Octobre, quelle meilleure période pour lire des romans qui font frémir ? Voici donc un point lecture frissonnant en compagnie de zombies, sorcières et autres fantômes ! Mais l’horreur peut aussi se cacher dans les replis rassurants du quotidien tout comme dans le vide infini de l’espace…

Le problème à trois corps de Liu Cixin

En pleine Révolution Culturelle, le pouvoir chinois construit une base militaire secrète destinée à abriter un programme de recherche de potentielles civilisations extra-terrestres. Ye Wenjie, une jeune astrophysicienne en cours de “rééducation” parvient à envoyer dans l’espace lointain un message contenant des informations sur la civilisation humaine.

Le problème à trois corps est donc un récit vaste et exigeant. Très riche, il regorge de détails scientifiques mais aussi philosophiques qui nous poussent à réfléchir à de nombreux sujets : la place de l’humanité sur terre et dans l’espace, la puissance et les limites de la science, le rôle de la croyance et de la religion… Dommage que le roman souffre de quelques longueurs et de personnages auxquels il est difficile de s’attacher. Sinon, c’est vraiment une oeuvre significative de la SF qui rejoindra facilement le panthéon des classiques du genre.

Jonathan Strange et Mr Norrell de Susanna Clarke

Il y a des siècles de cela, du temps où la magie existait encore en Angleterre, le plus grand magicien de tous était le roi Corbeau. Enfant d’homme élevé par des fées, le roi Corbeau mêla sagesse féerique et humaine raison pour fonder la magie anglaise.

En 1806, année où commence le roman, il n’est plus guère qu’une légende. L’Angleterre est gouvernée par un roi fou, Lord Byron bouleverse les mœurs autant qu’il révolutionne la poésie, les guerres napoléoniennes ravagent le pays… et plus personne ne croit à la pratique de la magie. Or voici que Mr Norrell, le reclus de l’abbaye de Hurtfew, lance un défi aux magiciens théoriciens qui pullulent dans le pays : il prouvera qu’il est le seul véritable magicien du pays.

Jonathan Strange et Mr Norrell est un roman qui vaut la peine d’arriver au bout. L’écriture ciselée et légère de Clarke est un délice qui nous fait tourner les pages sans même nous en rendre compte. Elle aime le détail, ce qui apporte une grande précision dans son univers vaste et original. Certains trouveront peut-être que le roman manque d’action parfois et que l’autrice s’attarde sur des éléments anodins ! Mais c’est en réalité un moyen d’écrire une lettre d’amour à l’Angleterre, à ses menus défauts comme ses qualités. Ses personnages sont vraiment attachants et très bien construits, ce qui apporte un plus à cette histoire qui se révèle finalement très humaine.

La maison Hantée de Shirley Jackson

Construite par un riche industriel au XIXe siècle, Hill House est une monstruosité architecturale, labyrinthique et ténébreuse, qui n’est plus habitée par ses propriétaires. On la dit hantée. Fasciné par les phénomènes paranormaux, le docteur Montague veut mener une enquête et sélectionne des sujets susceptibles de réagir au surnaturel. C’est ainsi qu’Eleanor arrive à Hill House avec ses compagnons. L’expérience peut commencer, mais derrière les murs biscornus, les fantômes de la maison veillent et les cauchemars se profilent…

Pour moi, c’est une très bonne lecture qui surprend. Elle contient tous les éléments de la maison hantée traditionnelle mais avec une finesse psychologique bienvenue et une écriture souvent magistrale. Le roman est vraiment parvenu à me faire peur et à redouter la nuit. C’est donc un roman classique à lire pour les fans d’horreur qui font plus dans la subtilité que dans le gore tapageur.

Alouettes de Jeanne-A Débats

Je m’appelle Agnès, et je suis orpheline. Ah ! Et sorcière, aussi. Mon oncle m’a engagée dans son étude notariale. Ne croyez pas que le job soit ennuyeux, ce serait même plutôt le contraire. En ce moment, tout l’AlterMonde est en émoi à cause d’une épidémie de Roméo et Juliette. Imaginez : des zombies tombant amoureux de licornes, des vampires roucoulant avec des kitsune, des sirènes jurant un amour éternel à des garous. Et tout ce beau monde défile dans notre étude pour se passer la bague au doigt. Mais la situation commence à sérieusement agacer les hautes autorités. Et comme l’AlterMonde n’est pas Vérone, à nous de faire en sorte que cette fois l’histoire ne se termine pas dans un bain de sang…

Une fois de plus, Jeanne-A Débats convainc ! Ce deuxième tome suit la route du premier, humour décapant, personnages barrés, plume crue et histoire qui va à 100 à l’heure ! L’univers de ce Paris paranormal gagne encore plus en originalité et en richesse, avec un ajout de technologie en réalité virtuelle mais aussi de nouvelles créatures légendaires et mythologiques à découvrir. Agnès, notre sorcière, reste une narratrice extrêmement drôle à accompagner. J’ai hâte de lire le dernier tome de Testament !

Dread Nation de Justina Ireland

Le livre n’existe pour l’instant qu’en VO.

Trained at Miss Preston s School of Combat for Negro Girls in both weaponry and etiquette, Jane McKeene is poised for a successful career protecting the wealthy from the encroaching plague of walking dead. But when families begin to go missing, Jane uncovers a conspiracy that pits her against some powerful enemies. Sent far from home, Jane will need all her resourcefulness, wit and strength of character to survive.

Une histoire de zombies originale et sympathique ! Les Etats-Unis encore en partie sauvages du XIXe siècle, sous l’ombre pesante de l’esclavage, offre une scène magistrale pour le retour de morts-vivants. Le personnage principal, Jane, est une héroïne forte à souhait, avec son caractère fort, son insolence et sa détermination sans faille ! Bonus : il y a également un personnage asexuel et aromantique. Le roman parvient à bien mettre en avant les tensions raciales qui continuent à exister alors qu’un danger bien plus immédiat est apparu.

Les petites chaises rouges d’Edna O’Brien

Dès qu’il arrive à Cloonoila, un trou perdu en Irlande, l’étranger suscite la fascination. Vladimir Dragan, originaire du Monténégro, entend s’établir comme guérisseur. Fidelma, très belle, mariée, tombe sous le charme. Mais un jour Dragan est arrêté. Recherché par toutes les polices, il est inculpé pour génocide, nettoyage ethnique, massacres, tortures, et emmené à La Haye, où il devra rendre compte de ses crimes.

Première incursion pour ma part dans l’oeuvre de cette autrice irlandaise très connue. J’en sors malheureusement assez mitigée : si l’écriture absolument sublime nous immerge totalement dans les tourments de la belle Fidelma, j’ai trouvé que le roman manquait de matière et qu’il tournait vite en rond. Ceci dit, le roman brosse magnifiquement le portrait de cette femme brisée par un moment d’audace dans sa vie rangée et trop calme, ainsi que celui du monstre manipulateur aussi charmant que destructeur.

Sukkwan Island de David Vann

Une île sauvage du sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, toute en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. Mais la rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

Une lecture coup de poing comme on en trouve rarement ! Le roman est un drame brutal qui ne fait aucune concession, ne vous fiez pas au début décrivant une nature sauvage indomptable, c’est bien de la nature humaine dont il est question. Le roman nous plonge dans un cauchemar court et incroyablement dérangeant, le tout avec une plume organique et très immersive. Je conseille d’avoir le cœur bien accroché avant de se lancer dans la lecture.

Et vous, vous avez lu quoi pour ce moi d’octobre ? Des coups de coeur à signaler ?

Catégories : Points lectures

6 commentaires

Flora · 1 novembre 2019 à 14 h 32 min

Bonjour, j’ai assez peu lu en octobre. Je suis en train de lire “Le Manuscrit inachevé” de Frank Thilliez, c’est une bonne lecture, sans être géniale. J’ai lu l’Oubli, je ne me rappelle plus le nom de l’auteur, chez Sonatines. J’ai bien accroché, sur un thème de thriller qui revient souvent maintenant : une personne âgée perd la mémoire mais se rappelle des bribes de souvenirs assez inquiétantes. Elle cherche sa meilleure amie qui est injoignable et on se demande tout du long si elle devient sénile ou si elle a des motifs de s’inquiéter. J’adore les romans qui traite de la mémoire et de l’oubli donc cela m’a plu ! J’ai lu aussi “Les refuges” de Jérôme Loubry, un ouvrage que j’ai trouvé par hasard, en surfant, il m’a bien plu; c’est un thriller psychologiques.

J’ai lu il y a plusieurs années Sukkwan island après les critiques dithyrambiques parues dans toute la presse. Je pense que j’en attendais trop ou que je m’attendais à une autre expérience de lecture, j’avais donc été assez déçue, j’avais ressenti un goût de trop peu, d’inachevé et n’avais pas éprouvé de grande claque littéraire comme il était écrit partout.

bonne journée !

    La Geekosophe · 2 novembre 2019 à 18 h 53 min

    Hello, j’avais Deuils de miel de Franck Thilliez, mais c’est tout ! Je me souviens d’un thriller efficace qui ne lésinait pas sur les détails déconcertants, les aspects stéréotypés comme le flic sombre hanté par son passé étaient assez maîtrisé pour ne pas nuire à la qualité.
    J’aime aussi tout ce qui est lié à la mémoire (j’aime bien les narrateurs pas très fiables). J’avais lu “Le Doute” de S.K. Tremayne avec cette idée, mais j’avais trouvé qu’il manqué un petit quelque chose pour être totalement convaincant. J’ai aussi “Avant d’aller dormir” dans ma PAL ! C’est l’histoire d’une femme qui suite à un accident est atteinte de graves troubles de la mémoire. Chaque jour, elle se réveille avec aucun souvenir sur les 20 dernières années de sa vie. Son mari est un inconnu pour elle. Elle écrit tous les jours dans un journal qu’elle tient caché les détails de sa vie. Mais elle découvre des incohérences entre son journal et de que lui racontent ses proches.

Flora · 2 novembre 2019 à 20 h 13 min

Je viens de finir le Thilliez et c’est exactement comme tu le décris, efficace, bien mené, avec pas mal de clichés mais maîtrisés… une certaine expérience d’écrivain et du talent en fait ! Mais sans être pour autant haletant. En tout cas sur ce roman là.
Je note le Doute que je ne connais pas !
« Avant d’aller dormir » a été très critiqué comme étant une lecture trop facile, un récit pas assez poussé, et répétitif.
Moi je l’ai dévoré car il est pile dans un de mes thèmes fétiches 🙂 et ça ne me dérange pas quand un récit boucle au contraire 😉 (comme dans « Un jour sans fin » en film ou en roman récent dans « Les 7 morts d’Evelyn je ne sais plus quoi » 🙂 que j’ai adoré !

    La Geekosophe · 5 novembre 2019 à 23 h 04 min

    Oui, Thilliez est parfait quand on cherche un thriller efficace et un peu cracra.
    J’ai entendu des commentaires similaires sur “avant d’aller dormir” ! Je pense que le résumé crée beaucoup d’attentes, d’où certaines déceptions. J’attends de faire mon propre avis.

Lutin82 · 3 novembre 2019 à 21 h 55 min

C’est intéressant, tu as deux lectures qui ne m’ont pas tant emballée. Le Pb à 3 corps, et le Clarke.
Des lectures thématiques à halloween entre zombies, vampires et maisons hantées!

    La Geekosophe · 5 novembre 2019 à 23 h 05 min

    Héhé, merci le Pumpkin Autumn Challenge 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :