Prague la mystique, une ville au croisement des cultures

Prague ville culture

Le joyau Slave a vu grandir beaucoup d’artistes qui ont influencé durablement la pop-culture. De Kafka en passant par les contes du ghetto juif, de nombreuses légendes se sont inscrites dans la durée. Découvrons ensemble les secrets de Prague et ce qui en fait une ville si fascinante. Après Edimbourg, partons dans l’Est de l’Europe.

Kafka, influence pérenne d’un écrivain torturé

Ecrivain de l’absurde né à Prague

L’écrivain de la modernité est né et a grandi dans le vieux quartier juif de Prague. Franz Kafka est une personnalité complexe. Artiste à part entière, marqué aussi bien par la figure paternelle que le judaïsme, il travaillera dans les assurances. Là-bas, il observera notamment les absurdités d’un système de paperasserie sans début ni fin, un système inhumain qui broie les individus dans ses implacables rouages (il n’était pas foncièrement de nature joyeuse). Kafka est l’écrivain de l’absurde modernité et de l’étrangeté, toujours en équilibre entre désespoir et humour noir. A Prague, un musée dédié à Kafka vous plonge dans l’univers de l’auteur.

Franz Kafka - Prague
Babtou fragile

De son nom est né l’adjectif kafkaïen, qui signifie oppressant, absurde et cauchemardesque. Rien que ça. Difficile de ne pas y voir une référence à l’un des cauchemars de l’écrivain. Il y rêve d’une machine immense et sombre. Une machine de torture grinçante. Dès lors, beaucoup d’oeuvres se placeront dans l’influence de Kafka. Des oeuvres synonymes de modernité et d’inanité.

Une inspiration pour de nombreux artistes

Pour en citer quelques unes, une référence assez évidente peut être Brazil, le film de Terry Gilliam. Oeuvre surréaliste d’un artiste à l’imagination aussi débordante qu’incontrôlable, c’est aussi une parodie grinçante de la société moderne. Notamment de cette administration noyée sous la paperasse, vaste comédie aliénante.

Des auteurs ont également été grandement influencés par l’écrivain Tchéque. Par exemple, Murakami n’hésite pas à l’affirmer directement dans le titre d’une de ses oeuvres phare : Kafka sur le rivage. K., le héros, est victime d’une prédiction troublante. Abandonné par sa mère, son père lui annonce qu’il le tuera et épousera sa génitrice. Déboussolé, le jeune Kafka s’enfuit dans la nuit. Roman labyrinthique et absurde, Kafka sur le rivage est un hommage direct à Franz Kafka.

Autre écrivain majeur, Gabriel Garcia Marquez a également été grandement influencé par la pensée Kafkaïenne. De même, de nombreux philosophes de l’absurde comme Albert Camus ont plus que certainement bâti leur pensée autour des écrits de Kafka.

L’art nouveau

C’est également en République Tchèque qu’est né Alfons Mucha.  J’ai pu visiter le très beau musée consacré à l’artiste et à l’art nouveau, dont il est l’un des représentants. Il s’agit du style le plus marquant de la Belle Époque. L’artiste aura notamment fait ses armes loin de sa patrie natale. Les Beaux-Arts de Prague avaient en effet refusé sa candidature, lui suggérant de trouver un métier où il serait plus utile. Il aura ainsi étudié à Vienne avant de partir pour Paris.

C’est dans la ville lumière qu’il connaîtra un succès immense. Repéré en effet par la célébrissime Sarah Bernardt, il sera le créateur de nombreuses affiches pour les pièces où l’actrice jouera un rôle important. L’Art Nouveau deviendra ainsi l’un des courants esthétiques symboliques de la Belle Epoque.

affiche alfons mucha
Alfons Mucha était notamment spécialisé dans les affiches de publicité

Mucha a un style bien à lui :

  • Un visuel végétal caractéristique de l’art nouveau en général
  • Des couleurs en demi-ton enrichies d’or et d’argent
  • La répétition de formes simples comme des cercles ou des demi-cercles
  • Des femmes jeunes et belles arborant des bijoux stylisés

mucha affiches

Prague regorge de souvenirs de cet artiste. Que ce soit le musée en passant par les cafés Parisiens inspirés par Sarah Bernardt, Mucha est un incontournable de la ville.

Le Golem de Prague

Et l’homme créa la vie

Prague a abrité pendant des siècles un quartier juif, la ville a donc été un épicentre important de la religion judaïque. Ce quartier fait partie des endroits à voir de la ville. Il en résulte un mythe en particulier qui a marqué la pop-culture jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit en effet du golem de Prague. Voici l’histoire de ce conte bien connu du ghetto juif :

Au XVIIe siècle, la communauté juive de Prague était dirigée par le Rabbin Loew. Depuis quelques temps, des menaces pèsent sur les juifs, notamment des pogroms. La population est régulièrement attaquée par les non-juifs qui les accusent de nombreux maux. Loew décide donc de trouver un moyen de protéger ses pairs des fanatiques antisémites. Rabbi Loew pria Dieu qui lui rédondit : Tu construis un golem avec le terre glaise et tu dévores les méchants qui dévirent Israël. Cette suggestion pleine de bon sens amène donc Rabbi Loew à la prendre au premier degré.

Golem de Prague

Il réunit son beau-fils et son plus jeune fils en leur disant qu’à eux trois ils forment le feu, l’air et l’eau. Qu’ils doivent alors alors créer la vie à partir du dernier élément, la terre. Ils s’éxecutent donc et la créature de pierre s’anime. Il portait gravé sur son front le mot EMETH, le souffle de la vie. Pour ôter toute vie, il lui suffirait d’enlever la dernière lettre. Le Golem accomplit de nombreuses années de service, mais un jour nul fanatique ne menaçait plus la communauté juive. Il devint alors inutile. Le Rabbin Loew effaça la dernière lettre du nom. On prétend que le Golem est toujours gardé au fond d’un synagogue, éteint.

Mais le Golem de Prague est toujours bien vivace.

Une histoire qui aura inspiré bien des artistes

Le Golem est bien connu des amateurs de pop-culture. En littérature, il est par exemple bien connu. Dans les classiques, l’idée de mettre au monde une créature construite a été réutilisé par Mary Shelley pour son Frankenstein. Il est très présent dans l’univers fantasy également. Il existe dans la trilogie de Bartiméus de Jonathan Stroud, dans le deuxième tome : L’oeil du Golem. Le Golem fascine par sa puissance mais aussi car il symbolise la création, ce que l’Homme ne peut normalement pas faire. Il peut être l’égal de Dieu et créer également la vie.

Le Golem est ainsi également très répandu grâce à son affiliation à l’élément terrestre. Dans les univers fantasy, le terme golem est devenu un terme générique pour désigner des créatures de la terre, des élémentaires. Il s existent dans un grand nombre d’univers, pour en citer quelques uns : World of Warcraft, The Legend of Zelda, The Elder Scrolls… L’Heroic fantasy en est remplie. Un autre exemple intéressant est celui de Dragon Age Origins. Les Golems sont créés par les nains afin de se défendre face aux créatures des tréfonds. Mais ils n’étaient pas de vies nouvellement créées, il s’agissait de nains voçlontaires transformés en créatures de roche.

Dans Dragon Age, vous pouvez recruter Shale, un golem

Et voilà pour ce sympathique voyage à Prague. La ville a beaucoup de légendes et possède un charme particulier. Les quelques exemples précédents permettent d’avoir un aperçu des artistes et des légendes qui alimentent l’art, même aujourd’hui.

 

Cette article entre dans le café des blogueuses ! Voici donc 3 blogs que j’aime particulièrement :

Margaudliseuse :  Un blog littéraire tenu par une Youtubeuse de talent ! Les critiques de Margaud sont toujours faites avec passion, elle fait régulièrement grossir ma wishlist <3

Le rewind club : Une copine blogueuse pop-culture ! j’adore son blog au design old school et elle traite des sujets hyper variés. Livres, films, il y en a pour tous les goûts.

L’univers enchanté de Gwen :  Un blog fantaisiste mignon comme un bonbon ! Si vous aimez l’Univers Disney, c’est parfait pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *