J’avais beaucoup entendu parlé de ce livre sur les chaînes youtube anglophones. J’étais donc très curieuse à sa sortie en français. Les sept morts d’Evelyn Hardcastle bénéficie en effet d’une ambiance particulière et d’un concept original, mais ce ne fut pas le coup de coeur attendu.

Synopsis des sept morts d’Evelyn Hardcastle

Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée. 
Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ? 
Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre. 
Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée. 
Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.

Un roman et de bonne qualité

Un concept fascinant

Le roman nous met face à une énigme temporelle. Le protagoniste doit résoudre un meurtre pour s’échapper d’une boucle qui répète la même journée ad nauseam. A chaque fois, il changera de corps pour découvrir un autre témoin. L’histoire nous est donc à la fois présentée d’un unique point de vue mais aussi nous permet de voir tous les aspects de cette journée clé. Ce principe très spécifique donne au récit toute son originalité et est remarquablement bien exploitée.

Chaque élément est placé à la façon d’un maître horloger : des détails qui semblent futiles prennent une importance conséquente, d’autres ne sont que des fausses pistes. C’est ce qui rend le mystère particulièrement captivant et qui permet d’accrocher le lecteur. Certains retournements de situations sont d’ailleurs très bien pensés et très surprenants. 

Une atmosphère vénéneuse délicieuse

L’ambiance bénéficie également de son époque. L’ensemble rappelle un Agatha Christie mêlé de Downton Abbey avec une touche de fantastique. Nous sommes dans le quotidien d’une bourgeoisie anglaise qui maintient les apparences envers et contre tout, quitte à briser, s’illusionner, pour maintenir un semblant de vernis dans une haute société prédatrice et brutale. 

En cela, l’ensemble des personnage présente un portrait aussi hétéroclite que révélateur. Héritières capricieuses, riches banquiers, médecins filous et domestiques silencieux se côtoient dans ce qui semble être une mascarade bien menée. D’ailleurs, le roman comparera régulièrement cette journée unique comme une pièce de théâtre où chaque acteur répète les mêmes actions et les mêmes mots.

Quelques défauts m’empêchent d’être complètement séduite

Mais il y a une ombre au tableau. J’ai eu beaucoup de mal à accrocher aux premières pages. Le style n’est pas exceptionnel et très recherché, mais ce sont surtout les répétitions qui faisaient parfois traîner en longueur l’histoire qui m’ont laissé sur le banc de touche. Ce sont des maladresses caractéristiques d’un premier roman, et le risque quand on base son histoire sur un concept de boucle temporelle. 

Le personnage principal va ainsi nous répéter certains éléments, ou son refus d’enquêter, à chaque nouvel hôte quasiment. Du coup, j’ai vite été agacée par moments par le manque d’écoute du personnage (qui certes se retrouve dans une situation troublante) et ses décisions pas très rationnelles.

Pour les fans de mystère

Mais Les sept morts d’Evelyn Hardcastle demeure un roman de très bonne facture. Original, il renouvelle un peu le genre du policier en y ajoutant une dose de fantastique bien dosé. Dommage cependant que le style comme le caractère du personnage principal entraînent quelques longueurs qui m’ont empêchées de profiter pleinement du roman. 

Note : 15/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

4 commentaires

Babitty Lapina · 27 juillet 2019 à 13 h 28 min

En voilà un roman bien curieux et fort original ! C’est un super concept je trouve. Je vais essayer de le lire à l’occasion !

    La Geekosophe · 3 août 2019 à 18 h 02 min

    Bon choix ! Je l’ai trouvé assez rapide en plus 😉

Choupaille · 28 juillet 2019 à 13 h 49 min

Cette chronique tombe à pic, je viens de commander mon exemplaire de ce roman dont je trouve le pitch GÉANT ! 🙂 Il ne va pas faire long feu dans ma PAL, celui-là … et ton retour me motive encore plus. Merci !

    La Geekosophe · 3 août 2019 à 18 h 01 min

    YES! Meilleur pitch au monde 😀 Le roman en lui-même est vraiment sympa 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :