Le Top Ten Tuesday est un principe publié par le blog Frogzine. Toutes les semaines, un nouveau thème de top 10 lecture est proposé. Cette semaine, c’est un top 10 des lectures post-apocalyptique et dystopie, deux genres que j’apprécie particulièrement. Et vous aussi ! Alors aujourd’hui, on va partir dans du monde de merde. Voici mes lectures préférés dans le domaine en commençant par le numéro 10 jusqu’à ma préférée !

 

10. Destiny tome 1 – Imparfaite de Cecelia Ahern

destiny tome 1

Celestine mène une vie parfaite au sein d’une famille parfaite et au bras du petit ami parfait. Elle pense incarner l’idéal de la société. Et si Celestine s’était trompée ? Si c’était le système lui-même qui était Imparfait ?

Une très bonne dystopie Young Adult qui parvient à éviter les lieux communs les plus agaçants du genre. Cecelia Ahern a notamment su dépeindre des personnages cohérents dans un univers glaçant en faisant passer un message plus fouillé qu’il n’y paraît. Le monde basé sur la pureté morale questionne beaucoup autour du phénomène de bouc émissaire et du choix entre ses convictions ou celui d’entrer dans le moule.

 

9. Terrienne de Jean-Claude Mourlevat

Terrienne-jean-claude-mourlevat

Tout commence sur une route de campagne… Après avoir reçu un message de sa sœur, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche et… passe de “l’autre côté”. Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d’humanité, mais où elle rencontrera cependant des alliés inoubliables. Pour arracher sa sœur à ce monde terrifiant, Anne ira jusqu’au bout, au péril de sa vie.

Dystopie originale écrite dans un style simple mais puissant, l’héroïne est particulièrement attachante. L’idée d’un monde obsédé par la pureté et la propreté et qui rejette tout ce qui associé à la nature est intrigante et bien trouvée. C’est en réalité un cri déchirant pour l’imperfection, la vie, ces failles qui fait de nous des humains entiers.

 

8. La Brèche de Pauline Perrier

La-breche-pauline-perrier

 

Rien ne prédestinait Blake Rivers à une existence hors du commun. Tout juste âgé de vingt ans, le jeune homme n’a jamais poursuivi qu’un seul objectif : survivre. Dans un pays où règnent la dictature, la délation et le mépris des pauvres, faire profil bas est le meilleur moyen de s’en sortir. Pourtant, Blake a du mal à se plier aux règles imposées par La Coalition… Sa vie bascule le jour où il découvre l’existence de La Brèche, une organisation secrète qui se tapit dans le ventre de la Capitale. Dès lors, toutes les certitudes de Blake vont être remises en cause.

La Brèche est une dystopie rafraîchissante. Elle traite de sujets comme la rébellion face au système, le courage d’avoir ses convictions et l’espoir d’arriver au bout de ses projets. Les personnages sont très bien décrits et nous emportent dans leur révolte face à un système totalitaire injuste.

 

7. Le Fléau de Stephen King

le-fleau-stephen-king

Il a suffi que l’ordinateur d’un laboratoire ultra-secret de l’armée américaine fasse une erreur d’une nanoseconde pour que la chaîne de la mort se mette en marche. Le Fléau, inexorablement, se répand sur l’Amérique et, de New York à Los Angeles, transforme un bel été en cauchemar. Avec un taux de contamination de 99,4 %.

Le premier roman post-apocalyptique du top, on commence avec du lourd ! Du Stephen King comme on aime, avec des personnages très humains (dans le sens crédible, hein. Comme d’hab beaucoup sont bien horribles) et des situations parfois très tendues. Il nous montre surtout qu’au-delà du Fléau, les plus dangereux sont les autres survivants.

 

6. Autre-Monde de Maxime Chattam

alliance-trois-maxime-chattam

Personne ne l’a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, à la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment… Après leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagée, différente. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre… à cet Autre-Monde.

A mi-chemin entre le post-apo et la fantasy, cette saga de Maxime Chattam est extraordinaire ! Des personnages attachants, une écriture fluide, des sujets parfois durs et des mystères qui nous poussent toujours à aller plus loin, Autre-monde fait facilement parti des meilleurs livres jeunesse de ces dernières années.

 

5. Le silence de la Cité d’Elisabeth Vonarburg

le silence de la cité

Dans la Cité où ils se sont repliés à l’heure des Abominations, les scientifiques presque immortels, derniers dépositaires de la civilisation, s’ennuient tandis qu’à l’extérieur se succèdent des générations de mutants barbares. Dernière enfant de la Cité, fruit des expériences génétiques de Paul, Élisa apprend à connaître son corps et ses facultés d’autorégénération et reprend à son compte le Projet des généticiens : réensemencer la race humaine, à l’extérieur de la Cité trop dorée et corruptrice, et lui transmettre ses nouveaux pouvoirs.

Toujours en post-apocalyptique, cette lecture récente fait partie de mes préférées ! C’est simple, le roman est extrêmement riche et aborde des thèmes variés et d’une grande profondeur, exactement ce qui fait pour moi l’attrait de la science-fiction. Du déterminisme en passant par l’intelligence artificielle ou l’eugénisme, Le silence de la Cité est une œuvre majeure de la science-fiction écrite avec une plume charnelle et sensible.

 

4. Battle Royale de Koushun Takami

Battle-royale

Dans un futur proche, un empire asiatique indéterminé aux tendances fascinantes a mis en application le programme ‘Battle Royale’ pour servir d’exemple à la population – et tout particulièrement à sa frange la plus jeune. Ce programme consiste à tirer au sort chaque année une classe de collégiens et à les emmener de force sur une île isolée du monde, où au terme de combats acharnés, un seul d’entre eux pourra rester en vie – dans le cas contraire, tous périront.

Si vous avez aimé Hunger Games, venez découvrir Battle Royale ! Cynique et violent, ce roman est une œuvre singulière qui nous plonge dans un futur morbide. Addictive, cette lecture fait partie de celles qui marquent sur le long terme, aussi bien par sa violence crue que par sa lucidité tragique sur l’espèce humaine.

 

3. 1984 de George Orwell

1984-George-orwell

De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la Police de la Pensée.

Je dois avouer qu’il semble compliqué de parler dystopie sans évoquer 1984. œuvre culte parmi les plus lues au monde, 1984 nous plonge dans un monde terrifiant régi par un totalitarisme qui est parvenu à embrigader la population grâce à des méthodes de propagande pointues.

 

2. Un bonheur insoutenable d’Ira Levin

un-bonheur-insoutenable-Ira-Levin

Dans le futur, les nations ont aboli les guerres et la misère. Mais à quel prix? Gouvernés par un ordinateur géant, les hommes sont – à l’aide d’un traitement hormonal mensuel adéquat – uniformisés, privés de toute pensée originale. Dans un univers où il n’existe que quatre prénoms différents pour chaque sexe, le jeune Li RM35M4419 va hériter de son grand-père d’un étrange cadeau : un surnom, Copeau. Ce sera le début pour lui d’une odyssée qui va l’amener d’abord à s’accepter en tant qu’individu, puis à la révolte.

Un classique méconnu de la dystopie, Un bonheur insoutenable est pourtant aussi bon que 1984 ou Le meilleur des mondes ! Dans une société où on drogue les citoyens et détruit au maximum leur individualité, tout est contrôlé par une intelligence artificielle surpuissante. Une histoire de rébellion puissant qui glace par la façon dont la science est instrumentalisée pour assujettir la population. Toujours pour le plus grand bien, évidemment.

 

1. La servante écarlate de Margaret Atwood

la-servante-ecarlate-margaret-atwood

 

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté.

La servante écarlate, eh oui. Une dystopie, un peu post-apo aussi, en plein dans l’actualité et sur des sujets qui me touchent particulièrement. Résolument féministe, œuvre glaçante avec une plume douce, le livre n’est pas forcément facile d’accès mais construit un monde qui ne cesse de terrifier par la menace du puritanisme religieux poussé à l’extrême et de la réification totale des femmes.

 

Il a été compliqué de choisir mes favoris ! J’aurais pu y placer Fahrenheit 451 ou Le meilleur des mondes mais il a fallu faire des choix. Je voulais aussi mettre des livres moins connus. De plus, le top peut être amené à changer puisque je lis régulièrement ces deux genres. Dans le post-apo, j’ai prévu de lire la forêt des damnés de Carrie Ryan et Chroniques du pays des mères d’Elisabeth Vonarburg. Pour la dystopie, c’est Kallocaïne de Karin Boye qui est prévu.

 

Pour découvrir d’autre tops ten, cliquez sur la bannière :

top-ten-tuesday-dystopie-post-apo


15 commentaires

Emilie (Lilichat) · 23 janvier 2018 à 13 h 29 min

Je n’ai pas lu le roman Battle Royale (il est dans ma PAL^^) mais je suis archi fan du film et du manga. Je suis contente de le voir apparaitre dans un des articles de cette semaine.

    Camille Barbry · 23 janvier 2018 à 17 h 52 min

    Battle Royale est une belle petite pavasse (un peu plus de 800 pages dans mon édition en poche) mais qui vaut la peine ! J’ai l’impression que c’est connu grâce au film mais que peu de gens l’ont lu 🙂

L'antre littéraire de Marine · 23 janvier 2018 à 14 h 29 min

Terrienne est dans ma PAL!
J’aimerais trop découvrir Battle Royale!

    Camille Barbry · 23 janvier 2018 à 17 h 55 min

    Terrienne, je l’avais vu sur la chaîne de Lemon June et j’ai beaucoup aimé : j’ai trouvé que son principe de dystopie était plutôt original. Son système aurait gagné à être plus développé mais ça reste une très bonne lecture.

    Battle Royale c’est vraiment au top pour peu qu’on n’ait pas trop de mal avec la violence. C’est aussi une critique très âpre de l’embrigadement des masses.

Lalie · 24 janvier 2018 à 14 h 19 min

Merci pour cette liste inspirante ! Pour ma part,” La route” de Cormac Mc Carthy, est un de mes livres cultes dans le domaine de la dystopie.

    Camille Barbry · 24 janvier 2018 à 16 h 03 min

    Un grand classique du post-apo que je n’ai pas encore lu ! Il a l’air extraordinaire et se trouve pour l’instant dans ma wishlist. Ceci dit, je le redoute un peu car il est extrêmement sombre 🙂

itsNOLWENN · 24 janvier 2018 à 19 h 19 min

J’adore les dystopies, merci pour cette sélection ! 🙂

    Camille Barbry · 24 janvier 2018 à 20 h 21 min

    Merci ! J’adore aussi, j’en lis beaucoup et j’en ai découvert plein depuis que je suis les booktubes et les blogs (ma PAL est gigantesque 🙂 )

Audrey · 25 janvier 2018 à 7 h 26 min

Je suis une grande fan de dystopies, j’ai dévoré Destiny tant et si bien que j’ai lu le second volet en VO car je ne pouvais pas attendre de découvrir la suite ! J’en avais d’ailleurs parlé sur mon blog.
La servante écarlate est dans ma PAL !

    Camille Barbry · 28 janvier 2018 à 10 h 45 min

    J’ai hâte de lire le second tome, mais je suis le genre à laisser pas mal de temps avant de lire les suites (envie de découvrir de nouveaux univers tout ça tout ça)

Dimension Flo · 29 janvier 2018 à 11 h 06 min

Hello !

Je suis une grande fan de dystopies, du moins dans la théorie. Fan du concept, en fait. Dans la pratique, j’en ai finalement lu très peu. Parce que trop peur, pour l’avoir déjà été, d’être déçue par un sentiment de déjà vu, de redite. J’aime beaucoup les dystopies, mais il faut qu’elles soient très crédibles et en même temps inédites pour me plaire.

Je ne m’attendais pas à trouver le fléau dans ta top list, et pourtant il y trouve effectivement sa place. Personnellement j’ai adoré la première partie du bouquin, la découverte de ces personnages et de leur cheminement, de la catastrophe et de la façon dont chacun la gère. Stephen King est à mon sens un génie des microcosmes, un génie pour créer des ambiances, des personnages d’une façon si précise qu’on a l’impression de très bien connaître ce dont il nous parle. Par contre j’ai beaucoup moins adhéré à la seconde partie, cette espèce de lutte contre un mal absolu incarné, j’adhère moins à ce genre de trucs.
Mais pour moi toute la première partie du bouquin est absolument géniale au premier sens de ce terme.

Battle royal est sur ma liste de prochaines lectures, j’ai vu le film quand j’étais ado et il ne m’a pas laissé un bon souvenir, mais j’ai toujours eu envie de lire le bouquin. Quand je le vois si bien classé dans ton top, ça me motive encore davantage à le lire.

Mon mari me tane depuis deux ans pour que je lise autre monde, mais je n’arrive pas à m’y résoudre parce que j’ai peur du côté fantasy, auquel je risque de ne pas accrocher du tout. Donc je ne sais pas, je n’arrive pas à me décider. Il me certifie que ça me plaira, mais… Je n’arrive pas à être convaincue.

Les deux livres que je ne connais pas du tout et que tu m’as donné très très envie de lire sont un bonheur insoutenable et le silence de la cité. Je les note parce que je pense vraiment qu’ils peuvent correspondre à mes goûts et attentes.

Enfin, ma dernière lecture du genre, qui m’a beaucoup plu, est Player One d’Ernest Cline.
Ce n’est pas de la grande littérature, c’est facile, rapide et plaisant à lire. Mais je trouve le bouquin très très bien fait, les thèmes abordés vraiment intéressants et, pour la gameuse que je suis, forcément, c’est très très parlant et j’entre tout de suite avec une grande facilité dans l’univers.
En même temps, de façon plutôt légère, je trouve que le bouquin traite assez bien de la question du virtuel, de l’évolution de l’informatique et de l’internet, de la société ou même en demi-teinte des rapports homme femme.

Merci beaucoup pour ton article et pour les belles découvertes que j’y ai faites.

    Camille Barbry · 29 janvier 2018 à 12 h 46 min

    Hello !

    Ton commentaire me fait très plaisir ! J’ai essayé de construire un top assez varié (connus, moins connus, jeunesse, adulte, young adult etc…)

    La dystopie a tellement été un effet de mode pendant quelques années que j’ai aussi peur de tomber sur des redites sans originalité qui se contentent de reprendre quelques codes du genre en manquant toute la réflexion autour de questions sociales majeures… Mais bon, j’essaie d’en lire quand même.

    C’est vrai que les gens ne parlent pas forcément de Fléau de King comme d’un post-apo (alors que). Il est dans mon top parce qu’il m’avait beaucoup marqué, en particulier la première partie qui détaille à merveille comment la société peut sombrer suite à une catastrophe. La nature du Fléau m’était aussi beaucoup resté, d’autant plus que l’avais lu en ayant un rhume du coup je faisais pas la maline. Et son don pour écrire les personnages est tellement puissant, je me souviens aussi de la partie où l’un des héros doit traverser un tunnel dans l’obscurité et qu’il entend des bruits des pas, qu’il commence à être terrifié, à s’imaginer des choses. Ce passage était vraiment magistral. Le livre a aussi été adapté en bande-dessinée et de mémoire c’était une adaptation sympa.

    Je trouve que la partie fantasy d’autre-monde n’est pas très présente, d’ailleurs j’hésite souvent à lui mettre l’étiquette. Mais ça reste du Chattam, il fait pas trop dans l’univers édulcoré et Autre-Monde, bien que jeunesse, n’échappe pas à la règle.

    Très bons choix pour le silence de la Cité, je ne connaissais pas cette auteure et je suis tombée sur son livre par hasard. Le résumé m’a immédiatement séduite ! Il paraît que son autre livre, Chroniques du pays des Mères est encore meilleur. Un bonheur insoutenable c’est un classique qui a manqué la disparition, à vrai dire je ne le trouver en version papier qu’en anglais ! C’est dommage car je le préfère au meilleur des mondes. J’ai aussi un très bon feeling à proposede Kallocaïne, de Karin Boye, une dystopie quasiment inconnue écrite dans les années 50.

    Player One est dans ma wishlist (avec Warcross d’ailleurs), j’adore les jeux vidéo (gameuse aussi, faudrait que je me remette à écrire des articles JV tiens).

    Merciii pour ton commentaire 😀

Grâce Minlibé · 26 février 2018 à 11 h 44 min

Merci pour les découvertes ! Pour Destiny, les personnages sont tous noirs, tous blancs ou bien il y a une diversité ?

    Camille Barbry · 26 février 2018 à 11 h 52 min

    Hello Grâce ! Il y a un peu de diversité : Celestine, le personnage principal, est métisse, son père est noir et sa mère est blanche. Il me semble que la journaliste est asiatique mais je ne me souviens plus si c’est clairement indiqué. Après pour les personnages secondaires il y a peu d’indications quant à leur origine.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :