Les Poufsouffles sont un peu négligés dans les livres Harry Potter ! Pourtant, avec des membres comme Cédric Diggory, Tonks ou Norbert Dragonneau/Newt Scamander, c’est une maison sur laquelle compter. Poufsouffle valorise la loyauté, la patience et la justice par-dessus tout. Ses étudiants sont travailleurs et de bonne volonté, bien qu’idéalistes, trop discrets et sûrement un peu trop naïfs par moment. C’est aussi la maison qui a éduqué le moins de mages noirs. Je vois bien les Poufsouffles apprécier les livres qui véhiculent des valeurs très positives autour de l’acceptation des différences, de la justice sociale et des héros qui triomphent grâce à leur volonté, leur patience et leur travail. Mais aussi des livres autour du relationnel et de l’amitié.

 

Sourde, Muette, Aveugle d’Helen Keller

sourde, muette, aveugle d'Helen Keller - Livres PoufsouffleExiste-il une histoire plus touchante que celle d’Helen Keller ? Atteinte d’une maladie extrêmement grave dans sa petite enfance, elle perd la vue et l’ouïe. Privée de moyens de communiquer, elle s’enfonce dans un univers solitaire et sauvage. Du moins jusqu’à ce qu’une accompagnatrice nommée Anne lui montre la possibilité de communiquer. A force de patience et de travail, Helen réapprend à vivre. Une belle histoire sur la solidarité par une femme qui ensuite œuvrera pour que les handicapés puissent s’épanouir.

Comment Helen Keller, une jeune fille sourde, muette, aveugle, donc privée des sens qui mettent le plus en rapport avec le monde extérieur, parvient-elle, par un effort continu, acharné, à un degré de culture que n’atteignent pas tous les êtres qui ont le privilège de voir, d’entendre, de parier ? Ces pages reflètent un véritable drame dans les ténèbres. Elles nous font assister à l’éveil, puis au développement progressif de ce qu’il y a de meilleur en l’individu : l’intelligence et le cœur. Deux facteurs y concourent : la volonté tenace du sujet, Helen Keller, et l’amour persévérant de son admirable éducatrice, Anne Sullivan. 

 

Les Misérables de Victor Hugo

Les midérables de Victor Hugo - Livres PoufsouffleVictor Hugo était un grand défenseur de la justice. Contre la peine de mort avec des réquisitoires comme Le derniers jour d’un condamné, son œuvre majeure reste les misérables. Mettant en avant l’injustice, la lutte d’un peuple pour ses droits, avec des personnages aussi marquants que Fantine et Jean-Valjean, ces livres correspondent plus que jamais aux engagements que soutiennent les Poufsouffles.

Dans la France chaotique du XIXe siècle, Jean Valjean sort de prison. Personne ne tend la main à cet ancien détenu hormis un homme d’église, qui le guide sur la voie de la bonté. Valjean décide alors de vouer sa vie à la défense des miséreux. Son destin va croiser le chemin de Fantine, une mère célibataire prête à tout pour le bonheur de sa fille. Celui des Thénardier, famille cruelle et assoiffée d’argent. Et celui de Javert, inspecteur de police dont l’obsession est de le renvoyer en prison !

 

Sauveur & fils de Marie-Aude Murail

Sauveur & fils de Marie-Aude Murail - Livres PoufsouffleMarie-Aude Murail fait partie de l’enfance de beaucoup d’entre nous. Avec cette série de livres, elle reprend tout ce qui fait l’essence de Poufsouffle : faire ce qui est la bonne chose à faire parce que c’est ce qui est juste. Alors cette histoire qui entremêle les histoires complexes autour d’un psychologue nommé Sauveur, c’est parfait ! Humanité, tendresse et humour se dégagent du récit, avec bien sûr la plume magique de Marie-Aude Murail.

Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? 
Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme… 
Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien.
Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ? Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

 

L’Océan au bout du chemin de Neil Gaiman

L'océan au boit du chemin de Neil Gaiman - Livres PoufsouffleOn se souvient de l’enfance avec une dose de nostalgie ! Cette novella de Neil Gaiman est aussi magique que tous les autres livres de l’auteur, avec en plus une relation très forte et loyale entre les protagonistes. Le livre est fantastique et étrange, mais est vraiment une parenthèse magique dans le quotidien.

“J’aimais les mythes. Ils n’étaient pas des histoires d’adultes et ils n’étaient pas des histoires d’enfants. Ils étaient mieux que cela. Ils étaient, tout simplement.” De retour dans la maison de sa famille pour des obsèques, un homme encore jeune, sombre et nostalgique, retrouve les lieux de son passé et des images qu’il croyait oubliées. Le suicide d’un locataire dans une voiture au bout d’un chemin, sa rencontre avec une petite voisine, Lettie, qui affirmait alors que l’étang de derrière la maison était un océan.
Et les souvenirs de l’enfance, qu’il croyait enfuis, affluent alors avec une précision troublante… 
Ce sont les souvenirs d’un enfant pour qui les histoires existent dès qu’on les croit et qui se réfugie dans les livres pour échapper aux adultes, un enfant pour qui les contes sont sa réalité.

 

L’Idiot de Fiodor Dostoïevski

L'idiot de Fiodor Dostoïevski - Livres PoufsouffleUn récit d’une grande richesse autour d’une figure quasiment christique. Si le Prince Muichkine est considéré comme un crétin par ses contemporains, c’est qu’ils ne voient pas la bonté de l’homme. Dans une société pervertie et hypocrite, Muichkin révèle le bien qui se cache en chacun. Ce récit humaniste et critique est une vraie lecture de Poufsouffle !

Le prince Muichkine arrive à Saint-Pétersbourg. Idiot de naissance parce qu’incapable d’agir, il est infiniment bon. Projeté dans un monde cupide, arriviste et passionnel, il l’illumine de son regard. Par sa générosité, tel le Christ, Léon Nicolaïevitch révélera le meilleur enfoui en chacun. La trop belle Anastasia, achetée cent mille roubles, retrouve la pureté, Gania Yvolguine le sens de l’honneur, et le sanglant Rogojine goûte, un instant, la fraternité. Dostoïevski voulait représenter l’homme positivement bon. Mais que peut-il face aux vices de la société, face à la passion ? 

 

Alors ? Que pensez-vous de ma sélection pour les Poufsouffles ? N’hésitez pas à faire vos proposition ! La semaine prochaine, rendez-vous pour les Serdaigles ! N’hésitez pas à passer voir la sélection des Gryffondors et celle des Serpentards.

 

 

Catégories : LittératurePop-culture

4 commentaires

Rhiannon Telvanni · 28 mars 2018 à 12 h 19 min

C’est pas un hamster c’est un cochon d’Iiiiiiiiiinde xD
(il le fallait)
Je me rends compte que j’ai lu quasiment toute cette sélection, serais-je une Pouffy qui s’ignore ?

    La Geekosophe · 28 mars 2018 à 21 h 20 min

    Aaaaaaaaah
    AAAAAAAAAAAAH
    Pauvre cochon d’inde T.T
    Moi c’est le contraire, je me reconnais pas trop dans les livres pouffys 😉

Caro Bleue Violette · 2 avril 2018 à 12 h 19 min

Personnellement j’aurais mis Helen Keller chez les Gryffondor, c’est une sorte de Neville, elle ne part pas avec les bons atouts mais elle a ce qu’il faut au fond d’elle-même pour surmonter ses handicaps et devenir une autrice connue dans le monde entier, tout comme Neville devient un héros 🙂

Pour Les Misérables, je crois que les personnages couvrent toutes les maisons mais je suis d’accord pour Jean Valjean.

    La Geekosophe · 2 avril 2018 à 12 h 44 min

    Le livre d’Helen Keller est clairement à cheval sur les deux maisons (comme Neville d’ailleurs, qui a failli se retrouver à Poufsouffle :D). J’ai choisi cette maison pour le côté persévérance et travail pour surmonter son handicap ainsi que pour le lien très fort qui unissait Ann et Helen. Et aussi le fait qu’Helen a beaucoup lutté pour l’inclusion des personnes handicapées dans la société.

    Pour les misérables, c’est clairement parce que le livre dénonce les inégalités et est un réquisitoire pour la justice sociale chère aux Poufsouffles. Mais je ne pense pas que beaucoup de livres correspondent à une seule maison !

    Si tu veux tu peux reprendre le concept à ta sauce, ce serait intéressant de voir quels livres sont associés à quelle maison suivant les perceptions et les sensibilités 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :