J’ai poursuivi mes lecture avec de la fantasy ! J’avais apprécié un autre prix de l’imaginaire, Les ailes d’émeraude d’Alexiane de Lys. J’ai donc donné sa chance à un autre premier livre publié chez les éditions nouvelles plumes, le label France Loisirs des premiers romans. Je trouve que c’est une merveilleuse initiative de soutenir les nouveaux romanciers et de les aider à se faire connaître. J’ai donc lu Le dernier brûleur d’étoiles de Sophie Val-Piguel. Qu’en est-il ?

 

Synopsis du dernier brûleur d’étoiles

 

À la suite d’un étrange cauchemar, la vie de Gwenvael bascule. Contraint de fuir l’orphelinat où il vit depuis toujours, le jeune homme tente de donner un sens aux mystérieuses paroles prononcées par le directeur de l’institut juste avant son départ : « Trouve Calypso ». Lorsqu’il est attaqué par une horde d’hommes des bois et capturé par un redoutable guerrier, Gwenvael comprend qu’il a franchi les portes d’un autre monde. Et s’il n’avait pas toujours vécu à l’orphelinat ? S’il était Celui qu’ils attendaient tous ?

 

Une lecture très (trop) faillible

 

Le dernier brûleur d’étoiles était dans ma PAL depuis bien longtemps, j’ai donc décidé qu’il était temps de lui laisser une chance. Je dois avouer qu’arrivée au bout de cette bonne briquasse, je suis très mitigée.

Le début de ma lecture était difficile. Je pense que depuis Eragon, je suis allergique aux parties voyages des romans. Vous savez ? Ce moment où les personnages errent dans la pampa, campent et ainsi de suite. Il y a tout de même quelques bons points à signaler. L’écriture de l’autrice est simple mais plutôt efficace et nous entraîne dans l’aventure sans problème. S’il y une fois de plus une histoire de prophétie, l’issue de cette dernière parvient tout de même à nous surprendre, surtout lorsque l’issue approche. Il est appréciable qu’un auteur ne tombe pas dans le cliché de manière trop littérale.  Le développement du personnage de Galahad notamment est progressif et plutôt bien mené.

Ma lecture a cependant souffert de certains défauts rédhibitoires. Dans un premier temps, L’univers créé par l’autrice est sous-exploité. Nous n’avons que très peu d’éléments pour nous diriger (même pas une petite carte), sur les peuples ou sur l’histoire. ceci nuit à l’immersion et donne l’impression d’un certain vide. Mais lorsque Gwenvael pose une question sur l’univers dans lequel il évolue, les autres personnages refusent de répondre la majorité de temps. Sans aucune raison, ce qui est aussi frustrant pour le héros que pour le lecteur. Le récit a tendance parfois à se perdre en péripéties pas très utiles, surtout en début de roman, voire à se répéter. le schéma “capture, fuite, rencontre” apparaît à plusieurs reprises, ce qui a fini par me lasser un peu.

Ensuite, l’un des gros points noirs pour moi est la cohérence interne du monde qui n’est pas toujours respectée. Les raisons ne sont de plus pas toujours données. Il arrive quand même à plusieurs reprises que l’autrice nous donne une règle pour finalement la briser quelques chapitres plus tard, sans plus d’explication de la part Gwenvael autre que “je ne saurai jamais pourquoi cette fois ça a marché (…)”. Les univers de fantasy ne sont pas plus souples que d’autres genres, ils obéissent simplement à d’autres règles qui ne devraient pas être détournées sans bonne raison, et la facilité scénaristique n’en est certainement pas une. Les mirages sont d’ailleurs trop similaires aux daemons de Philip Pullman, j’ai lu La Belle Sauvage il y a peu et ça m’a sauté aux yeux.

Hormis Calypso et Galahad, les personnages ne sont pas très attachants. Gwenvael est particulièrement insupportable : colérique, insolent, c’est une vraie tête-à-claques ! Beaucoup de personnages secondaires sont à peine effleurés, d’ailleurs certains ne sont introduits que pour mourir quelques pages plus loin. Parfois même en hors champ. J’ai aussi noté une grosse carence en termes de personnages féminins. Même Sterenn n’est pas beaucoup développée et n’apparaît finalement que peu, sans compter que sa relation avec Gwenvael est aussi insipide que peu crédible.

 

Conclusion : il manque trop d’éléments pour être solide

 

Je pense avoir réussi à faire le tour de mes remarques. En général, je n’aime beaucoup critiquer trop vertement un livre. Mais pour le dernier brûleur d’étoiles, il y a simplement trop de failles à mon goût. Je pense que le livre aurait gagné en qualité si l’univers avait été travaillé plus en profondeur. Pareil pour les personnages, et de même si les quelques incohérences qui parsèment le récit avaient été gommées.

Note : 08/20

Lien pour acheter le livre : par ici

 

Catégories : Chroniques

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :