Je n’ai pas lu Artemis Fowl d’Eoin Colfer ! Ceci dit, le résumé de « Le dernier dragon sur Terre » du même auteur semble sympathique, en nous proposant un dragon vivant en notre temps, alcoolique solitaire et amer. Ce n’est pas un roman jeunesse ceci dit. Qu’ai-je pensé ?

Synopsis du dernier dragon sur terre

Autrefois, il était connu sous le nom de Wyvern, Seigneur du Haut Feu, et son ombre terrifiait les masses. Aujourd’hui, il n’est que Vern, vautré dans le bayou où il se cache, matant Netflix non-stop en tee-shirt Flashdance et sifflant de la vodka à longueur de journée. Mais, contrairement aux autres membres de son espèce, il a survécu. Malheureusement, aucune quantité d’alcool ne peut combler son immense solitude.
C’est alors que le hasard lui propose une alliance inattendue… Aboutira-t-elle à l’extinction de sa race ou au retour de ses jours de gloire ?

Inattendu et irrévérencieux

Des personnages bien campés portés par un plume pleine d’humour

Eoin Colfer choisit de placer son histoire de nos jours, dans le bayou de la Louisiane. Vern vit caché et alcoolique notoire après la destruction de sa race par les humains. Mais il se retrouve bientôt lié à un jeune cajun qui a don de se fourrer dans les ennuis. La relation entre les deux et touchante et bien racontée. L’un des points forts du roman est de mettre en place des personnages forts et souvent charismatiques. Ils sont décrits en quelques phrases, mais ces quelques phrases suffisent à les rendre reconnaissables à chaque instant.

C’est aussi grâce à la plume de l’auteur. L’écriture est à la fois directe et drôle. Eoin Colfer a le don de créer des effets comiques efficaces autour des personnages. Cela permet également de donner du corps à l’univers, plutôt original par ailleurs. Ainsi, Vern le dragon a souvent des opinions très fortes. Squib est débrouillard et attachant. Regence Hooke est un antagonistes détestable et délicieusement cliché. C’est une agréable contre-partie au fait que l’histoire soit finalement assez sombre.

Un roman rythmé mais auquel il manque quelque chose

La narration du roman met du temps à se développer, mais les actions se mettent en place de manière plus intense au cours du récit. On y suit une histoire de mafia à la sauce de la Louisiane. Armes, trafic de drogue… L’histoire est assez mature avec des passages un peu saignants malgré l’humour. La fin du roman est par ailleurs accrocheuse. On y traite aussi bien d’espèces protégées que le l’importance des liens filiaux et amicaux.

J’ai cependant trouvé le livre inégal dans sa qualité. Certains moments sont assez lents et peu passionnants, d’autant plus que la plume, bien que drôle, est parfois peu inspirée. Je pense que, malheureusement, le roman ne me restera pas en mémoire très longtemps. L’auteur ne souhaitait sans doute pas en faire un roman très ambitieux, et il y a des passages où cela se ressent.

Le dernier dragon sur terre est un récit efficace à défaut d’être mémorable

Original, l’histoire est portée par son personnage de dragon acariâtre et amer. Mais Vern n’est pas le seul personnage à être réussi, car une grande partie de ceux présents sont attachants ou bien caractérisés. Le ton moderne et irrévérencieux de la plume permet de bien accrocher à cette histoire mafieuse et violence. Cependant, le récit est globalement inégal, avec des passages lents qui ont failli me faire décrocher. Sympathique mais je n’en garderais probablement pas de souvenir impérissable.

Note : 14/20

Vous pouvez trouver le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :