Space Opera : sous-genre titanesque de la science-fiction

Science-fiction-space-opera

Nous allons nous lancer à l’assaut du sous-genre le plus représentatif de la science-fiction : le space opera. Lorsque l’on pense SF, beaucoup vont s’imaginer un univers complexe prenant place dans l’espace. Vaisseaux spatiaux, planètes exotiques, races aliens bigarrées (oui)… Le space opera contient à première vue tous les poncifs classiques de la science-fiction. Pourtant, il s’agit d’un sous-genre bourré de surprises qui est réputé pour aborder en profondeur des thématiques complexes.

Je précise également que je ne suis pas une grande spécialiste de ce sous-genre. N’hésitez pas à signaler toute approximation, erreur et précision en commentaire. A la fin de l’article il y a une liste d’exemples (livres, Films, séries…) si vous souhaitez vous familiariser le genre.

 

Le space opera : définition d’un genre

Oui, des thématiques profondes et complexes. Difficile à croire lorsqu’on sait que le terme, né en 1941, faisait ironiquement référence au soap opera. Vous savez, ces interminables séries américaines comme Dallas. En effet, les débuts du genre étaient assez kitsch, avec une imagerie envahie de femmes dénudées et d’aventuriers musclés. Le space opera a tout de même connu un essor massif dans les années 70, 80. La période a vu se développer et gagner en popularité des œuvres comme Star Wars, Dune ou Star Trek qui ont redéfini le genre. Depuis, le space opera a choisi un parti plus intellectuel, dramatique et philosophique loin des débuts pulp. Il s’agit en conséquence d’un genre assez vaste qui peut cependant se résumer ainsi :

 

“Le space opera est un sous-genre de la science-fiction évoluant dans un univers géopolitique spatial complexe.”

 

Cette définition a le mérite d’être succincte, directe et assez représentative. Les œuvres de ce type sont en effet d’une grande variété et existent sur de nombreux supports : livres, films, séries, jeux vidéo… Le space opera prend évidemment place dans l’espace. Paradis des vaisseaux spatiaux, les univers sont toujours immenses. Ce qui explique la notion de complexité et la place prégnante de la géopolitique dans ce type de science-fiction. Mais entrons plus en détail dans le sujet en parcourant nos œuvres culte.

space opera star wars

 

L’immensité, credo du Space Opera

Enfant du vieux fantasme de l’homme de conquérir l’espace, le space opera se place dans un avenir lointain (ou une galaxie lointaine). Les humains sont disséminés à travers la galaxie, parfois sur de nombreuses planètes. beaucoup des aventures se situent directement sur des vaisseaux spatiaux. Battlestar Galactica en est un exemple sériel représentatif. Les derniers humains ont survécu à une tentative d’oblitération de la part d’intelligences artificielles robotiques, les Cylons. Ils naviguent à bord du Galactica, un antique vaisseau spatial, pour tenter de fonder une nouvelle colonie en échappant à leurs poursuivants.

battlestar-galactica-space-opera

Le space opera de distingue dans la science-fiction par sa volonté de créer une sensation de grandeur, de gigantisme. Les héros du space opera évoluent dans des mondes vastes, si vastes qu’ils sont parfois difficilement intelligibles pour l’esprit humain. Dans Valérian, le film de Luc Besson tout comme la BD originelle, on ne lésine pas sur les superlatifs : la cité au mille planètes par exemple pour le film (L’Empire aux mille planètes pour la BD). Autre exemple, le premier plan iconique de Star Wars qui nous montre longuement à quel point le croiseur impérial est énorme. Le space opera est donc composé de saga avec plusieurs livres pour exploiter ces univers colossaux.

Le space opera s’appuie ainsi beaucoup sur des notions de taille pour son univers. Mais ce n’est pas gratuit, il ne s’agit que de souligner la profondeur de l’univers créé. En effet,il permet d’aborder des thématiques inaccessibles dans d’autres genres, comme l’expansion humaine ou la rencontre avec d’autres espèces intelligentes. Le space opera invite à l’évasion, à l’aventure et au dépassement de soi.

 

Des univers complexes

Une science rigoureuse

Le space opera, surtout aujourd’hui, est souvent relié à la hard science, qui désigne une science-fiction qui cherche une véracité scientifique très stricte. Dans ce cadre, bien que dans un univers fictif, l’œuvre cherche à se placer dans la continuité des théories scientifiques déjà existantes. La relativité du temps est par exemple mise à contribution dans le magnifique cycle d’Ender, où il est expliqué que lors des voyages interstellaires le temps ne s’écoule pas de la même façon que sur une planète. Les protagonistes traversent ainsi les siècles en voyageant dans leurs vaisseaux, les générations se succédant sur terre. L’auteur décrit le phénomène dans le détail, faisant appel à un raisonnement rigoureux qui peut perdre le néophyte.

Dune space opera

Il arrive ainsi qu’un cycle développe de nouvelles sciences en se basant sur de multiples sources existantes. C’est les cas du cycle de Fondation d’Isaac Asimov. Il a créé la psychohistoire, un science fictive. L’objectif de cette dernière est de prévoir les événements à venir grâce à un mélange de psychologie humaine et de statistiques physiques. la discipline se rapproche aussi de bien la théorie du chaos que des analyses systémiques. Le but de cette recherche est de rester crédible, d’apporter de la valeur intellectuelle à l’univers créé, quitte à jargonner. Pour contredire la première vision presque nanardesque du genre, peut-être ?

 

Politique, guerre et diplomatie

Ainsi, le space opera peut se réserver complexe sur l’aspect technologique puisqu’il traite de sociétés futuristes à la pointe qui ont parachevé l’ultime ambition de l’humanité : le voyage spatial. Ensuite, le space opera met en scène des sociétés tentaculaires qui s’étendent sur plusieurs planètes. Il est donc le genre idéal pour mettre en place un système politique complexe. Beaucoup d’intrigues vont ainsi tourner autour des guerres, de la diplomatie ou de l’allocation des ressources. Les ressources précieuses abondent dans le space opera, notamment celles qui servent de carburant pour le voyage spatial. L’épice dans Dune en est une parmi d’autres.

Pour preuve, nous pouvons en appeler à la trilogie de Mass Effect (meilleur jeu de la Terre). Ce classique du jeu vidéo met en scène plusieurs races qui ont formé un gouvernement commun. La galaxie est en guerre contre des machines intelligentes supérieures. La plupart du temps, votre objectif sera d’étendre l’influence de l’humanité ou tenter de satisfaire les exigences diplomatiques d’autres races pour créer des alliances. Dans The Expanse, la série comme le roman, le conflit politique prend les couleurs de la lutte des classes sur une base minière où les travailleurs menacent de se rebeller.

mass-effect-space-opera

Découverte, colonisation et altérité

Le space opera est aussi le genre du premier contact. Il traite de la confrontation avec d’autres races non-humaines. Il pose donc la question de l’altérité. L’exemple le plus probant est le Cycle d’Ender. Lorsque l’humanité rencontre les doryphores, la guerre est immédiate et destructrice. Comment comprendre l’autre, avec lequel la communication et la compréhension sont impossibles ? Comment ressentir de l’empathie pour des êtres qui nous ne ressemblent pas ? La cohabitation est-elle possible ?

Le genre n’hésite pas à parler de la colonisation et dela conquête de l’espace. Le moineau de Dieu traite par exemple du premier voyage spatial effectué sur une planète habitée. Le groupe d’explorateurs devra aussi bien apprendre à maîtriser la langue que les codes sociaux et culturels d’une société très éloignée de la Terre. Le space opera, c’est aussi l’art de mettre l’humanité face à ses contradictions et ses limites.

Un retour à la tragédie classique ? Drame et héroïsme

Le space opera n’est pas uniquement l’histoire de vastes empires galactiques ou de croiseurs géants. De nombreuses œuvres incorporent des questionnement existentiels individuels, par exemple la volonté personnelle face aux nécessités de la politique ou de la guerre. On retrouve ceci dans la tragédie classique, dans les pièces de Corneille ou même dans l’antiquité. On se souvient d’Antigone, s’opposant au Roi de Thèbes pour enterrer son frère. Ainsi, le space opera n’hésite pas à reprendre les codes antiques de manière parfois très directe :

  • Le cycle de Dune de Franck Herbert : la famille de nobles que l’on suit se nomme les Atréides. Il s’agit d’une référence directe aux Atrides, l’une des deux grandes familles maudites de la mythologie grecques. Ils comptent d’illustres membres Tantale, qui donna son propre fils Pélops à manger aux dieux. Atrée, fils de Pélops, a assassiné les enfants de son frère Thyeste pour les lui donner à manger lors d’un banquet. Et on se plaint des repas de famille chez Mémé. Le space opera traite souvent de lignées illustres qui sacrifient leur vie personnelle en faveur de la politique galactique.

  • Hypérion et Endymion de Dan Simmons : un classique de la fantasy porté aux nues pour la précision de son univers et la psychologie poussée de ses personnages. La saga est en grande partie une réécriture libre de la Guerre de Troie, l’un des personnages se nommant même Enée.
  • Star wars : tous les films se concentrent sur les déboires de la famille Skywalker, capable du meilleur comme du pire.
  • Latium de Romain Lucazeau : une saga de space opera française. L’auteur a mis en placeun univers qui mélange Intelligence Artificielle et littératures française et antique.  Je l’ai découvert dans ce podcast :

 

Déclinaison du space opera : le planet opera

Moins connu que son aîné, le planet opera repose sur le même principe mais à l’échelle d’une planète. Colonisation et exploration d’un lieu inconnu, il s’agit aux héros d’apprendre à connaître un nouvel environnement. Cela peut aussi bien être une nouvelle faune agressive, une nouvelle société inconnue et ainsi de suite. Dans le style, on peut citer la main gauche de la nuit d’Ursula Le Guin. Le roman raconte comment un homme se rend sur une planète isolée pour les démarcher. Seulement, cette planète gelée et inhospitalière n’est pas habitée par des individus sexués. Cela aboutit à une incompréhension du personnage principal qui a du mal à appréhender une société aux antipodes de la sienne.

Je vous laisse également le capitaine du Nexus VI évoquer une série de BDs planet opéra, Les mondes d’Aldébaran :

 

Pour conclure

Le space opera est un sous-genre qui mérite qu’on lui donne une chance. Fer de lance de la science-fiction, il connaît un nouvel âge d’or, notamment sur petit et grand écran. Mais ses œuvres littéraires font preuve d’une densité qui donnent ses lettres de noblesse au genre. Avec une réelle profondeur parfois philosophique, scientifique et sociale, sa complexité et sa précision en font des lectures exigeantes mais gratifiantes. Dilemmes humains comme politiques, racisme, aventure, c’est un genre qui propose des expériences multiples. Pour cela, n’hésitez pas à profiter des supports. Vous ne voulez pas vous lancer dans une saga complexe de 7 livres ? Optez pour la bande-dessinée ! Ou lancez-vous dans une série.

Et surtout, n’hésitez pas à proposer vos œuvres de space opéra préférées en commentaire, et ce quelque soit le support.

 

Œuvres citées dans l’article ou que je vous recommande chaudement

Livres

Bande-dessinée :

Films

  • Star wars
  • Dune
  • Valérian et la cité aux mille planètes

Séries

  • Star Trek
  • Firefly
  • The Expanse
  • Battlestar Galactica

Jeux vidéo

  • Mass Effect

8 commentaires sur “Space Opera : sous-genre titanesque de la science-fiction

  1. J’ai effectivement pensé pendant longtemps (jusqu’au milieu de de ma vingtaine) que SF = vaisseaux spatiaux qui se mettent mutuellement des coups de lasers dans la margoulette – avant de découvrir que la SF ne se réduisait pas au space-opera ! XD

    C’est loin d’être mon sous-genre favori en SF (je suis plus dystopie/uchronie) mais j’ai adoré la série Battlestar Galactica – je l’ai même en DVD et il m’arrive de revoir le pilote ou même la saison 1 & 2 (j’aime moins les deux dernières). Côté littérature, j’ai beaucoup aimé Fondation d’Asimov – notamment les deux tomes « prequel » qui racontent l’invention de la psychohistoire et la genèse de Fondation et qui m’ont passionnée. En revanche, j’avoue que l’aspect géopolitique a tendance à me barber ^^

    Et on retrouve effectivement beaucoup de mythologie antique en space-opera, j’avais déjà remarqué ça.

    Sinon j’ai vu Dune – la série télévisée de 2000 – et clairement elle ne m’a pas marquée puisque je me souviens juste d’un mec avec des yeux très bleus et des vers de terre géants ^^ ! Je n’ai jamais vu le film de David Lynch.

    1. J’ai moi aussi souvent du mal avec le space opera : long, compliqué, jargonneux… Je suis plus dystopies et post-apo 😀 J’ai mis beaucoup de temps à écrire cet article par manque de connaissance du genre et j’ai dû faire pas mal de recherche pour vaincre mes propres a priori. Maintenant j’ai envie d’en lire plus !

  2. Bravo pour cet article à la fois fouillé et très accessible! Je connais mal la SF à part quelques grands classiques lus il y a longtemps, mais je voulais m’y replonger et c’est très intéressant d’avoir une introduction comme celle-ci. Je ne savais pas que le space opera comportait souvent des références à la mythologie, c’est un aspect qui m’attire beaucoup et du coup, je pense me pencher sur Hypérion ou Dune un de ces jours…

    1. Le space opera est un sous-genre avec lequel j’accroche peu à vrai dire ! J’y suis plus arrivée en passant par la BD (j’adore la caste des méta-barons), les séries et les films 😉 J’aime beaucoup de beaucoup d’auteurs d’incorporer les dilemmes universels nés dans les tragédies antiques, comme pour prouver que malgré l’avancée de la technologie les hommes restaient condamnés aux mêmes doutes.

  3. Ton article est très intéressant et très bien rédigé. J’ai beau aimé la science-fiction, ce n’est pas ce que je lis/regarde le plus, bien que je sois une grande fan de Star Wars. Sinon, ça me rappelle que j’ai Dune dans ma pile à lire. Je l’avais déjà commencé mais le roman est tellement dense et complexe que j’avais eu du mal à entrer dedans, surtout que mon exemplaire est en anglais donc ça rajoute une petite difficulté, j’avais donc fini par abandonner ma lecture… Il faudrait que je lui redonne sa chance car je sais que c’est un classique de la science-fiction qui mérite d’être lu.

    Bises 😉

    1. Merci ! La science-fiction axée hard science ce n’est vraiment pas facile d’accès. Certains auteurs doivent faire exprès de jargonner 😀 J’ai plus de pitié, je saute les passages les plus techniques !

Laisser un commentaire