Ah j’avais hâte de me lancer dans la suite des aventures de l’opiniâtre Andrea Cort, procureure qui officie dans un vaste univers peuplé de peuples variés. Merci par ailleurs aux éditions AMI pour leur envoi. Dans La troisième griffe de Dieu, Adam-Troy Castro nous plonge dans un ascenseur orbital où Andrea est rapidement la suite d’un attentat. Juste un jour normal pour elle, mais l’affaire va très vite gagner en complexité.

La lecture entre dans le challenge Summer Star Wars :

Synopsis de La troisième griffe de dieu

Andrea est devenue Procureure extraordinaire pour le Corps diplomatique de la Confédération homsap. Enfin libérée de la plupart des liens hiérarchiques, elle n’a plus à rendre compte de ses déplacements.

Invitée par la famille Bettelhine – des marchands d’armes qui sont moralement complices de nombreux massacres et génocides –, elle se rend sur Xana. Andrea méprise les Bettelhines, mais la curiosité est plus forte : elle aimerait savoir ce qu’ils lui veulent.

A peine arrivée au port orbital, des assassins tentent de l’éliminer avec une arme extraterrestre vieille de 15000 ans : la troisième griffe de Dieu. Une arme aux effets effroyables. Piégée dans un ascenseur spatial, Andrea va devoir mener l’enquête la plus périlleuse de sa carrière.

Un huis-clos surprenamment efficace

Un retour dans la veine du premier tome

J’avais été enthousiaste à la découverte d’Emissaires des morts ! J’ai retrouvé dans ce deuxième tome les éléments que j’avais apprécié. D’abord, le personnage d’Andrea, une femme résolue, parfois jusqu’à la brutalité, mais qui n’hésite pas à faire usage de tous les moyens pour résoudre les énigmes auxquelles elle fait face. Elle parvient à être attachante notamment grâce à son caractère sans concession et sa grande intelligence qui la rendent redoutable. Elle tient tête aux puissants des mondes qu’elle visite dans un unique but : faire triompher la justice et assurer aux humains une enquête et un jugement équitables, en particulier lorsqu’ils sont loin de leur monde. Dans ce tome, Andréa arrive sur une planète dirigée par une famille productrice d’armes destructrices à la demande du patriarche. Elle n’aura pas franchement l’occasion d’en savoir plus, car entre une attaque terroriste de la part de membres du peuple qu’elle a autrefois massacré et un accident d’ascenseur orbital, elle est vite au centre d’une enquête ardue qui effleure de très près les secrets d’une des familles les plus puissantes de la galaxie. J’ai cependant trouvé que son caractère était parfois trop adouci à mon goût.

Car, en effet, la saga Andrea Cort mêle avec un certain talent des aspects SF et du thriller/polar. Ici, nous faisons affaire au traditionnel huis-clos qui touche une famille riche mais déchirée (serviteurs y compris) qui se tient dans un endroit luxueux. Voilà qui m’a rappelé des romans d’Agatha Christie où des membres d’une même famille peuvent se déchirer pour un héritage. Mais dans ce roman, les enjeux tournent autour d’éléments science-fictionnels qui sont très bien distillés. Conflits entre différentes races, traditions et langues variées et exotiques, technologies qui permettent des merveilles… Adam-Troy Castro incorpore ses éléments pour créer une histoire cohérente qui dispose de pas mal de rebondissements inattendus. Comme pour le premier tome, on découvre petit à petit une histoire aux intrications complexes qui dévoile plusieurs couches et niveaux de lecture.

Un Whodunit aux personnages variés

Comme tout huis-clos, La troisième griffe de Dieu met en scène un casting de personnages charismatiques qui semblent chacun avoir quelque chose à cacher, y compris Andrea elle-même. On pense notamment aux membres de la famille Bettelhine, cette famille quasiment seigneuriale et richissime, spécialisée dans la vente d’armes capables de raser des planètes entières et à la réputation aussi sulfureuse que détestable. Il y a d’abord les jumeaux, Jelaine et Jason, qui semblent en décalage avec le reste et agir constamment à l’unisson, mais leurs manières séductrices et idéalistes cachent-elles quelque chose de plus sombre ? Le frère aîné, Philip, est plus traditionnel, froid et distant. Il y a ensuite les invités, allant de la cheffe d’entreprise en concurrence directe avec les Bettelhine en matière de fortune personnelle, et le Khajiiir, bocaïen pacifiste passionné par les cultures extra-terrestres. Enfin, il y a les employés de la famille, comme les Pearlman, Monday Brown et Colette Wilson, qui semblent très (trop ?) prendre à cœur les intérêts de leurs maîtres.

Chaque personnage a ses propres raisons de se trouver dans cet ascenseur. Le récit se structure autour de l’enquête, notamment lors d’interrogatoires qui prennent la posture de véritables duels dans certains cas. Andrea doit pousser certains témoins et suspects dans leur retranchement pour trouver des réponses. De même, le roman ne dévoile pas tous ses secrets et c’est parfois au lecteur de tirer ses conclusions. Du moins jusqu’à une scène, très présente dans les romans policiers, où Andréa regroupe les personnes présentes pour révéler l’identité du coupable. Le récit mélange donc des éléments convenus des thrillers et autres enquêtes, mais en y ajoutant des ingrédients très originaux et maîtrisés, ce qui rend l’ensemble très agréable à suivre.

Une grande diversité de problématiques

Mais le récit va plus loin que nous proposer une enquête policière sympathique et un huis-clos aussi luxueux qu’étouffant. La troisième griffe de dieu propose des éléments de réflexion contemporains qui surprennent par leur variété. Un exemple probant est mis en avant assez rapidement. La famille Bettelhine crée des armes destructrices et ont bâti une fortune qui traversent les siècles et les générations. Pourtant, ils ont créé une planète qui préserve la nature, là où dans ce monde la Terre a disparu suite aux abus des humains. Le décor est planté : cette affaire va beaucoup jouer avec la notion d’éthique, tant les pratiques de cette famille toute-puissante semble s’apparenter à du Green-Washing.

Mais ce n’est pas tout. Comme ce fut le cas pour le tome précédent, les principes de culture et de religion sont également très présents, notamment à travers les bocaïens ou à travers une arme, la griffe de dieu, créée pour punir de manière divine et horrible des dissidents. L’autre question essentielle abordée dans ce tome est la question épineuse du libre-arbitre et de l’éthique. Détailler plus en avant la place de ces éléments risque de mener au spoiler. Mais disons qu’Andrea devra faire face à des décisions qui mettront son sens de l’éthique à rude épreuve. C’est là que peut se dévoiler des questionnements assez vertigineux, à travers ses situations où aucun choix ne semble vraiment satisfaisant.

La troisième griffe de dieu propose un équilibre parfait entre policier et SF

J’ai de nouveau beaucoup apprécié ce tome des aventures d’Andrea Cort. Le récit contient tout ce qui peut séduire : une enquête ardue, des découvertes qui mettent en lumière des conflits complexes, un monde de science-fiction vaste et convaincant… Le huis-clos fait un très bon effet, étouffant et inquiétant, notamment via la présence de personnages qui semblent avoir beaucoup de choses à cacher. Les révélations fracassantes qui ponctuent le récit permettent de garder un rythme quasi addictif. J’ai cependant un peu plus de mal avec les arcs narratifs trop centrés sur Andréa, qui me semblent parfois un peu moins subtils que le reste des récits proposés.

Note : 17/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là. N’hésitez pas à venir soutenir le blog sur Tipeee !

Catégories : Chroniques

5 commentaires

Shaya · 15 juillet 2021 à 15 h 51 min

Un roman que j’ai beaucoup apprécié également 😉

    La Geekosophe · 18 juillet 2021 à 15 h 44 min

    J’ai hâte de voir la suite 🙂

Yuyine · 23 juillet 2021 à 10 h 21 min

J’ai tellement adoré!!! C’est vraiment une série géniale, aussi haletante que passionnante. J’ai besoin d’une autre dose d’Andrea Cort!

    La Geekosophe · 24 juillet 2021 à 18 h 24 min

    J’espère qu’il y aura une autre parution haha

Émissaires des morts/La Troisième griffe de dieu d’Adam-Troy Castro – Les Blablas de Tachan · 13 juillet 2021 à 21 h 29 min

[…] N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Chut, maman lit!, Xapur, La Geeosophe, Maki, Lea touch book, Fourbis et Têtologie, Le nocher des livres, Yuyine, Just a word, Vous […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :