Ma deuxième lecture du Pumpkin Autumn Challenge est un recueil de nouvelles ! Je connaissais Mélanie Fazi comme traductrice, mais j’avais aussi entendu parler de son talent pour l’écriture. En effet, je lis assez peu de formats courts, mais ma curiosité a été piquée avec Le jardin des silences.

Synopsis du jardin des silences

Un bal secret au cœur de l’hiver, une violoniste dont les notes soulèvent le voile des apparences, une dresseuse d’automates dépassée par sa création : à travers ces douze textes ciselés, découvrez ou retrouvez l’univers envoûtant de Mélanie Fazi, auteure rare à la plume délicate, qui joue des mots-émotions avec une justesse bouleversante.

Un recueil à l’imaginaire délicat et sombre

Des textes variés avec des thèmes communs

J’ai trouvé que les textes choisis avaient une résonance très personnelle, intime. Il y a quelque chose de très pudique dans l’écriture. Ainsi, les personnages sont très souvent des solitaires qui ont connu un drame, une déchirure, et qui voient s’insinuer dans leur quotidien l’étrange, le magique, l’inhabituel. J’ai beaucoup apprécié de découvrir cette touche à la fois douce et sombre qui hantait chaque texte. Il y règne une ambiance poétique et onirique, qui oscille finement entre rêve et cauchemar.

L’ensemble des textes abordent des problématiques très concrètes. La solitude, le deuil, la souffrance, la famille, la toxicité des relations… Dans ce recueil, le fantastique est là pour mettre en exergue les ravages intimes et familiaux. Il y a ainsi beaucoup de personnes qui vivent dans le passé, comme dans la nouvelle Le jardin des silences, qui donne son titre au roman, ou un Bal d’hiver. Cette dernière nouvelle traite également du lien familial et du deuil. Mélanie Fazi revoit la structure du conte en proposant des familles où la mère est décédée. C’est le cas avec la première nouvelle, Swan le bien aimé, qui est une réécriture fidèle et moderne du conte Cygnes Sauvages d’Andersen.

Une écriture d’une grande sensibilité pour des univers fascinants

La plume de Mélanie Fazi est un véritable plaisir de lecture. Riche, ciselée et d’une incroyable justesse, elle nous emporte dans des univers mélancoliques en quelques mots. Il lui suffit de quelques mots pour créer des ambiances ambiguës et oniriques, qui nous plonge aussi bien dans l’angoisse que l’espoir. C’est un élément qui donne une grande force au format nouvelle, qui contraint souvent les auteurs à faire preuve d’une grande intensité tant la concision du genre est le rend exigeant. Ici, la sensibilité de l’écriture soutient parfaitement les passages intimistes et introspectifs, de les mêmes que les descriptions enchanteresses. Née du givre en est l’un des exemples, avec sa progression lancinante et l’univers de la narratrice qui tombe de plus en plus dans la glace et le silence.

Chaque nouvelle offre ainsi un univers différent. Le recueil brille ainsi pour sa diversité bien que thèmes communs soient décelables. Mes nouvelles favorites ont ainsi été Les Sœurs de la Tarasque et Dragon Caché. Deux nouvelles un plus longue qui laisse entrevoir des mondes d’une grande originalité. La première se passe sur une île, sept jeunes filles sont envoyées dans un pensionnat pour devenir les compagnes hypothétiques d’un Dragon. Endoctrinement, religion et attachement y sont traités dans cet espace clos et anxiogène, où le destin ne nous appartient. La seconde est celle d’un jeune garçon, également dans une sorte de pensionnat, qui développe des pouvoirs liés à un dragon. J’ai trouvé les deux textes d’une maîtrise formelle dans un premier temps, mais leur grande originalité et les thèmes à fleur de peau ont fini de me donner envie de découvrir plus en avant l’œuvre de Mélanie Fazi.

Le jardin des silences ravira les amateurs d’ambiances mélancoliques et doucement cruelles

Le Jardin des Silences est un recueil qui dévoile une sélection de textes riches et variés. L’écriture est vraiment envoûtante, grâce à des descriptions à fleur de peau. La grande sensibilité de l’autrice lui permet d’aborder des thèmes difficiles avec délicatesse et justesse, sans jamais surjouer ou surenchérir. Les univers qu’elle décrit sont véritablement fascinants et d’une grande originalité. Une lecture d’automne idéale, tant sa mélancolie et son aspect macabre nous plongent dans l’essence de cette saison transitoire.

Note : 17/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

4 commentaires

Vert · 12 septembre 2020 à 22 h 54 min

Superbe recueil, je l’avais beaucoup aimé aussi.

    La Geekosophe · 13 septembre 2020 à 9 h 12 min

    Je vais me plonger dans les autres, Serpentine notamment !

Parlons fiction · 27 septembre 2020 à 11 h 25 min

Je ne connaissais pas du tout ce recueil. J’aime beaucoup les nouvelles et d’après ce que tu en dis, celles-ci pourraient bien me plaire ! Je me note le titre pour y revenir un peu plus tard, merci pour la découverte 🙂

    La Geekosophe · 28 septembre 2020 à 21 h 54 min

    Cette autrice est apparemment une excellente nouvelliste 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :