Un petit mois pour moi au niveau de ma lecture, la faute à un mois de février très chargée où j’avais peu de temps pour lire et pas assez de concentration pour me plonger dans un roman trop ambitieux ! Mais voici tout de même mes quelques lectures.

Gnomon de Nick Harkaway

Grande-Bretagne. Futur proche.
La monarchie constitutionnelle parlementaire qu’on croyait éternelle a laissé place au Système, un mode de démocratie directe où le citoyen est fortement incité à participer et voter. La population est surveillée en permanence par le Témoin : la somme de toutes les caméras de surveillance et de tout le suivi numérique que permettent les objets connectés.
Au cours d’un interrogatoire par lecture mentale, la dissidente Diana Hunter décède. Mielikki Neith, une inspectrice du Témoin, fidèle au Système, est chargée de l’enquête. Alors qu’elle devrait être en mesure d’explorer la psyché de Hunter, Mielikki se retrouve confrontée à trois mémoires différentes : celle d’un financier grec attaqué par un requin, celle d’une alchimiste et celle d’un vieux peintre éthiopien.
Pour Neith, dont les certitudes commencent à s’effriter, un incroyable voyage au coeur de la pensée humaine commence. Aussi déroutant que dangereux.

Gnomon se révèle rapidement une lecture exigeante, qui repose beaucoup sur des mécaniques oniriques et symboliques, comme une poupée russe dont on découvre sans cesse de nouveaux éléments. Le roman est érudit sans tomber dans la pédanterie, dévoilant un amour profond pour la philosophie et les questions métaphysiques, mais aussi des différences entre la réalité et l’imagination. L’univers appartient globalement au technothriller, mêlant habilement le cyberpunk aux codes du roman noir avec un peu de dystopie. On sent que l’auteur s’amuse des clichés des différents genres : la détective solitaire et dure à cuir, la société contrôlante, la technologie invasive et galopante… pour y mêler des éléments vraiment originaux et un style accrocheur qui rend l’histoire très immersive.

La cité des permutants de Greg Egan

À être une copie de soi-même, est-ce continuer à être soi-même? C’est la question que se pose Paul Durham tandis qu’il multiplie ses doubles informatiques.

Et il fait une découverte bouleversante : c’est qu’un univers virtuel conçu d’une certaine façon n’a plus besoin d’un support matériel pour exister. L’univers réel peut disparaître, le virtuel poursuivra son expansion. Eternellement.

Paul Durham se demande avec quels êtres peupler sa Création.

Entre vision scientifique et innovante ainsi que des questions métaphysiques profondes, La cité des permutants est un pari ambitieux. Malheureusement, ces partis pris ne sont pas contrebalancés par une histoire passionnante et bien menée. Le roman va donc probablement déstabiliser ceux qui n’ont pas l’habitude de ce type de lecture ou en quête de quelque chose de léger. J’ai personnellement pas vraiment accroché, sûrement car la période n’était pas propice à ce type de lecture.

L’esprit de Lou de Roxane Dambre

« Je m’appelle Lou, j’ai 20 ans, et dans quelques heures, je vais m’installer dans les bureaux de la DCRI, les services secrets français. Mon job ? Officiellement, consultante au département de recherche sur l’inexplicable. Officiellement. Parce qu’en réalité, je traque une bizarrerie qui rôde dans la nuit parisienne, un truc que je n’ai pas encore cerné, mais qui fait hurler de rage mon instinct de panthère. Oh, je ne vous ai pas dit ? Comme tous ceux de ma race, ma vraie nature est animale, et je me transforme à volonté. Nous, les Daïerwolfs, formons un peuple très puissant, mais contraint à se cacher des faibles humains. Enfin, faibles ? pas tous. L’officier qui m’a recrutée, le capitaine Sylvain Levif, pourrait me vaincre d’un seul regard tant il me plaît ! À cette heure, je n’ai pas encore décidé si cela va rendre ma mission plus agréable ou plus compliquée. Ou les deux. Et zut. Pourquoi ces choses-là n’arrivent-elles qu’à moi ? »

L’esprit de Lou est une lecture pétillante et efficace ! Ce roman d’urban fantasy classique de prime abord surprend grâce à un univers français et des personnages attachants. Lou est notamment une jeune femme vive qui n’a pas la langue dans sa poche, mais les seconds rôles sont très bien campés. L’histoire ne perd une minute et nous entraîne à la poursuite d’une créature de cauchemar. On ne s’ennuie pas un instant. L’histoire est également portée grâce au style très maîtrisé de l’autrice, pêchu et rythmé. Je conseille cette lecture légère dans des moments où vous n’êtes pas en forme.

Vous avez eu une bonne période de lecture en ce mois de février ?

Catégories : Points lectures

8 commentaires

Yuyine · 1 mars 2021 à 13 h 56 min

Un petit bilan mais avec deux romans ultra exigeants en concentration, chapeau bas!
Moi j’ai dévoré à tours de bras en février mais que des choses “faciles” ^^

    La Geekosophe · 1 mars 2021 à 14 h 18 min

    Ha oui, en plus je m’étais lancé dans un autre pas mal dans le genre concentration mais je l’ai mis de côté pour une lecture plus légère. La cité des permutants a clairement souffert de mes difficultés de concentration !

zoelucaccini · 1 mars 2021 à 21 h 57 min

Ah, petit mois mais j’ai cru comprendre que le Gnomon il fallait quand même retrousser ses manches et se le farcir ! Et Gren Egan ce n’est pas non plus le truc fastoche qu’on lit pour se vider l’esprit 😉 donc bilan positif quand même 🙂 En plus, tu as pu rebondir sur une lecture oxygénante à la fin du mois, idéale pour te sortir de lectures assez difficiles. J’espère que ton mois de mars te plaira 🙂

    La Geekosophe · 6 mars 2021 à 19 h 00 min

    Gnomon est érudit dans son genre, mais je l’ai trouvé plus abordable que “Trop semblable à l’éclair” qui joue dans la même cours intellectuelle. Mais j’avoue que j’ai sans doute trop enchaîner des lectures exigeantes dans une période de grosse fatigue –“

      zoelucaccini · 6 mars 2021 à 19 h 20 min

      C’est vrai que certains bouquins nécessitent un état de concentration extrême, du coup avec la fatigue c’est compliqué. Ce n’est pas la période la plus facile en plus 🙁

Shaya · 7 mars 2021 à 14 h 08 min

Petit mois certes, mais Greg Egan a l’air de demander tout de même un peu de concentration xD

    La Geekosophe · 11 mars 2021 à 21 h 51 min

    Ah ça oui, c’est bien complexe X)

Challenge de l’Imaginaire – Bilan 2ème trimestre – Ma Lecturothèque · 1 juillet 2021 à 15 h 56 min

[…] nommé Empire, Arkady Martine 11. Moxyland, Lauren Beukes12. La cité des permutants, Greg Egan13. Animae, tome 1 : L’esprit de Lou, Roxane Dambre14. Les versets sataniques, Salman Rushdie15. A la pointe de l’épée, Ellen […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :