Je voulais découvrir cette autrice depuis bien longtemps. Ursula Le Guin est une légende de la science-fiction qui reçu plusieurs prix Hugo et prix Nebula. La main gauche de la nuit est l’un de ses premier romans. C’est un planet opera, un livre qui explore les us et coutumes d’une planète autre que la terre.

 

Synopsis de la main gauche de la nuit

 

Sur Gethen, la planète glacée que les premiers hommes ont baptisée Hiver, il n’y a ni hommes ni femmes, seulement des êtres humains. Des androgynes qui, dans certaines circonstances, adoptent les caractères de l’un ou l’autre sexe.
Les sociétés nombreuses qui se partagent Gethen portent toutes la marque de cette indifférenciation sexuelle. L’Envoyé venu de la Terre, qui passe pour un monstre aux yeux des Géthéniens, parviendra-t-il à leur faire entendre le message de l’Ekumen ?

Un planet opera riche et captivant

 

La main gauche de la nuit est une illustration parfaite du genre. Nous suivons l’Envoyé de l’Ekumen, qui cherche à créer une alliance entre son ordre et Gethen, la planète glaciale. L’homme va cependant connaître des difficultés à comprendre cette société si différente du reste des communautés qu’il connaissait. En effet, les habitants de Gethen n’ont pas de sexe à proprement parlé et passent la majorité de leur temps à être ni homme ni femme. Ils prennent simplement les caractéristiques de l’un ou l’autre sexe aléatoirement lors des périodes d’accouplement.

Genly, notre personnage principal, est considéré comme une perversion malsaine. Sa présence est poliment tolérée, mais il a beaucoup de mal à comprendre les habitants de Gethen. Le roman traite ainsi en partie de la tolérance face à la différence, mais aussi des stéréotypes que nous associons à l’un ou l’autre des sexes. Genly n’aura de cesse de tenter d’attribuer ces caractéristiques à des gens qu’il croise alors même que ça n’a pas sens, des caractéristiques féminines qu’il tente d’associer à une voix, un comportement ou un physique. Comme s’il tentait de mettre en place des repères.

C’est aussi une analyse de façon dont la société est construite autour du genre et de ce qu’il induit. L’auteure nous montre une structure sociale complétement différente, violente d’une manière différente, sans discrimination autour de la reproduction car tout le monde peut potentiellement être enceint. Sans discrimination ou séparation des genres. Une société qui nous montre l’humain sans cette dichotomie, qui nous parle de fraternité et d’amour sans poser d’étiquette. C’est un beau récit sur la tolérance, notamment dans l’œil de Therem, le géthénien qui soutiendra l’Envoyé jusqu’au bout et qui se battra pour l’alliance avec les autres peuples.

Il y a aussi une description très belle de cette planète glacée où règne un éternel hiver. Cette météo qui influence les habitants qui comme les inuits ont des dizaines de mots pour décrire la neige. Le récit est emprunt d’une grande richesse sociologique, mettant même en avant des récits de la planète pour expliquer plus clairement leur façon de penser.

Un petit bémol : j’ai parfois eu un peu de mal à comprendre les changements de points de vue au début. Le roman commence en effet in medias res de façon un peu abrupte, ce qui nécessite un certain temps d’adaptation au niveau du langage un peu froid et documentaire mais qui finit s’adoucir vers la fin du roman.

Un livre à lire pour les amateurs de science-fiction

 

Ursula Le Guin mérite son titre de la science-fiction ! Elle nous propose un récit riche, documenté et fouillé qui dispose d’une écriture précise et de beaux messages. Si vous voulez découvrir le planer opera et sa diversité, c’est un bon livre pour se lancer dans le genre. Je préviens cependant qu’il s’agit d’un livre qui prend son temps, donc si vous aimez l’action, ce n’est pas l’idéal pour vous.

Note : 17/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Pour plus de chroniques lecture, c’est par là.


5 commentaires

laetitia · 2 mars 2018 à 20 h 03 min

merci pour ce partage, je vais me laisser tentée.

    Camille Barbry · 2 mars 2018 à 21 h 13 min

    Je suis très contente que tu sois intéressée 😀

Caro Bleue Violette · 4 mars 2018 à 14 h 25 min

Je note ce titre comme option pour quand je me déciderai à découvrir Ursula Le Guin. Le thème du genre est intéressent, et je pense que le décor de l’éternel hiver va me plaire !

Caro Bleue Violette · 4 mars 2018 à 14 h 26 min

Intéressant, raaaaaah ^^

    La Geekosophe · 4 mars 2018 à 15 h 56 min

    C’est un bon livre pour commencer son oeuvre et son meilleur d’après un certain nombre de témoignages !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :