Vous prendrez bien un petit classique de la science-fiction ? J’ai lu en VO le maître du haut château de Philip K. Dick, une œuvre uchronique très connue. Elle a même été adaptée en série par Amazon et j’en ai vu beaucoup de bonnes critiques. Le livre est plutôt court, 240 pages dans mon édition. Qu’en ai-je pensé ?

 

Synopsis du maître du haut château

 

En 1947 avait eu lieu la capitulation des alliés devant les forces de l’axe. Cependant que Hitler avait imposé la tyrannie nazie à l’est des États-Unis, l’ouest avait été attribué aux japonais.
Quelques années plus tard la vie avait repris son cours normal dans la zone occupée par les nippons. Ils avaient apporté avec eux l’usage du Yi-King, le livre des transformations du célèbre oracle chinois dont l’origine se perd dans la nuit des temps. Pourtant, dans cette nouvelle civilisation une rumeur étrange vint à circuler. Un homme vivant dans un haut château, un écrivain de science-fiction, aurait écrit un ouvrage racontant la victoire des alliés en 1945… 

 

Une Uchronie troublante

 

La première chose qui m’a surprise est l’écriture factuelle, sans fioriture, froide et précise. C’est mon premier livre de l’auteur, mais ça m’a permis de mieux saisir l’ambiance globale du roman. En effet, Philip K. retranscrit un futur imaginaire assez glaçant, puisque les Etats-Unis, comme une bonne partie du monde, sont partagés entre l’Empire du Japon et l’Allemagne nazie. La lecture peut sembler difficile à prendre en main : nous suivons des individus banals et sans lien entre eux mener leur existence routinière. Au fil des pages, les premiers liens se devinent et on suit plus facilement le déroulement de l’histoire.

J’ai trouvé plusieurs éléments intéressants au sein du récit. Prendre un cadre un peu banal permet de mieux saisir l’implication des changements sociaux apparus post-guerre mondiale. Par exemple, des éléments de la société japonaise vont être très présents dans la partie conquise des Etats-Unis. La plupart des protagonistes n’imaginent aucunement la possibilité d’une victoire des alliés et prennent somme toute leur situation comme normale, la seule possible et logique, ce qui nous invite à nous questionner sur la façon dont notre histoire a été forgée et comment nous nous plaçons par rapport à elle.

Un autre procédé scénaristique que j’ai beaucoup aimé est la répétition de la présence de certains objets à forte symbolique. C’est le cas par exemple du Yi-King, un oracle d’origine chinoise importé par les japonais. Beaucoup de personnages prennent des décisions en déchiffrant ses prédictions et je trouve que cet élément très spirituel permet de voir beaucoup comment un procédé d’acculturation se met en place. L’auteur fait aussi apparaître un livre que plusieurs protagonistes lisent ou connaissent : The grasshopper lies heavy. le livre est lui-même une uchronie dans l’uchronie qui décrit une victoire des alliés. C’est une mise en abîme habilement menée, d’autant plus que la fin nous laisse avec une sensation étrange.

 

En conclusion : un très bon livre malgré malgré quelques faiblesses

 

C’est un très bon livre mais il manque quelques éléments pour que ce soit un coup de cœur. Au démarrage, la lecture est un peu lente et il faut s’accrocher. Les personnages ne sont pas spécialement sympathiques et attachants, bien que très réalistes. J’ai cependant beaucoup apprécié l’expérience de lecture, étonnante et inhabituelle, qui n’hésite à plonger dans des considérations spirituelles ou historiques.

Note : 15/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Retrouvez toutes les chroniques du blog par là.

Catégories : Chroniques

16 commentaires

Rhiannon Telvanni · 13 mars 2018 à 12 h 22 min

Ah tiens une autre uchronie nazie, quand je viens de finir la relecture de Fatherland ! La quatrième de couverture est tentante mais ton résumé semble dire que ça manque de saveur :/

    La Geekosophe · 13 mars 2018 à 14 h 14 min

    La période nazie est en effet le moment historique qui est le plus adapté en uchronie 😉

    Je ne dirais pas non plus que ça manque de saveur, mais l’écriture est assez froide, ce qui m’a déstabilisé au début. Mais à un moment ça devient très prenant, surtout quand l’auteur commence à questionner la véracité de l’historicité…

    J’ai commencé à regarder la série adaptée du livre et le pilote est en tout vraiment pas mal si tu veux avoir un échantillon !

      Rhiannon Telvanni · 13 mars 2018 à 14 h 20 min

      Je jetterai un œil à la série du coup ! C’est rare que la série soit meilleure que le livre mais ça arrive :p

Bibliochat · 13 mars 2018 à 12 h 45 min

Coucou 🙂
Je n’ai pas pu terminer ce livre. Je crois que je me suis arrêtée aux moment où le narrateur parlait de bouffer des cerveaux humains ou un truc du genre. Beurk ! Le livre a terminé dans une “boite à livres”.
Là, j’ai entamé “bladerunner” on verra bien ce que ça donne…
Merci pour ton avis 🙂

    La Geekosophe · 13 mars 2018 à 14 h 16 min

    Hello !

    Hahaha, ce passage n’a pas dû me marquer (suis-je un être insensible ou lire du Stephen King m’a rendu imperturbable ? X) ) J’ai bien aimé le livre, mais je reconnais qu’il est assez particulier et je ne le recommanderais pas à tout le monde. J’ai bien envie de lire Ubik de Dick de mon côté, mais plus tard.

Zina · 14 mars 2018 à 10 h 27 min

J’adore la série, mais un ami m’a dit que le livre n’était pas très palpitant, ça m’a enlevé l’envie de le lire.

    La Geekosophe · 14 mars 2018 à 18 h 35 min

    En effet, le livre est plus contemplatif ! la série gomme ce côté-là 😉

limaginairdenael · 14 mars 2018 à 15 h 36 min

Je l’ai lu il y a très longtemps et j’avais eu un peu de mal à le finir. Je crois que je vais le relire avec quelques années de sagesse en plus 😉

    La Geekosophe · 14 mars 2018 à 19 h 33 min

    J’espère que ce sera une meilleure lecture ! Faut s’accrocher au début, ou accepter qu’il n’y ait pas vraiment d’objectif structuré !

William · 14 mars 2018 à 20 h 36 min

Il y a longtemps que j’ai lu le livre et j’avais bien aimé. Il faut dire que je suis fan de Dick. J’ai vu aussi la série (laquelle a encore une saison à venir, je crois) et j’ai bien aimé aussi même si elle diffère du livre, hormis le postulat de base, bien sûr…

    La Geekosophe · 14 mars 2018 à 21 h 39 min

    J’ai pas encore regardé beaucoup la série, mais je trouve que de toute façon, lors d’un passage d’un médium à un autre, quelques ajustements sont nécessaires. D’après ce que j’en ai vu, la série le fait plutôt bien en gommant les aspects qui pourraient gêner dans une série. Par exemple, transformer le fameux livre en film, je trouve ça plus adapté au format télévisuel.

tartine · 15 mars 2018 à 7 h 58 min

fan de k dick alors ce livre a des faiblesses oui, comme sturgeon dans un autre style écrivain bizarre et dérangeant à ne pas mettre entre toute les mains peu paraître difficile de lecture

    La Geekosophe · 15 mars 2018 à 16 h 37 min

    Totalement d’accord ! J’ai beaucoup aimé ma lecture mais tout le monde n’appréciera le style ou le rythme du livre 🙂

oursebibliophile · 27 mars 2018 à 17 h 40 min

Une lecture laborieuse. Des aspects intéressants certes, mais qu’est-ce que c’est froid ! L’écriture, les personnages… Cet aspect a pris le dessus et a teinté ma lecture de déception contrairement à toi.

    La Geekosophe · 27 mars 2018 à 21 h 19 min

    Le maître du haut château est ce genre de lecture où je me suis dit “c’est bizarre… J’aime bien quand même… Mais y a plein de gens qui vont sûrement pas accroché…” Question de sensibilité 😉

      oursebibliophile · 29 mars 2018 à 11 h 05 min

      Totalement. Je l’avais lu parce que je bossais avec deux fans de Dick, donc à force d’en entendre parler… Mais je ne renonce pas et je lui laisserai sûrement une nouvelle chance ! Plus tard par contre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :