Les éditions ActuSF nous présentent un joli écrin pour un roman qui s’annonçait prometteur. Sorcières Associées d’Alex Evans met en scène un duo d’héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux, le tout dans une ville tentaculaire où seuls l’argent et la magie sont rois.

Synopsis de Sorcières associées

Dans la cité millénaire de Jarta, la magie refait surface à tous les coins de rue. Les maisons closes sont tenues par des succubes, les cimetières grouillent de goules… Pour Tanit et Padmé, sorcières associées, le travail ne manque pas. Mais voilà qu’un vampire sollicite leur aide après avoir été envoûté par un inconnu, tandis que d’étranges incidents surviennent dans une usine dont les ouvriers sont des zombies… Tanit et Padmé pensaient mener des enquêtes de routine, mais leurs découvertes vont les entraîner bien au-delà de ce qu’elles imaginaient. À Jarta, les créatures de l’ombre ne sont pas les plus dangereuses…

Sorcières associées et duo badass

Une bonne plume pour les personnages

Le point fort de ce roman est sans aucun doute ses personnages. Alex Evans parvient à leur donner des personnalités fortes sans être obligées d’être sur la surenchère. Nous avons donc une galerie riche et attachante de personnalités excentriques et distinctives. Les deux sorcières ont des caractères opposés mais complémentaires. Tanit est indisciplinée, courageuse et rentre-dedans, tandis que son associée Padmé est prudente, réfléchie et calme. Elles ont chacune un passé complexe qui est bien explicité pendant le roman.

Elles se partagent la narration, ce qui semble être une bonne idée dans un premier temps. Mais je suis aperçue que j’avais parfois un peu de mal à les différencier quand je ne faisais pas attention. Il y avait sans doute des moments où l’écriture n’offrait pas une grande variété entre les deux. résultat : j’ai dû retourner en arrière une ou deux fois pour être bien certaine qu’on parlait de la bonne sorcière.

J’ai également beaucoup apprécié les personnages secondaires? La fille de Padmé, Jihane, est adorable avec son amour des créatures étranges. De même, le marin aventurier est également plutôt bien construit, même s’il manque un peu d’approfondissement pour être fascinant.

Des idées créatives mais qui ne sauvent un worldbuilding un poil superficiel

Les enquêtes sont intéressantes et dévoilent un univers qui regorgent de bonnes idées. Le retour de la magie permet de donner naissance à un fonctionnement bien pensé. Le “Pouvoir” fonctionne par exemple comme une sorte de karma, et trop en faire à sa tête amène forcément un retour de bâton pas toujours agréable. Il est aussi assez truculent de voir la magie utilisée à des fins capitalistiques. Les zombies sont créés pour remplacer la main d’oeuvre vivante; Comme les robots, ils sont programmés pour accomplir des tâches simples. Alex Evans ne manque d’inventivité et d’imagination et apporte de nouveaux éléments originaux à l’urban fantasy.

J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié cet univers au croisement des cultures. La ville évoque clairement un monde inspiré du Moyen-Orient, mais prend plein d’autres aspects pour construire un monde cosmopolite où la loi du profit règne. Chaque business a sa place tant qu’elle n’enfreint pas les règles de vie commune, faisant de Jarta une ville amorale où pratiquer la magie n’est pas facile.

L’idée de suivre plusieurs enquêtes permet de bien montrer le fonctionnement de l’univers et d’exposer quelques idées supplémentaires, mais il est dommage que le roman soit un peu court. Sorcières associées aurait mérité peut-être une centaine de pages en plus pour bien montrer tout son potentiel. Ainsi, l’aspect steampunk est présent de manière trop discrète pour que ce soit marquant, et les éléments politiques sont tout juste effleurés, ce qui fait je n’ai pas pris la pleine mesure de l’échiquier géopolitique de cet univers.

Sympathique sans être révolutionnaire

En conclusion, Sorcières Associées est une bonne lecture qui tient ses promesses : offrir un bon moment de lecture sans être un chef-d’oeuvre. Grâce à un duo d’héroïnes badass et de vrais idées inventives, Alex Evans offre un roman qui tire son épingle du jeu. Dommage que le manque d’approfondissement de l’univers laisse un peu sur sa faim, plus de détails auraient rendu l’ensemble encore plus solide et convaincant.

Note : 14/20

Vous pouvez acheter le livre par ici. Toutes les chroniques sont par là.

Catégories : Chroniques

2 commentaires

Yuyine · 14 novembre 2019 à 16 h 25 min

Pourquoi pas… il semble assez imparfait mais le pitch est sympathique donc au bon moment c’est une lecture qui peut être agréable

    La Geekosophe · 14 novembre 2019 à 18 h 56 min

    Exactement, il faut le prendre comme il est 🙂 C’est un roman sympathique doublé d’un bon divertissement !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :