J’avais beaucoup aimé le premier tome dans l’univers des chevauche-brumes, le roman présentait un groupe de personnages attachants et une histoire dynamique tournée vers l’action. Il était donc tout naturel que j’accepte de poursuivre l’aventure avec Les flots sombres, qui se passe dans le même univers mais peut se lire indépendamment (en tout cas je n’ai pas été gênée car je ne me souvenais pas de tous les détails du premier tome). Mais il est quand même intéressant de lire le premier opus. Merci aux éditions Mnémos pour l’envoi !

Synopsis de Les flots sombres

Les Chevauche-Brumes ont déserté les légions royales du Bleu-Royaume pour aller traquer les créatures maléfiques issues du brouillard noir : désormais dispersées aux quatre coins du monde, elles attaquent les populations civiles sans défense. Tandis que les réfugiés affluent à Antinéa, la capitale, et exacerbent les rivalités entre le régent du royaume et le clergé d’Enoch, sur mer, un monstre terrifiant fait des ravages parmi les navires. Les anciens de la neuvième compagnie pourront-ils faire face à tous ces périls ?

Une lecture palpitante et aux ingrédients bien dosés

Toujours le bagout des personnages

L’auteur met de nouveau en scène des personnages aux personnalités variées et très attachants. Des soldats aux nobles, l’ensemble propose une galerie entraînante. J’aime beaucoup par exemple le personnage de Jerek, le mage qui cherche une solution aux créatures d’encre qui sèment la mort et la destruction sur leur passage. Les antagonistes peuvent se montrer un peu manichéens, mais leurs motivations sont bien exposées, ce qui permet de donner un peu de corps à leur décision, bien qu’elles soient assez classiques.

En outre, l’auteur a mis en scène beaucoup de personnages différents : il y a de nombreuses femmes intéressantes qui jouent un rôle important. Ophélie, la capitaine de navire un brin sèche, est une addition vraiment sympathique et un personnage de premier plan assez fort. Elle s’accorde très bien avec les personnages du précédent opus. C’est d’ailleurs un plaisir de retrouver certaines figures fortes en gueule. Le seul défaut est peut-être que nous avons un nombre important de points de vue à suivre et beaucoup de personnages sont un peu laissés de côté.

Un style qui met en avant l’action et les dialogues

La plume de Thibaud Latil-Nicolas apporte toujours un vrai dynamisme dans Les flots sombres. Ici, l’action est très présente, sur terre comme sur mer. L’écriture insuffle un très bon rythme à toutes les scènes de bataille. La mise en scène est réussie. L’ensemble est très immersif et très convaincant, que ce soit lors d’un combat dans une forêt ou une bataille contre un monstre marin particulièrement teigneux. Le rythme est donc une fois de plus très soutenu !

L’auteur a également bien travaillé ses dialogues, qui soutient les caractères colorés des personnages. Certaines répliques sont vraiment très drôles et posent une personnalité rapidement, tout il est impossible de ne pas comprendre l’affection qui relie plusieurs personnages en quelques bons mots. Il a en plus le mérite de ne pas en faire trop au niveau rareté du vocabulaire, ce qui fait que l’ensemble très naturel et agréable sans tomber dans l’excès.

Une histoire rondement mené

Le style direct de l’auteur permet de mener l’histoire avec efficacité. Même s’il y a beaucoup de personnages, le scénario est assez clair. On s’ennuie assez rarement le long du récit, qui de plus regorge en révélations juteuses et en retournements de situation. Entre manigances politiques, trahisons et coups d’éclat, le rythme est maintenu de bout en bout. Cela permet également de développer un peu plus l’univers, notamment à travers différents royaumes qui ont des intérêts et des projets différents face à la menace des montres d’encre.

L’auteur ajoute d’ailleurs une dimension politique nouvelle, puisque ladite menace se rapproche des mondes civilisées et qu’il faut prendre action. Mais la chose n’est pas facile quand les rivalités entre poches de pouvoir prennent le dessus sur l’intérêt général. Ici, l’opposition entre des corps politiques guerriers et une caste religieuse n’est pas spécialement originale, puisque très classique dans la littérature fantasy. Mais cela n’en fait un mauvais élément scénaristique pour autant, car elle est portée par des personnages assez bien développés pour que l’intérêt soit maintenu.

Les Flots Sombres confirme son auteur comme une nouvelle plume à suivre

C’est une fois de plus un très bon roman ! Les dialogues sont ciselés, souvent franchement drôles et bien tournés, portés par une galerie de personnages forts en gueule et attachants. Il y a d’ailleurs beaucoup de femmes qui sont mises en avant et c’est appréciable. L’action est très présente, sur terre comme sur mer. La plume de l’auteur est particulièrement efficace dans ces moments de bataille, où la mise en scène rend les conflits immersifs. Il développe également une intrigue politique bien équilibrée par rapport au reste du roman et intéressante à suivre même si elle repose sur des ressorts classiques.

Note : 17/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :