Aujourd’hui, on parle découverte et jeu indé. Les studios français Big Bad Wolf nous propose leur premier jeu, un mélange décapant qui nous offre une aventure accrocheuse dans un XVIIIe siècle trépident. Malgré quelques défauts prégnants, The Council nous laisse entre les mains une version ambitieuse et prometteuse du jeu narratif.

Un gameplay entre jeu narratif et RPG

Dans the Council, vous interprétez Louis de Richet, un jeune homme faisant partie d’une organisation secrète, l’ordre doré. Vous travaillez en binôme avec votre mère, qui dirige la branche française de l’ordre. Sarah de Richet est aux trousses d’un mystèrieux manuscrit écrit par Al-Azif. On vous apprend qu’elle a accepté l’invitation de Lord Mortimer, obscur aristocrate vivant sur une île isolé du monde, à participer à un mystérieux conseil. Ce dernier vous invite également, vous apprenant au passage la disparition de Sarah. Ni une ni deux, voilà notre cher Louis au milieu d’invités prestigieux pour retrouver sa Mère.

The Council - Napoléon
Rencontrez un très jeune Napoléon qui ne manque pas d’ambitions…

Louis devra aussi bien compter sur ses capacités à manipuler les autres personnes présentes sur l’île que ses talents de déduction. Les phases de jeux alternent dialogues où vous devez faire les bons choix et phases d’enquêtes et d’exploration. Durant ses dernières, vous devrez aussi bien récolter des indices que résoudre des énigmes. Vous pouvez aussi en apprendre plus sur d’autres personnages du jeu, ce qui débloquera de nouvelles options de dialogue.

Dans les deux cas, le gameplay repose sur l’acquisition de points de compétences qui ouvriront de nouvelles possibilités. Par exemple, certaines répliques nécessiteront des compétences suffisante en psychologie ou en manipulation, ce qui sera particulièrement importante pendant les confrontations, des joutes verbales centrales pour l’intrigue. Déchiffrer certaines langues requiert des compétences en linguistique. Certaines énigmes vont vous demander des connaissances accrues en mythologie grecque que, si vous ne les possédez pas vous-même, vous devrez inculquer à Louis à travers l’érudition. Chaque utilisation de vos capacités dépense des points d’actions.Ce système vous pousse à choisir avec sagesse vos dépenses. Quitte à parfois devoir faire des sacrifices…

The council - arbre de compétences
Arbre de Compétences : vous avez le choix entre trois classes

Le jeu se construit aussi bien selon vos choix que vos skills. Mais attention, vos décisions sont irrévocables et auront un réel impact sur le jeu.

The Council, Complotiste is the new chic

Avec ses protagonistes isolés sur une Île, le jeu bénéficie d’une ambiance ésotérique et mystérieuse. Pendant les premiers chapitres, on prend un malin plaisir à découvrir les moindres recoins de la demeure de Lord Mortimer pour en percer les secrets. C’est d’autant plus présent que The Coucil met en place un symbolisme fort, notamment par les tableaux qui sont placés dans les chambres des invités.

Napoléon Bonaparte aura droit à des œuvres lui rappelant ses ambitions démesurées. Un juge du Tribunal révolutionnaire se verra rappeler, sans pression, qu’il a envoyé des innocents à l’abattoir. Quant à Sarah de Richet, sa chambre comporte des tableaux évocateurs et sinistres comme Ouranos dévorant l’un de ses enfants (la bonne ambiance !). C’est sombre et très intrigant, notamment car les personnages secondaires font partie du gratin et donne au casting un saveur complotiste assez raffinée.

Les énigmes feront appel à beaucoup de culture générale : révisez votre bible et vos mythes grecs ! Ce n’est parfois pas évident. Sinon, vous serez obligé d’en requérir à ce pauvre Louis qui perdra des points d’actions. Ces derniers pourraient utilisés à des fins plus utiles.

The council - conversation
Pendant les confrontations par exemple, où vous pourrez aussi bien récolter des informations fondamentales qu’échapper à une mort certaine

La femme qui parlait sans bouger les lèvres et autres étrangetés de The Council

Si le Gameplay permet d’échapper à ce qu’on reproche à d’autres jeux narratifs ! Il permet plus d’interaction et d’implication du joueur. The council aurait cependant mérité plus de soin sur les finitions. Le lipsync est parfois très approximatif, ce qui brise l’immersion malgré un doublage plutôt convaincant.

J’ai eu l’impression que certaines énigmes n’étaient pas cohérentes de bout en bout. Résultat, parfois la solution est difficile à trouver et ça nuit à l’immersion dans le jeu et frustre plus qu’autre chose.

Les glitchs peuvent être assez nombreux. Sans compter que plus le jeu avance plus les défauts s’intensifient : framerate en chute libre qui hache le jeu, doublage parfois moins réussi, lipsync encore moins synchro avec le mouvement des lèvres… Les derniers épisodes ont sûrement souffert d’un manque de temps pour tenir les délais.

The council - choix

C’est d’autant plus clair que le dernier chapitre est nettement plus court que le reste et vraiment rushé. C’est le moins réussi des cinq épisodes proposés. La fin est vraiment expéditive. C’est dommage quand on pense au soin apporté à la mise en place de cette ambiance si spécifique et cette volonté forte de créer une mythologie cohérente propre à l’univers du jeu.

The Council est définitivement à tester pour les aventuriers du Gameplay

The Council a le mérite d’offrir une proposition originale et un jeu honnête ! L’univers fascinant et claustrophobe est nourri par les aspects complotiste et le symbolisme aussi bien religieux que mythique qui parsèment le jeu. Le Gameplay nous immerge dans un monde où nous avons l’impression d’avoir un impact réel sur les événements. En mélangeant RPG et jeu narratif, le jeu trouve un juste équilibre. Dommage que les finitions soient aussi bâclées sur les derniers épisodes.

Pour vous procurer le jeu, c’est sur Steam ! Prix : 29,99€

Catégories : Jeu Indé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :