Ahlalala ! On peut en trouver des choses quand on erre comme une âme perdue dans les rayonnages d’un salon du livre ! J’y ai trouvé un écrivain tout seul avec son livre. Je me suis dit que cet homme avait besoin d’être distrait, je me suis donc emparée d’un livre arborant une couverture signée Manchu pour le lui faire signer. Ainsi Lum’en arriva dans ma PAL avec une signature de Laurent Genefort.

 

Synopsis de Lum’en

Imaginez une étoile avoisinant sept dixièmes de masse solaire… Le système de Grnc.mld1 compte six planètes : cinq telluriques et une gazeuse. Garance est la seule qui évolue dans la zone d’habitabilité. Une planète comme tant d’autres ? Seulement en apparence.
Lum’en, c’est l’histoire de pionniers lancés à la conquête d’un monde qui, au fil des générations, vont écrire la plus exceptionnelle des aventures, la plus terrible aussi, celle de l’ancrage, puis du déclin inéluctable d’une colonie dans les confins.

 

Un planet opera en finesse

C’est un planet opera de ce qu’il y a de plus pur. Nous suivons la colonisation d’une planète du début jusqu’à la toute fin, un cycle complet en quelque sorte. Garance est une planète à la flore rouge très peu hospitalière où les humains ne peuvent rien ingérer. La colonisation de cette planète est donc complexe et difficile.

Le livre est rapide et il n’y a que peu de temps morts. L’auteur pose des questions très intéressantes : comment déterminer jusqu’à quel point une planète appartient à ses colons ? Il invente également un système de colonisation et de domination bien définie qui ajoute de la crédibilité à l’univers créé. En effet, il y a de nombreuses luttes de pouvoir et de conviction au cours de la colonisation de Garance, entre les autonomistes qui souhaitent que la planète exerce sa gouvernance seule, les Véritables qui souhaitent un retour à la nature et une meilleure connaissance de leur environnement. Tout un univers vivant et fascinant.

J’ai en particulier beaucoup apprécié la première partie du roman, qui aborde la notion de l’extrémisme et du conditionnement. Nous suivons en effet Japhet, une jeune homme élevé par un prêtre dans un univers très dogmatique avec un système de manipulation mentale pour qu’il soit un parfait zélote de la religion sans se poser la moindre question. Il y aussi la partie sur les autochtones, les pilas, qui ressemblent à des poulpes arboricoles luminescents mais ne sont pas considérés comme sensibles parce que les colons ne communiquent pas avec eux. Les pilas sont donc régulièrement maltraités sans que les gens comprennent qu’ils souffrent ou qu’ils ont ont leur propre intelligence. Cette perspective offre un rapport à l’altérité assez bien construit.

Une bonne lecture pour se lancer la SF

Après comme le livre va très vite, cela pourra manquer de profondeur pour certains. Mais pour ma part j’ai beaucoup apprécié cette lecture qui m’a découvrir l’univers de Garance mais me donne aussi envie de lire plus de cet auteur. Peut-être un récit plus ambitieux où toutes les problématiques qu’il aborde avec justesse sont traités avec plus d’ampleur ?

Note : 14/20

Vous pouvez acheter le roman par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

2 commentaires

Sophie · 9 avril 2018 à 16 h 57 min

Comment ça Laurent Genefort tout seul abandonné sur un salon littéraire ??? Les lecteurs ne savent pas ce qu’ils manquent… non seulement de beaux univers de SF, mais aussi de l’humour, et surtout l’opportunité de discuter avec un auteur timide mais éminemment sympathique, et qui sait de quoi il parle^^
Je ne sais pas si tu as déjà écouté Procrastination, la série de podcasts sur l’écriture qu’il enregistre avec Lionel Davoust et Mélanie Fazzi, sinon, je te le conseille vivement, c’est super, même quand tu n’es pas apprenti écrivain (comme moi). Ils ont éclairé mes lectures de l’imaginaire plus d’une fois.

    La Geekosophe · 9 avril 2018 à 23 h 44 min

    Oui, on a papoté space et planet opera ! J’ai été très surprise de ne voir personne d’autre au stand !

    Merci pour le podcast, c’est un format dont je suis friande 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :