Il me manquait plus que de lire “Le Dompteur de Lions” pour annoncer que oui, j’ai lu l’ensemble des romans avec Erica Falck et Patrick Hedstrom ! Est-ce qu’on retrouve la patte singulière de Camilla Läckberg ? Est-il digne de ses prédécesseurs ? 

Synopsis du Dompteur de lions

C’est le mois de janvier et un froid glacial s’est emparé de Fjällbacka. Une fille à demi nue, surgie de la forêt enneigée, est percutée par une voiture. Lorsque Patrik Hedström et ses collègues sont prévenus, la jeune fille a déjà été identifiée. Il s’agit de Victoria, portée disparue depuis quatre mois. Son corps présente des blessures qu’aucun accident ne saurait expliquer : ses orbites sont vides, sa langue est coupée et ses tympans percés. Quelqu’un en a fait une poupée humaine. D’autres cas de disparitions dans les environs font redouter que le bourreau n’en soit pas à sa première victime.

De nouveau convaincue !

Nous retrouvons la structure narrative bien connue des romans de Camilla Läckberg. Nous alternons dans un premier temps entre deux temporalités qui ne semblent à première vue pas reliées mais qui finissent par se rejoindre, parfois de manière inattendue. Dans le présent, Patrick Hedstrom enquête sur les tortures d’une jeune femme retrouvée atrocement mutilée dans la neige. Dans le passé, c’est l’histoire sordide d’une famille ayant connu un énorme drame sur lequel enquête Erica. On observe également les enquêtes parallèles entre notre couple préféré. 

Nous sommes donc en terrain familier et la recette continue de bien fonctionner. Le livre est un page-turner redoutable, on a envie de connaître l’avancée de l’histoire. Le fin mot se devine rapidement (pas dans les détails) mais pour une fois l’intérêt réside plus dans le mal qui est exposé. Un mal terrifiant car irraisonné et imprévisible, sans explication et sans justification, qui court dans le sang comme un virus incurable.

Mais l’autrice joue quand même un peu sur ses propres schémas. Les parties dans le passé étaient moins longues que ce à quoi elle nous avait habituée. Mais cela permet d’éviter de casser le rythme de ce qui avait lieu dans le présent et donner une certaine froideur cruelle aux événements tragiques impliquant le dompteur de lions et sa famille. Mais d’un autre, la lenteur des révélation m’a laissé un peu sur ma faim à certains moments, surtout lors de passages où il ne se passait finalement pas grand chose. 

Le sprint est vraiment mené de main de maître ! Révélation après révélation, Läckberg nous entraîne dans une réalité de plus en plus sombre, jusqu’aux méandres de la folie. La fin est assez amère et vraiment surprenante car elle est plutôt originale dans ce genre de création qui commence à être assez balisée.

Un bon cru de la grande Dame du thriller suédois

Camilla Läckberg offre de nouveau un roman bien mené ! Intrigue intéressante, elle trouve un bon équilibre entre les enquêtes et les histoires personnelles de ses personnages. Elle parvient également à instiller le bon degré d’éléments morbides pour éveiller l’intérêt du lecteur, et le final pour le moins remarquable achève de convaincre !

Note : 16/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :