Lovecraft, un nom qui est revenu sur le devant de la scène ces dernières années. Howard Philips Lovecraft est un écrivain américain qui a produit des récits horrifiques fantastiques et science-fictionnels. Admiré, adulé, rarement un artiste aura eu une empreinte aussi durable à travers le temps et si vous n’êtes pas familiers avec l’oeuvre de l’auteur, vous allez vote comprendre pourquoi. Alors venez avec moi découvrir la vie et l’héritage de cette personnalité hors normes.

 

Biographie de Lovecraft

Une enfance intellectuelle mais de santé fragile

Le jeune Howard naît d’un mariage tardif dans la ville de Providence à Rhode Island. Surdoué, il se fait vite remarqué pour son caractère difficile aussi bien pour son intelligence hors normes. Principalement élevé par sa mère, deux tantes et son grand-père dans la demeure familiale, son père est en effet enfermé très tôt suite à des crises de démence dues à la Syphilis. Il est très proche de son grand-père qui le pousse à lire des classiques mais lui raconte également ses propres histoires.

Howard_Phillips_Lovecraft_in_1915

La mort de son grand-père le touche beaucoup, ajoutant à ses troubles (probablement psychosomatiques) ce qu’il qualifiera de dépression nerveuse. Il commence également à rédiger ses premières œuvres et se constitue un vaste carnet d’adresse avec le quel il échange une correspondance féconde. Il compte parmi eux Robert E. Howard et Clark Ashton Smith.

 

Mariage et New York

Il rencontre Sonia Greene lors d’une convention pour journalistes amateurs. Ils se marient et emménagent à New York. Si au départ, l’écrivain adore la ville, très vite les difficultés financières se font sentir. Sonia doit fermer son commerce et est régulièrement malade. Le couple emménage à Cleveland, dans le quartier de Red Hook. Incapable de trouver un emploi, Lovecraft développe une aversion pour le quartier et sa population dense d’immigrés, lui qui était issu d’une famille privilégiée. Beaucoup voient dans cette expérience de la pauvreté le début des pensées racistes de Lovecraft.

Dès 1926, il retourne vivre à Providence.

 

Retour aux sources

Howard Phillips Lovecraft sera très prolifique pendant cette période. En dix ans, il rédigera la majorité de ses œuvres mais ne parviendra jamais à gagner l’argent nécessaire pour survivre. Il devra même emménager avec sa tante pour continuer à subvenir à ses besoins, cela malgré une carrière parallèle de nègre littéraire.

les-montagnes-hallucinees

En 1936, alors très atteint par le suicide de son ami de longue date Robert E. Howard, on lui diagnostique un cancer de  l’intestin. Il meurt l’année suivante.

 

Une personnalité polémique

Difficile d’évoquer Lovecraft sans aborder ses pensées parfois extrêmes. Né dans un milieu WASP, les riches anglo-saxons américains, l’écrivain cumulait les tares : raciste, même les blancs non anglo-saxons étaient pour lui des êtes inférieurs. Misogyne, les femmes n’apparaissent que très peu dans ses œuvres. Lovecraft a mené une existence très solitaire, misanthrope, ses côtés sombres ont également inspiré ceux qui ont poursuit ses œuvres.

 

L’oeuvre de Lovecraft

Récit d’un univers dense

L’oeuvre de Lovecraft s’articule autour de récits bâtissant une mythologie mystérieuse très complète. L’oeuvre culte de l’écrivain est sans doute le mythe de Cthulhu, une créature millénaire qui repose depuis des siècles sous les mères, attendant son heure pour assujettir l’humanité. C’est une véritable cosmogonie autour de créatures aux noms imprononçables

le-mythe-de-chtulhu

 

Un style unique et mémorable

Le style de Lovecraft est très spécifique et permet de créer une empreinte horrifique durable. Ses récits se font souvent à la première personne, ce qui nous permet d’entrer en empathie plus facilement avec le narrateur et d’être plongé avec lui dans une horreur poisseuse graduelle. Les personnages principaux sont parfois des scientifiques, des esprits rationnels, qui glissent petit à petit dans la folie au fil des expériences indescriptibles où ils sont plongés. Il est donc très difficile de savoir si ce qu’ils vivent est vrai ou si leur esprit délirant ne leur fait pas inventer la plupart des événements qu’ils racontent. Et cela nous fait d’autant plus plonger dans l’angoisse existentielle.

la-chose-sur-le-seuil-lovecraft

De plus, Lovecraft nous pousse à faire face à l’indescriptible, l’innommable, ce qui est si monstrueux qu’aucun mot ne peut dépeindre les créatures qui apparaissent. En utilisant des descriptions qui laissent une grande place à l’imagination, l’auteur contraint son lecteur à puiser dans son propre imaginaire pour se faire une représentation de la menace, et donc à prendre les éléments qui nous terrifient le plus. Lovecraft nous fait donc construire nos propres démons, une altérité si terrifiante que l’entendement ne peut pleinement le saisir.

La description de Cthulhu en est un très bon exemple :

Nul ne saurait décrire le monstre, aucun langage ne serait dépeindre cette vision de folie, ce chaos de cris inarticulés, cette hideuse contradiction de toutes les lois cosmiques de la matière et de l’ordre cosmique.”

 

Une influence unique

Les écrivains et artistes horrifiques

Lovecraft n’a pas connu la célébrité de son vivant, mais rarement un artiste aura laissé autant de traces ! Bien sûr, des écrivains comme Stephen King pour l’aspect horreur, Neil Gaiman pour son rapport à l’étrange (Sandman est assez représentatif). Clark Ashton Smith avec Zothique faisait partie du cercle lovecraftien, de même que Robert E. Howard, le papa de Conan le Barbare.  Mais l’auteur a aussi inspiré des cinéastes comme Guillermo Del Toro. Dans la forme de l’eau, le rapport à l’altérité comme chose aussi attirante que repoussante, le côté monstre des profondeurs, dévoile l’inspiration Lovecraftienne du réalisateur.

Les univers qui s’en inspirent son ainsi nombreux. De l’onirique au plus horrible, du fascinant au repoussant, la maîtrise de l’auteur en matière de séquences terrifiantes et de folie.

 

Réécritures

Lovevraft était également un personnage polémique. Profondément solitaire, voire misanthrope, certaines de ses œuvres ne cachent pas son racisme, son anti-sémitisme ou même sa misogynie. Ainsi, de nombreux auteurs contemporains n’ont pas hésité à réécrire l’oeuvre de l’écrivain pour en faire aussi bien la critique que l’hommage de manière détournée.

Couve La Quête 1e et 4e

On peut ainsi parler de La Quête onirique de Vellitt Boe de Kij Johnson, dont le titre et l’univers se rapprochent fortement de La quête onirique de Kadath l’inconnue de Lovecraft. Cette fois, on suit une femme d’âge mûr pour faire contrepoids à l’absence de personnages féminins dans les œuvres originelles.

La Ballade de Black Tom de Victor Lavalle revoit le texte le plus raciste de Lovecraft : Horreur à Red Hook. Nous suivons cette fois un musicien noir qui se retrouve embarqué dans un univers occultiste.

 

Une influence sur de multiples supports

Mais les références à Lovecraft dépassent les univers littéraires ou filmiques.

  • Les jeux de plateau et de rôle directement pris de l’univers de Lovecraft sont légion : L’appel de Chtulhu est un classique du jeu de rôle, Horreur à Arkham est également un jeu de plateau très connu où les joueurs doivent arrêter l’ouverture de portails sur d’autres plans.

lovacraft-jeu-de-plateau

  • Dans le jeu vidéo, Lovecraft est l’auteur le plus adapté, notamment dans les thèmes du survival horror. Nous avons ainsi Alone in the dark, Bloodrayne ou Amnesia The Dark Descent, Dans World of Warcraft, tous les titans portent des noms inspirés des grands anciens.

Ce qui est intéressant, c’est que beaucoup de ses œuvres incluent la santé mentale comme jauge à surveiller.

  • Il y a d’autres références qui existent dans les séries et animés. Par exemple, dans One Punch Man, la ville est attaquée par des créatures des profondeurs qui ressemblent fortement aux Grands Anciens de Lovecraft.
  • Les références aux nécronormicon sont également multiples ! Comme dans le film Evil Dead.

 

Bien que peu connu de son vivant, Lovecraft est aujourd’hui reconnu comme un auteur parmi les plus grands de sa génération. Il a une influence massive sur la production culturelle contemporaine, notamment dans l’horreur et l’ésotérisme, et ce sur toutes ses formes.

 


2 commentaires

Caro Bleue Violette · 24 octobre 2018 à 18 h 53 min

Je n’ai jamais lu Lovecraft c’est donc un auteur que je ne connais pas très bien, même si je connais (vaguement) le mythe de Cthulhu (et totalement d’accord pour les noms imprononçables : comment on prononce ça ? ^^).

J’ai cependant entendu dire par plusieurs personnes que son style était assez ardu. Qu’en penses-tu ?

    La Geekosophe · 24 octobre 2018 à 21 h 14 min

    Alors j’avais lu quelques nouvelles et je n’avais pas été spécialement gênée par son style ! Mais c’est particulier. Je pense que dépend des goûts 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :