Voilà un roman que j’ai eu grâce à l’opération Bol d’air ! Mais j’ai été très intéressée par son histoire. Je suis également toujours en quête d’imaginaire francophone, alors quand on me propose un space opera inspiré des croisades, je savais que Dominium Mundi n’allait pas rester très longtemps dans ma PAL.

La chronique entre dans le challenge Summer Star Wars.

Mais aussi dans le challenge du pavé de l’été !

Challente pavé de l'été

Synopsis de Dominium Mundi

Né des cendres d’une conflagration planétaire, l’Empire Chrétien Moderne règne sur une Terre ravagée et irradiée. Urbain IX, pape tout puissant et restaurateur du Dominium Mundi, y gouverne d’une main de fer ses peuples revenus à un mode de vie médiéval.

Sous son impulsion, un vaisseau colonisateur est envoyé vers une planète d’Alpha du Centaure, dans l’espoir d’y trouver de nouveaux territoires pour l’humanité. Lorsque les passagers l’abordent, ils ont la surprise d’y découvrir un peuple, les Atamides. Le choc est grand. Mais ce n’est rien en comparaison d’une découverte encore plus bouleversante : le véritable tombeau du Christ ! Guidés par leur foi inébranlable, les missionnaires tentent de s’en emparer, en vain. Les indigènes les massacrent.

Sur Terre, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Deux ans plus tard Urbain IX achève d’armer un gigantesque vaisseau, le St-Michel, capable d’abriter un million d’hommes. Pour Tancrède de Tarente, le Méta-guerrier héros des champs de bataille, et Albéric Villejust, le génie de l’Infocosme enrôlé de force, débutera une croisade sanglante vers une nouvelle Jérusalem…
Les événements feront-ils bégayer l’Histoire ?

Une œuvre qui conjugue plein d’éléments fascinants

Un parti pris original

Difficile de ne pas évoquer le contexte, brillamment choisi. Nous sommes dans un futur où le Vatican a retrouvé toute sa flamboyance à travers le Dominium Mundi. L’humanité est, en bonne partie, retournée à une organisation féodale, avec des Seigneurs aux ordres d’une Eglise qui rêve d’expansion. Au point que la Terre ne suffit plus et que le pape Urbain IX déclare que la lointaine planète des Atamides doit devenir la propriété du catholicisme. Qu’à cela tienne, le temps est à une neuvième croisade à bord d’un vaisseau gigantesque, Le Saint Michel, au sein duquel les bras armés du Seigneur s’entraînent sans relâche. Les protagonistes lâchent donc du “chrétien” à qui veut l’entendre comme on lâcherait un “mon gars” dans un moment de confusion, ce qui nous met rapidement dans l’ambiance.

Vous le constatez sûrement déjà, l’aspect féodal crée un contraste étonnant avec les aspects issus de la science-fiction. Entraînements en réalité virtuelle côtoient une société à la structure hiérarchique particulière, noms parfois directement issus de figures qui ont réellement vécu lors des premières croisades font face à des technologies de pointe. Ces paradoxes participent à créer un univers assez unique et rafraîchissant. J’ai été très curieuse de voir la façon dont l’auteur parvenait à créer un ensemble cohérent et convaincant avec des éléments disparates. On associe ainsi rarement la religion avec la technologie, et il est déstabilisant de voir la foi côtoyer joyeusement des concepts comme le sommeil stasique et voyage spatial à la vitesse de la lumière.

La mise en scène d’une société divisée

L’Église du Dominium Mundi n’étant pas peuplée d’innocents agneaux, on se doute bien qu’on n’aura pas affaire à des situations délicates tous les jours. Ainsi, il y a un clivage social dès les premières pages entre les castes supérieures, composées de nobles vindicatifs dotés de terres et partis volontairement poutrer de l’extra-terrestre hérétique pour la gloire de la Sainte Chrétienté, et les enrôlés de forces. Ces derniers, appelés imermes ou classes 0, sont surtout recrutés parmi des informaticiens et des ingénieurs dans des domaines pointus, le nobliau de base étant sans doute trop occupé à conquérir les terres de ses rivaux pour se lancer dans des labeurs intellectuels trop exigeants. Cette caste est représentée par Albéric Villejust, qui a eu, à mon regret, une présence discrète au début du roman, pour gagner heureusement en importance au fil du voyage.

En outre, la société ne laisse pas de nombreux choix de vie aux femmes (non, étonnant ?). La sœur de l’un de nos héros, Nicée, qui a beau appartenir à une famille ancienne, est toujours célibataire à 36 ans car elle porte le sceau de l’infertilité. Il est induit qu’elle est très chanceuse de ne pas avoir fini dans un couvent. Cette inégalité explique qu’il y ait dans un premier temps peu de femmes importantes. Mais il existe à bord du Saint Michel un corps de l’armée composé de femmes, les Amazones, dont une Clorinde qui deviendra plus importante au fil de l’histoire (mais on en reparlera).

Dernière division : les aspects politico-religieux.

Complots, trahisons, coups tordus et re-trahisons

Si le voyage sur le Saint Michel partait sous de glorieux auspices, la traversée sera loin d’un épisode de la “Croisière s’amuse”. Il faut croire que les univers clos excitent l’imagination (coucou le confinement ?), mais il se passe beaucoup de choses. En effet, les rivalités politiques sur Terre n’y sont pas restées. On observe ainsi plusieurs clans, dont celui de Robert le Diable, qui, en effet, n’est guère le plus sympathique de la bande à la tête du vaisseau. Il y a aussi la présence de Templiers, qui ne sont bien sûr pas forcément les plus appréciés par le Vatican.

Les coups bas vont donc bon train pour désavouer ses rivaux politiques, Robert ayant la fâcheuse tendance à conquérir des territoires qui ne sont pas à lui. Dont ceux de ses voisins, la pieuse famille Tarente, dont l’éminent représentant n’est autre que Tancrède de Tarente, un guerrier populaire, soldat talentueux et leader né. La plume sert d’ailleurs bien le propos. Malgré quelques maladresses, les scènes de combats sont très immersives et bien retranscrites. Elle permet de bien saisir les éléments plus complexes de mises en situation politiques. On ne peut malheureusement pas en dire la même chose pour les descriptions, en majorité fades et stéréotypées, ainsi que les dialogues, qui sonnent plus plats qu’autre chose.

En outre, le voyage est ponctué de meurtres spectaculaires à base d’électrocutions bien vénères. La tendance des autorités locales à invoquer les accidents et court-circuits finissant tout de même par éveiller les soupçons, une grande partie de l’intrigue portera sur la question. Voilà, c’est donc un récit assez dense qui nous est proposé. Même si cela peut paraître complexe, c’est un plaisir de découvrir les plans tortueux des protagonistes, partagés entre honneur et vengeance, ambition et justice. De plus, l’intrigue permet de donner vie à une vaste galerie de personnages, dont les personnalités sont malheureusement inégales dans leur traitement.

Les personnages de Dominium Mundi manquent parfois de profondeur

En effet, il est parfois dommage de constater que certains personnages de Dominium Mundi ne bénéficient pas d’une grande profondeur de caractère. Si Tancrède est par exemple très intéressant à suivre, malgré un petit côté trop lisse et parfait, Robert le Diable est assez manichéen dans son traitement. Il est finalement un antagoniste peu subtil, animé uniquement par des intentions douteuses et une ambition personnelle démesurée.

Qui fait partie d’une secte chrétienne aux méthodes violentes ? C’est Robert. Qui a les hommes de main qui ont la main leste sur les imermes ? Toujours Robert. Qui est prêt à faire des attentats pour faire disparaître ses rivaux ? Ce sacré Robert. On ne l’appelle pas le Diable pour rien. Ce n’est pas aidé par une plume dont les descriptions manquent parfois de subtilité. Heureusement que d’autres personnages comme Albéric ou Liétaud ont un peu plus de corps ou, au moins, sont un peu plus sympathiques et humains.

J’ai déjà noté que l’absence de personnages féminins s’expliquait par la société patriarcale. Mais il est dommage que le peu de représentantes ne soient pas du tout à la hauteur. La première est une lavandière brutalement électrocutée dont la mort sert simplement de motivation pour les héros pour enquêter plus en avant, parce qu’elle était la fiancée de l’un des personnages principaux. Si ce n’est pas une femme frigo dans toute sa quintessence, je ne sais pas quel ressort narratif douteux c’est.

La deuxième, Clorinde, est une Amazone et une guerrière redoutable. Prometteur, me direz-vous ? Aurais-je oublié de vous dire qu’elle était belle ? Parce qu’elle est très belle. Elle est tellement belle qu’il faut constamment souligner la beauté de ses yeux verts. Et de ses cheveux. Et de son corps. Je vous fais grâce du passage où elle discute avec ses amies… J’espère qu’elle sera traitée avec plus de profondeur qu’en étant juste un intérêt amoureux dans le tome suivant.

Dominium Mundi est un space opéra sympathique qui donne envie de lire la suite

Malgré ses quelques faiblesses au niveau des personnages et son écriture parfois maladroite, le roman construit un univers cohérent. J’ai eu un réel plaisir à suivre cette histoire qui tisse mystères, complots et luttes de pouvoirs sur fond de fanatisme, lutte des classes et système féodal. Cette idée de retranscrire les croisades dans un univers de space opera donne une profondeur inattendue à l’ensemble. Je n’ai qu’une hâte, lire le deuxième tome !

Note : 15/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

13 commentaires

Symphonie · 22 juillet 2020 à 19 h 44 min

Le livre ne me tente pas plus que ça, mais très chouette chronique^^

    La Geekosophe · 22 juillet 2020 à 21 h 38 min

    J’avais des choses à raconter ! Le livre reste sympa mais je pense qu’il convient mieux à des inconditionnels du space-opéra 😉

belette2911 · 22 juillet 2020 à 21 h 10 min

Coucou, j’ai suivi ton lien en déposant le mien pour le “pavé de l’été” chez Brize… Et comme ce roman est dans ma PAL, j’étais un peu curieuse. Déjà qu’en édition Pocket c’est 720 pages… Ok, je sais que je dois m’attendre à des personnages manquant de profondeur. Parfois, ce genre de chose me casse une lecture. Bah, je verrai en le lisant.

Peut-être que j’en ferai un “La croisade s’amuse” 😆

    La Geekosophe · 22 juillet 2020 à 21 h 42 min

    Bienvenue sur le blog ! Mon avis reste subjectif, d’auteurs lecteurs ont très bien accrocher. Sans compter que tous les personnages ne sont pas tous falots. Je suis toujours d’avis de tester quand on est tenté (et que le roman patiente dans la PAL), même si on a vu des chroniques qui nous refroidissent 😉

      belette2911 · 22 juillet 2020 à 22 h 12 min

      Tous les avis sont subjectifs (sauf ceux qui en font des dirigés, mais le débat n’est pas là) et ce qui te marque, te heurte, te donne des émotions ne le fera pas chez un autre lecteur/trice. Je me connais, je suis passée à côté de livres encensés ailleurs, alors… :/ Maintenant, tu veux VRAIMENT savoir combien de livres patientent dans ma PAL ? En fouillant un peu, j’en retrouverai sans doute avec le prix en francs belges ! Ou du moins, la conversion dans les deux monnaies… Je viens de lire “l’homme aux lèvres de saphir” et le ticket de caisse dedans parlait de novembre 2013…. Oui, je sors et je vais lire 😆

        La Geekosophe · 25 juillet 2020 à 21 h 58 min

        Je me défends, ma bonne dame, je me défends ! J’ai toute une bibliothèque consacrée à la PAL tout de même XD

          belette2911 · 26 juillet 2020 à 15 h 10 min

          Toi aussi tu fais ce que tu peux ? mdr

          Avoir une PAL, paraît que c’est bon pour la santé… 😉

Brize · 26 juillet 2020 à 22 h 12 min

Je l’ai récupéré aussi grâce à l’opération Bol d’air, car je tournais autour depuis un moment, en ayant lu à son sujet des avis pas toujours positifs. J’y ai fait une brève incursion il y a peu, mais sans plus. Pas le bon moment … ou pas le bon auteur pour moi, puisque j’ai abandonné un autre pavé de son cru, “L’effet Domino”, que j’avais acheté (après avoir lu un bon avis à son sujet … de Dame Belette, il me semble !).

    La Geekosophe · 27 juillet 2020 à 22 h 05 min

    Oui, ce n’est pas du space op que je conseillerais à tout le monde bien que je l’ai apprécié 🙂

Yuyine · 28 juillet 2020 à 10 h 07 min

J’hésite encore. Je suis assez tentée mais j’avoue que les faiblesses quant au développement des personnages risquent de me poser problème…

    La Geekosophe · 28 juillet 2020 à 18 h 16 min

    Ah oui, beaucoup sont très archétypaux ! Je ne te le conseillerais pas dans ce cas-là 😉

L'ourse bibliophile · 11 août 2020 à 18 h 23 min

J’ai beaucoup aimé ce dyptique et j’ai pris plaisir à lire ta chronique ! Certes, il n’est pas sans défauts, mais étonnamment ils ne m’ont pas dérangée plus que ça tant l’histoire m’a absorbée. J’ai enchaîné les deux tomes pendant le confinement et ça a été une bien chouette lecture. Je ne connais rien en space opéra et j’ai trouvé cette première immersion très plaisante.

Summer Star Wars IX – Deuxième escale : Kijimi - RSF Blog · 9 août 2020 à 15 h 46 min

[…] Geekosophe : Skyward: Claim the stars de Brandon Sanderson, Dominium Mundi, Livre 1 de François […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :