Le mois de juillet touche à sa fin ! Ce fut un beau mois de lecture, notamment car mes deux challenges estivaux battent leur plein : le summer star wars et le pavé de l’été. J’ai donc lu pas mal de gros romans et de science-fiction ce mois-ci, avec du classique et des nouvelles plumes prometteuses.

Dune de Frank Herbert

Dune de Frank Herbert

Voici l’épopée prodigieuse de Paul Atréides, connu comme prophète sous le nom de Paul Muad’Dib, seigneur d’Arrakis et empereur appelé à devenir le messie de Dune.
Avec le cycle de Dune, Frank Herbert a brossé une fresque immense, digne, par l’intensité dramatique et le foisonnement des personnages, des plus grands chefs-d’oeuvre du roman historique classique.
On y perçoit aussi le bruit et la fureur des drames shakespeariens. Mais cette fresque ne se situe pas dans le passé. Elle se déploie dans l’avenir. Un avenir où les hommes naviguent entre les étoiles et peuplent un milliard de mondes. Parmi ces mondes, Dune, planète désertique où l’eau est plus précieuse que l’or et pour laquelle se battent les deux grandes familles des Atréides et des Harkonnen.
Car Dune produit l’Épice, drogue miracle, source de longévité et de prescience.

Riche, ésotérique et distinctif, Dune nous entraîne dans un univers dépaysant. Même si l’histoire se concentre sur Arrakis, on sent la vastitude du monde créé à travers les inspirations. Dune contient des références multiples : tragédie antique, empires romain et ottoman, monde arabe… Mais Arrakis elle-même est un environnement fascinant ! Herbert met en place qui un monde qui obéit à ses propres règles, avec son propre vocabulaire et ses propres croyances. La planète met les personnages à rude épreuve, et ils sont appelés à grandir et à changer, parfois très vite. Et l’auteur, en choisissant un point de vue omniscient, nous met aux premières loges. Le roman dégage un charme suranné, parfois ésotérique, qui ne plaira cependant pas à tous les publics.

Lire la chronique complète.

Le livre de Phénix de Nnedi Okorafor

Le livre de Phénix de Nnedi Okorafor

Phoenix a grandi et a grandi parmi d’autres expériences génétiques dans la tour 7 de New York. C’est une « femme accélérée ». Elle est née il y a seulement deux ans mais elle a déjà le corps et l’esprit d’un adulte et des capacités qui dépassent de loin celles d’un humain normal. Éloignée du monde, elle se contente de vivre dans sa chambre en lisant des livres électroniques, en faisant du sport et en profitant de l’amour de Saeed, un autre humain biologiquement modifié. Mais celui ci est témoin un soir de quelque chose de si terrible qu’il se suicide. Dévastée par sa mort et le refus de la tour 7 de répondre à ses questions, Phoenix commence enfin à se rendre compte que sa maison est une prison…
Son évasion n’est que le début d’une histoire qui la conduira des États Unis au cœur de l’Afrique.

Une fois de plus, Nnedi Okorafor nous propose un roman fort et marquant. Elle exploite jusqu’au bout la colère et l’envie de vengeance, jusqu’à les symboliser dans son personnage principal. L’incandescente Phénix, une femme capable de consumer tout ce qui est autour d’elle et de renaître de ses cendres, tel le feu purificateur. Le parallèle avec le christianisme peut se faire à travers ses Renaissances. Mais cela va plus loin. L’autrice met en avant un monde futuriste et apocalyptique dans lequel des scientifiques jouent avec la génétique pour créer des êtres humains supérieurs, mais torturés. Phénix est avant tout un ange vengeur. Elle nous entraîne dans une odyssée captivante, mais dont certaines étapes apparaissent parfois comme un peu confuses.

Lire la chronique complète.

Résolution de Li-Cam

Résolution de Li-Cam

Avant l’effondrement, il y avait la haine, l’égoïsme et la quête effrénée du profit. Les rivalités ont fait surgir des Intelligences Artificielles militaires capables d’attiser les discordes et de submerger le monde sous des avalanches de rumeurs et de fake news. C’est durant ce cataclysme que Wen rédige Le Monde selon Wen, un blog prophétique, exutoire à ses angoisses, qui attire l’attention d’une équipe de chercheurs. Personnalité complexe, socialement inadaptée quoique capable de modéliser les interactions humaines, Wen participe à la fondation d’une société, l’Adelphie, sur une le au large de Saint-Pierre-et-Miquelon. Avec, au cœur de cette harmonie, une IA nommée Sun dont la bienveillance rayonne sur les trois cents Adelphiens.

Li-Cam nous propose un texte intrigant. Elle met en place un futur proche qui se rapproche beaucoup de notre réalité. Elle nous entraîne dans l’Adelphie, une petite communauté basée sur l’entraide, secondée par une intelligence artificielle. Cette communauté est construite en miroir de la société, notamment grâce à un usage modéré de la technologie. Résolution met en en scène un personnage unique en son genre, Wen. Personne asociale mais douée pour décrypter les relations humaines, son point unique est fascinant, mais parfois opaque à déceler et trop azimuté pour pleinement s’attacher aux personnages.

Lire la chronique complète.

L’abominable de Dan Simmons

L'abominable de Dan Simmons

En 1924, la course pour parvenir au plus haut sommet du monde s’interrompt brutalement suite à la terrible disparition des célèbres alpinistes George Mallory et Sandy Irvine. L’année suivante, trois hommes – un poète britannique vétéran de la Grande Guerre, un guide de montagne français et un jeune idéaliste américain – tentent à leur tour leur chance. Mais quelqu’un, ou quelque chose, les poursuit, et, à 8 500 mètres d’altitude, alors que l’oxygène vient à manquer, l’expédition vire bientôt au cauchemar.
Qui est à leurs trousses ? Et quelle vérité se cache derrière les disparitions de 1924 ? Tandis qu’ils poursuivent leur ascension jusqu’au sommet du monde, les trois aventuriers vont découvrir un secret plus abominable encore que toutes les créatures mythiques jamais imaginées.

L’abominable est recherché ! Le travail autour des techniques d’escalade et l’alpinisme des années 20 est remarquablement constitué. Dan Simmons a un sens du détail extraordinaire pour mettre en scène des histoires qui offrent une grande immersion. On apprend beaucoup de choses sur les risques physiques et psychologiques de la haute montagne. Et l’auteur n’épargne pas ses personnages. Entre un contexte historique compliqué et un risque mortel constant, Dan Simmons propose une galerie de personnalités variées, qui brillent par persévérance dans la difficulté et leur caractère unique. La fin du roman traîne cependant en longueur, ce qui n’est pas aidé par des choix scénaristiques douteux et un fantastique tellement discret qu’il semble accessoire et superflu. Cela reste une lecture captivante et remarquable par sa précision historique et technique.

Lire la chronique complète.

A clash of steel de C.B. Lee

China, 1826. The sun is setting on the golden age of piracy, and the legendary Red Banner Fleet, the scourge of the South China Sea, is no more. Sheltered her whole life, Xiang desperately wants to set sail and explore like her late father. Her only memento of him is a plain gold pendant. But the pendant’s true nature is revealed when a mysterious girl named Anh steals it, only to return it to Xiang in exchange for her help in decoding the tiny map scroll hidden inside. Rumor has it that the legendary Dragon Queen had one last treasure―the plunder of a thousand ports―hidden away on an island shrouded in mist. Eager for adventure, Xiang joins Anh and her crew in pursuit of the fabled treasure. But they soon find that the sea―and those who sail it―are far more dangerous than the legends led them to believe.

A clash of steel est une bonne surprise ! J’ai beaucoup aimé cette histoire de pirates et de chasse au trésor dans les mers de Chine. L’autrice met un peu de temps à placer son histoire, mais on apprend beaucoup de chose sur le commerce dans les alentours de Canton, les relations avec les pays voisins… L’histoire est celle de Xiang, une jeune fille protégée qui tente de prouver sa valeur à une mère trop protectrice. L’aventure lui permet de découvrir ses ressources aux côté de personnages variés et bien campés. J’ai également beaucoup apprécié certaines révélations, bien amenées et qui apportaient un vrai sens du drame à l’action.

Sequoia, tome 1 : évasion de Stéphane Desienne

Sequoia, tome 1 : évasion de Stéphane Desienne

Séquoia n’est pas un vaisseau spatial comme les autres. C’est un transporteur interstellaire… vivant ! Les vaisseaux-arbres comme lui existent depuis des siècles et sont les plus grandes créatures végétales connues dans l’univers.
Le jour où il est accusé de trafic de drogue, Floora Banks est appelée pour le sauver. Humaine à l’ADN partiellement végétale, elle seule peut communiquer avec le séquoia. Le problème, c’est qu’il ne se souvient pas comment la drogue est arrivée à son bord et qu’il semble lui cacher quelque chose. Il doit être neutralisé et démantelé, selon les protocoles…
Floora parviendra-t-elle à nouer des liens avec le séquoia et comprendre d’où vient son trouble ? Pourra-t-elle déjouer à temps les complots du Commerce Circulaire ? Le séquoia ne cacherait-il pas des secrets prodigieux ?

Une première partie rythmée et efficace ! ce court récit met en scène un arbre géant qui sert de vaisseau spatial vivant ! Il y a de chouettes concepts exposés, mais c’est aussi une partie qui pose les différentes forces en présence. J’ai bien aimé cet univers futuriste qui oppose le vivant à la science, mais aussi le génétiquement modifié au naturel. Floora est une jeune femme capable d’interpréter les sentiments et émotions du Sequoia, Rex Caeli de son nom de vaisseau. Le format ne permet cependant pas de beaucoup creuser les personnages ou les sentiments, mais le rythme bien mené et les concepts touchants donnent bien envie de lire la suite.

Le récit entre dans le Summer Star Wars.

Summer Star Wars

Quels romans vous ont le plus plu en juillet ?

Catégories : Points lectures

2 commentaires

Shaya · 3 août 2022 à 23 h 05 min

Un mois avec des lectures sympathiques dis donc ! Je te souhaite la même chose pour août !

    La Geekosophe · 14 août 2022 à 12 h 36 min

    Le rythme est lent mais on croit haha ⭐

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :