont que des interprétations paranoïaques de ses personnages.
Et je suis également d’accord avec toi, les dialogues dans La Maison Hantée sont savoureux !
En revanche, je n’étais pas au courant pour cette histoire de la maison Winchester, donc je suis allée voir des photos et effectivement, ça ressemble pas mal à l’idée que je me faisais de Hill House.

    La Geekosophe · 20 octobre 2019 à 20 h 27 min

    La maison Winchester est vraiment étonnante, je pense qu’elle a directement inspiré Hill House. Shirley Jackson a clairement le chic pour les ambiances et les dialogues 😉

motivationdouce · 19 octobre 2019 à 17 h 05 min

En soi, j’ai très envie, mais je sais qu’après la lecture, je vais avoir super peur de ma propre maison^^

    La Geekosophe · 20 octobre 2019 à 20 h 28 min

    Hahaha j’ai eu peur de ma chambre après, le moindre bruit me faisait sursauter comme un lapin trop sensible 🙂

      motivationdouce · 20 octobre 2019 à 21 h 02 min

      ^^ maintenant il faut voir après combien de temps ta peur s’est estompée pour revenir à la normale !

        La Geekosophe · 21 octobre 2019 à 22 h 38 min

        Assez rapidement heureusement 😉

Babitty Lapina · 19 octobre 2019 à 19 h 16 min

J’adore Shirley Jackson, mais Maison Hantée c’est le roman auquel je n’ai pas accroché. Je ne sais pas pourquoi, mais je n’ai pas réussi à rentrer dans le récit. Cela me frustre énormément vu comment j’apprécie cette autrice. En tout cas une chronique géniale comme d’habitude !

    La Geekosophe · 20 octobre 2019 à 22 h 56 min

    J’avais beaucoup hésité à le lire, il y a beaucoup d’avis mitigés dessus ! Je pense que le livre crée pas mal d’attente un peu faussée 😉

Choupaille · 20 octobre 2019 à 10 h 13 min

C’est pas un roman vers lequel je me serai tournée le librairie, mais là tu m’as convaincue ! Il fera certainement partie de mes prochaines emplettes frissons ! ^^ … et puis réviser ses classiques, ça fait pas de mal !

    La Geekosophe · 20 octobre 2019 à 23 h 01 min

    Il est très différent de ce qu’on imagine, très fin psychologiquement et dans la construction de son atmosphère 😉

Magali · 21 octobre 2019 à 15 h 51 min

Il a l’air très chouette! Ce que tu en dis me fait beaucoup penser à L’Indésirable, je me trompe? J’ai juste peur qu’il soit un peu trop bien réussi pour moi et que du coup je n’arrive plus à dormir la nuit, je suis trop impressionnable!

    La Geekosophe · 21 octobre 2019 à 22 h 38 min

    C’est vrai, il y a pas mal de similarités avec L’indésirable en termes d’ambiance ! Mais j’ai préféré L’Indésirable pour les personnages notamment 🙂

Flora · 29 octobre 2019 à 22 h 08 min

Ca fait un moment que ce roman est dans ma PAL… déjà j’avais beaucoup aimé “Nous avons toujours vécu au château” ! Pourtant, j’avais abandonné au bout de plusieurs pages. Et là récemment j’ai dévoré la série Netflix qui doit s’inspirer du roman je pense… ?

    La Geekosophe · 30 octobre 2019 à 13 h 52 min

    Je le trouve un peu différent de “Nous avons toujours vécu au château”, les lecteurs s’attendent à avoir de l’horreur pure… J’ai été satisfaite de ma lecture mais j’ai préféré le premier ! J’aimerais beaucoup lire La loterie également 🙂

    La Geekosophe · 3 novembre 2019 à 18 h 55 min

    Et pour la série (j’ai oublié de répondre là-dessus 😉 ) je ne l’ai pas vue mais je connais d’autres lectrices dont c’est le cas et elle s’éloigne beaucoup du roman. Elle ne reprend que les noms des personnages quasiment 🙂

Flora · 30 octobre 2019 à 14 h 20 min

Oui j’ai lu beaucoup de bien de la loterie ! Le récit m’attend dans ma kindle 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :