Portrait d'artiste : Neil Gaiman, écrivain pilier de la fantasy

Neil Gaiman écrivain

Pour ce deuxième portrait d’artiste, découvrons un homme pas très connu en France qui fait partie des légendes de la fantasy anglo-saxonne. L’écrivain britannique Neil Gaiman est né en 1960 à Portchester au Royaume-Uni. Partons à la découverte de la carrière d’un artiste très présent dans la culture populaire.

Un début de carrière difficile pour Neil Gaiman

neil gaiman portrait artistePlus jeune, Neil Gaiman était un fan de BD américaines. Il avait également lu de nombreux auteurs fameux dans la littérature fantasy : C.S. Lewis, Tolkien, Michael Moorcock… Une sacrée bibliothèque ! Il rêve jeune de devenir écrivain mais voit dans un premier temps ses manuscrits refusés. Il se lance ainsi dans une carrière journalistique dans l’espoir de se faire des contacts dans le milieu. Son objectif : parvenir à être publié.

Il écrit alors de nombreuses critiques pour des journaux. Gaiman publie un premier travail professionnel, Featherquest, dans Imagine Magazine. Mais il faudra attendre sa rencontre avec un mastodonte des comics américains pour que da carrière se lance.

Alan Moore, le mentor et Sandman

The sandman - Neil GaimanC’est en découvrant Swamp Thing d’Alan Moore que Neil Gaiman décide de prendre contact avec lui. Pourquoi ? L’aspirant écrivain est séduit par l’interprétation fraîche et innovante des comics. Après un échange épistolaire, les deux hommes deviennent amis. Alan Moore décide d’apprendre à Gaiman à écrire des scénarios pour des comics. C’est ainsi qu’il rédigea des romics et romans graphiques. DC Comics le recrute. Il écrit alors quelques épisodes de Black Orchid.

Intéréssée par son travail, Karen Berger de DC lui demande de donner sa vision d’un personnage classique de la licence : The Sandman. Sorti en 1989, ce comic révolutionne le genre grâce à un mélange de philosophie, d’humour noir et de créativité. Même si certaines influences d’Alan Moore sont visibles, notamment la volonté de transcender le genre en proposant un questionnement philosophique et un angle sombre et adulte, l’étendue de l’imagination débridée de Neil Gaiman perce.

Un auteur spécialisé dans le fantastique

L’un de ses premiers succès aura été fort. Alors qu’il travaille sur The Sandman, il publie en parallèle un roman à quatre mains. De bons présages aura été écrit nul autre que Terry Pratchett. Ce dernier a en effet été l’un des écrivains les plus influents de la Light fantasy, un sous-genre de la fantasy aux accents fortement humoristiques. Adoubé par les plus grands, Neil Gaiman débute une carrière profuse qui fera de lui l’un des auteurs les plus connus du genre (ainsi qu’un invité récurrent des Simpsons). Salué par la critique, De bons présages aura droit à une adaptation en série avec David Tennant.

Ce livre maquera également les premières bases de l’oeuvre de Gaiman. Un univers contemporain et urbain, des créatures divines et des individus lambdas qui se retrouvent plongés dans des aventures qui les dépassent. Gaiman s’imposera vite comme l’auteur du merveilleux et de l’étrange avec de multiples oeuvres, dont voici les principales :

Neverwhere (1996)

Neverwhere - Neil GaimaNeverwhere nous conte l’histoire de Richard Mayhew, employé de bureau sans histoires qui s’aprête à se marier. Un jour, il croise le chemin de Porte, une fillette blessée. Il lui vient en aide, découvrant le mystérieux Londres d’en bas. Peu après, il se rend compte que son existence semble avoir été effacée, comme s’il n’avait jamais existé. Il décide alors de suivre Porte dans sa quête dans l’espoir de retrouver une existence normale.

Neverwhere appartient au sous-genre spécifique de la fantasy urbaine. Il s’agit même de l’un des premiers ouvrages du genre. C’est un très bon livre dont la densité de l’univers est aussi surprenante que séduisante.

Stardust : Le mystère de l’étoile (1999)

Stardust - Neil GaimanStardust est un conte pour adultes assez court mais savoureux et imaginatif.

Tristan Thorn est né et a grandi dans le tranquille petit village de Wall, au fin fond de la campagne anglaise. Il est amoureux de la très belle Victoria, peste qui lui promet un baiser en échange de la poussière d’une étoile tombée sur terre. Seul problème : l’étoile est tombée de l’autre côté du mur, dont l’unique faille est surveillée par des gardiens. Pour cause ! Les légendes prétendent qu’il s’agit de l’entrée vers le Royaume des fées

American Gods (2001)

American gods - Neil Gaiman

Je vous ai déjà parlé d’American Gods dans de précédentes chroniques. C’est pour moi l’un des meilleurs livres de l’auteur. Il s’agit également de l’une des oeuvres de fantasy les plus marquantes de l’ensemble du genre. Une réussite totale, profonde et surtout une histoire grandiose dotée d’une forte originalité.

L’auteur a également rédigé de nombreux ouvrages pour enfants. Si vous avez un jeune lecteur dans votre entourage et que vous cherchez un livre à offrir, vous pouvez piochez par ici, qualité assurée. Neil Gaiman est en effet un merveilleux conteur :

Coraline (2002)

Coraline - Neil Gaiman

Coraline est un conte noir de Neil Gaiman. Il s’agit également de sa première oeuvre pour les jeunes lecteurs. C’est une histoire intéressante qui traite notamment des désirs d’ailleurs que nous avons tous mais qui finissent par cette conclusion : attention à ce que l’on souhaite, nos désirs peuvent se réaliser.

Coraline vient d’emménager dans une grande maison séprarée en plusieurs appartements. Délaissée par ses parents, la fillette commence à explorer son nouvel environnement. Elle découvre un monde parallèle qui semble à première vue identique au sien, à l’exception de ses parents de cet autre univers sont aux petits soins pour elle…

L’étrange vie de Nobody Owens (2008)

Nobody Owens - Neil Gaiman

Autre univers, l’étrange vie de Nobody Owens est également pour les jeunes lecteurs. C’est une bonne lecture, pleine d’humour noir.

Nobody Owens est un garçon normal. Du moins il aurait pu l’être s’il n’était pas le seul survivant de sa famille. S’il n’avait pas été adopté par les Owens, un couple de fantômes et qu’il n’avait pas grandi loin des vivants, dans un cimétière. Protégé par un ami ni mort ni vivant, celui qui cherche sa mort parvient cependant à l’attirer en dehors de la protection du cimetière. 

L’océan au bout du chemin  (2013)

L'océan au bout du chemin - Neil Gaiman

Petite merveille que ce livre qui traite une fois de plus de l’enfance. Sensible, fantaisiste mais aussi un peu dur, cette oeuvre est un condensée ce qui fait le génie et la spécificité de Gaiman. Il s’agit d’un conte fantastique à l’univers unique et étrange.

Un homme revient dans la ville de son enfance pour des obsèques. Il repense alors avec nostalgie à son enfance et à ses souvenirs enfouis. A Lettie, la fillette qui pensait qu’il y avait un océan au bout du chemin. 

Son dernier livre, que je n’ai pas lu mais que je veux très fort, a pour thème la mythologie scandinave.

Un artiste transmédia

Neil Gaiman a non seulement marqué la littérature fantasy et l’univers des comics, mais de nombreuses créations de son cru se sont retrouvées adaptées sur grand ou petit écran.

Les films

De nombreux films ont été adaptés des oeuvres de Gaiman. Parmi lesquels :

  • Stardust : un film fantasy de bonne facture avec un casting au poil. Charlie Cox (maintenant dans Daredevil) donne la réplique à Claire Danes (Homeland), Michelle Pfeiffer et à Robert De Niro. Ce n’est pas un film qui aura marqué les annales mais qui demeure un bon divertissement, avec un scénario sympathique et des acteurs parfaits.
  • Coraline : dessin animé primé, Coraline séduit par son univers sombre et bizarre.

Il avait également été évoqué une adaptation de Nobody Owens, mais il semblerait que le sujet soit au point mort.

Les séries

Oeuvres vastes, parfois réputées inadaptables, les créations de Gaiman se prêtent bien au genre sériel. J’ai déjà évoqué l’adaptation possible de De bons présages, mais il existe d’autres séries déjà tirées de l’oeuvre de l’écrivain Britannique.

  • American Gods : Oeuvre psychédélique au symbolisme évocateur et profond, la série de cette année fait partie des OVNIs à voir. Difficile à appréhender, étrange, mais d’une grande originalité, American Gods est un voyage viscéral au sein des croyances païennes qui ont construit les Etats-Unis. C’est également une expérience visuelle créative, avec notamment une msie à scène pour le moins surprenante.
  • Neverwhere : Neverwhere a été adapté sous la forme d’une mini-série. Je ne l’ai pas vue mais elle semble assez sympathique.

 

Ainsi se termine ce certes très long article. Mais nous traitons d’un monument prolifique de la pop-culture. Neil Gaiman a su créer des mondes entiers et a même donné naissance à un sous-genre particulier de la fantasy. Son univers traite aussi bien de l’enfance, de l’onirisme, de la nostalgie, de l’ennui que d’évasion, le tout enrobé d’un humour noir qui dédramatise même les sujets les plus graves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *